TOP

Les dix questions de la saison Danse 2022-2023… Et leur réponse une fois la saison finie

En début de saison, nous avions posé nos dix questions de la rentrée, avec nos propres tentatives de réponse. Départs, adieux, nominations, soirées à ne pas manquer… Qu’en fut-il finalement ? Avions-nous vu juste au mois de septembre ? Oui pour certaines, pas du tout pour d’autres. Onze mois plus tard, les vraies réponses à ces indispensables questions, qui font comme un petit bilan de saison. 

Études de Harald Lander – Ballet de l’Opéra de Paris

1 – Avant toute chose, j’aimerais une bonne nouvelle ou un peu d’optimisme en cette rentrée. C’est quoi la news qui fait plaisir à lire ?

On ne sait toujours pas si cela fut une bonne ou une mauvaise nouvelle. Mais la tournée de cette compagnie en Angleterre et aux États-Unis a joliment fait parler d’elle. Dommage pour la France, où aucune date n’a pu être organisée. 

 

2 – Bien, revenons à notre facile réalité balletomane. Dix questions ? Mais nous n’avons qu’une question : qui va remplacer Aurélie Dupont à la Direction de la Danse ?

Peut-on vous l’avouer ? On ne croyait pas vraiment au nom de José Martinez en début d’année. Trop marqué Opéra de Paris, peut-être un peu trop lisse pour la direction générale et le ministère de la Culture. Non seulement il fut vite choisi (erreur de notre part), mais il fait pour l’instant pleinement l’unanimité (deuxième erreur). Voilà en fait bien longtemps que l’on n’avait vu ça. Et tant mieux ! 

 

3 – Et quand saura-t-on qui la remplace ?

Mais que nous étions négatives en début de saison ! Cela s’est finalement passé dans la fourchette haute : nomination le 28 octobre, arrivée le 5 décembre. Propre, net, sans traîner. Tant mieux, là encore.

Un jour, nous raconterons tout ce que nous avons entendu comme rumeurs et infos entre le 1er et le 15 octobre.

 

4 – Le Covid est derrière nous (faites semblant d’y croire avec moi, merci), l’on peut enfin prévoir quelques voyages un peu en amont. Je vais où pour revoir de la danse à l’étranger ?

La Belle au bois dormant fut finalement au Royal Ballet. Et c’est plutôt William Forsythe qui attira à la Scala de Milan. Par contre, les reines Olga Smirnova et Marianela Núñez furent à de nombreuses fois prétextes à des voyages. Voyages que nous avons repris avec joie chez DALP, mais aussi chez de nombreux Balletomanes. Voilà une nouvelle fois un bilan qui fait plaisir. 

 

5 – En plus de la belle danse bien sûr, je veux du strass et des paillettes. Quels sont les événements où il faudra en être cette saison ?

L’émotion devrait être au rendez-vous” ? Mais ce Gala Patrick Dupond fut la soirée de l’année ! Sur scène, comme un sentiment de renouveau et d’une nouvelle ère. Et dans le public, une riche soirée Balletomanes : voilà bien 4-5 ans qu’il n’y avait présent autant d’habitué-e-s à la même soirée. Le public français s’est par contre peu déplacé pour les 50 ans du Prix de Lausanne. Et vous avez eu tort : ce fut le plus beau Gala de ces dix dernières années (et sûrement des dix prochaines à venir). Quant à Hambourg, John Neumeier rempile finalement pour une saison de plus.

 

6 – Bien, c’est bien beau tous ces spectacles, mais en dehors de la scène, qu’est-ce qu’on voit sur nos écrans ?

Tout juste ! Cette saison 2 de L’Opéra fut savoureuse et tomba à pic. Documentaire ou fiction, on se posait parfois la question, et ce fut toute la réussite de cette programmation. La série abordait aussi avec beaucoup de justesse le harcèlement moral, sujet ô combien d’actualité. On veut une saison 3 maintenant ! 

 

7 – Qui c’est que l’on va voir partout tout le temps en cette rentrée ?

À moitié juste ! Marie-Agnès Gillot a effectivement dominé médiatiquement cette rentrée, avant de se faire plus discrète, y compris sur le plateau de Danse avec les stars. C’est finalement François Alu qui a continué à tenir la barre médiatique une bonne partie de la saison. Même si l’on n’avait pas vu venir le grand vainqueur du printemps : Benjamin Millepied, son retour en France, son nouveau et réussi spectacle, son film et la création de sa nouvelle structure de soutient aux jeunes chorégraphes

 

8 – Quels sont les adieux à la scène de cette saison ?

Alice Renavand fit effectivement de jolis et définitifs Adieux sur Boléro de Maurice Béjart. Une belle et dernière prise de rôle, saluée par de nombreux Balletomanes, comme attendus. Émilie Cozette est par contre partie sans tambour ni trompette. 

 

9 – Et les nominations, alors, on se dirige vers qui ?

Eh bien comme chaque année, ça ne rate pas : on s’est planté. Aucune nomination à l’Opéra de Paris ? Il y en a eu trois, et ce ne fut ni Francesco Mura ni Pablo Legasa. Au Ballet du Capitole, le licenciement de Kader Belarbi a coupé court à toute conjecture, mais nul doute que Philippe Solano était bien parti. Nous avions vu juste par contre pour Bordeaux : Riku Ota a accédé au statut d’Étoile et un recrutement de taille a eu lieu : Mathilde Froustey.

 

10 – Quel est le hashtag tendance cette saison maintenant que #AluÉtoile a fait son temps ?

Tout est finalement resté ouvert en fin de saison. Même si l’on n’a pas franchement vu de #AurélieComeBack. Et si aucun  hashtag ne s’est imposé, le #Joséontaime résume bien l’état d’esprit balletomane. En sept mois, il a réussi à proposer trois nominations qui se révélèrent indiscutables, à distribuer Étoiles comme jeunes talents, à faire confiance à toutes les générations, à remettre le classique en avant, à faire l’unanimité auprès des danseurs et danseuses, à fournir les distributions avec neuf mois d’avance et à faire venir Marianela Núñez. On est quand même sur un bon premier bilan. 

 




 

Poster un commentaire