Thursday, Dec. 13, 2018

Conseil pratique – Les douleurs aux genoux

Ecrit par :

8 mars 2018

|

Catégorie :

D'après Einstein, "Les danseurs sont les athlètes de Dieu", leur corps habité, apprivoisé et parfois poussé dans ses limites. À la sortie du cours, vos genoux peuvent être douloureux par la fatigue de l’effort. Comment savoir si cela est normal ou au contraire s’il faut commencer à s’inquiéter ? En plus de la flexion et extension habituelles en danse, le genou travaille aussi en rotation légère. C'est là que les choses se compliquent. Gêne, douleur, prise de conscience doivent être pris au sérieux pour s'assurer que l'articulation est correctement sollicitée. Le corps médical rappelle que l’activité physique peut engendrer des lésions ou même aggraver des pathologies existantes dans le cas d'une mauvaise pratique. Ciblons le conseil de ce mois sur le genou pour vous permettre d’acquérir de bons repères.

 

La règle d’or

Les douleurs aux genoux sont très handicapantes. En général, tous mouvements sources de souffrance doivent engendrer l’arrêt de l’activité. N'attendez pas d'avoir mal pour arrêter même si la gêne est moindre. Un dialogue professeur.e/élève doit s’établir pour éviter toute intervention orale comme tactile malvenue pouvant aggraver votre douleur. Le genou, coordonnant le travail de la jambe et solidaire du maintien du corps, est donc une articulation essentielle pour la confiance du.de la danseur.se.

Il est aussi possible que votre gêne puisse se traduire par des crispations au niveau du haut, ou au contraire du bas du corps, et vienne ainsi perturber votre mouvement, rendant difficile pour votre professeur.e de découvrir l'origine de votre douleur. 

 

Les sources de douleur aux genoux

En danse moderne et classique, les études évaluent entre 14 et 20% les lésions du genou. Cette activité présente des particularités propices aux douleurs de genou pouvant être techniques ou physiques qui se traduisent souvent par des fémoro-patellaires et des syndromes rotuliens, pathologies récurrentes associées à la pratique de la danse amateure ou professionnelle.

L’en-dehors 

Par manque de gainage, l'en-dehors peut être problématique du fait d'une forte rotation externe au niveau du genou. Cette forte contrainte provient souvent d'un blocage des hanches lors de l’ouverture par manque de souplesse et d'engagement musculaire ainsi que d'une ouverture trop ample des pieds.

Conseil pratique - Les douleurs aux genoux



Le plié

Très fréquent, le plié doit impérativement être bien effectué. Même si ce mouvement peut vous paraître acquis, il faut veiller à sa réalisation technique. Lors de son exécution, respectez l’alignement des articulations de la jambe : hanche, genou, cheville. Visualisez et renforcez la position des rotules au-dessus des orteils lors de son exécution. La difficulté sera de maintenir sa réalisation technique durant les grands sauts par exemple.

 

L’hyper-laxité et l’hyper-extension

Symbole par excellence, les jambes de Sylvie Guillem légèrement arquées et dotées d'un magnifique cou-de-pied incarnent la ligne esthétique de la danseuse à son apogée. Cependant, la laxité du genou peut être innée ou induite par un travail à terme. En résulte une élasticité des ischio-jambiers et des quadriceps peu musclés induisant une instabilité de la rotule. Cette fois, des pathologies au niveau du tibia peuvent apparaître telles que des périostites ou des fractures de fatigue. Veillez à gainer et vous auto-grandir pour alléger l'appui sur les articulations des jambes. Refaites la visualisation du tendu de votre jambe.

 

La fatigue 

Votre état physique et moral du jour peut jouer dans le risque de blessure. Le manque de concentration et d'écoute crée un déficit de proprioception, vous êtes donc moins attentifs aux signaux de votre corps. De plus, une surcharge de travail ou une simple fatigue morale peuvent engendrer ou entretenir une inflammation.

 

La chausse 

Au moment de changer de chaussures, que ce soit un nouvel escarpin ou bien une paire de tongs, votre corps s'adapte. Durant le cours, la même chose se produit. En fonction de l'habitude du chausson ou chaussures dépend la sensation d’amorti et de contact au sol. De même, la danse pieds nus nécessite de la technique et de la maîtrise pour absorber et réduire les traumatismes. Partez du principe que le corps est un fabuleux élément d'adaptation. Plus votre technique sera aboutie, plus vous serez capable de sentir la disposition de votre corps.

Conseil pratique - Les douleurs aux genoux

Le sol 

La qualité du sol est primordiale. Un tapis antidérapant et antichoc recouvrant un parquet en double épaisseur non collé restera le meilleur sol pour vos articulations. Très peu de salles de danse proposent pour autant cette qualité de revêtement coûteuse. Soyez donc vigilants à ne pas forcer sur un sol trop dur ou inapte à la danse afin d'éviter d'éventuelles pathologies au niveau du pied ou du tendon d’Achille.

 

Le corps

Comme signalé précédemment, d’autres parties du corps peuvent enflammer les genoux. Un blocage du bassin ou une entorse de cheville mal soignée peuvent être des indices. Les douleurs ne sont pas toujours explicites et peuvent disparaître à chaud pour réapparaître au refroidissement des muscles. Consultez votre kinésithérapeute ou ostéopathe.

 

En conclusion

Le soin de son corps passe par le soin de sa technique et de son écoute corporelle. Souvenez-vous que le cheminement technique n'est pas nécessairement la perfection d'un mouvement mais d'abord le confort dans le geste. Ce qui marche pour votre corps est généralement bon pour votre technique. Malgré tout, le suivi médical reste indispensable en cas de fortes douleurs chroniques.

 

Share This Article

Related News

About Author

(1) commentaire

  1. sabrina ML
    11 mars 2018 at 12 h 21 min

    bravo pour cet article! Issue de "l'ancienne école" qui préconisait toujours un en-dehors maximal sans vraiment tenir compte de la morphologie des danseuses, je souffre depuis des années de douleurs aux genoux et de déséquilibres musculaires à ce niveau (qui nécessitent réggulierement des passages chez le kiné) et qui me genent beaucoup en dehors de la danse. Il a fallu attendre 25ans pour que ça se déclare...mais je n'arrive plus à m'en défaire! alors j'encourage ous les danseurs à prendre soin de leur 'ouil de travail' et à chercher le mouvement juste (en-dehors partant des hanches) plutôt que l'en-dehors extreme au niveau des pieds!

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial