Tuesday, Nov. 19, 2019

La Fille mal gardée – Qui voir danser sur scène ?

Ecrit par :

29 juin 2015

|

Catégorie :

La Fille mal gardée de Frederick Ashton n'est rentré qu'il y a quelques années au répertoire du Ballet de l'Opéra de Paris. Mais il est déjà presque devenu une habitude de fin de saison. Ballet frais et léger, drôle et savoureux, c'est - il est vrai - le spectacle parfait pour clôturer la saison dans une ambiance estivale.

Cette nouvelle série de La Fille mal gardée, qui démarre le 29 juin au Palais Garnier, est de plus pimentée par de nouvelles distributions, avec de nombreuses prises de rôle et jeunes talents. À tel point qu'il est très difficile de choisir entre toutes ces dates ! La rédaction de Danses avec la plume n'y est d'ailleurs pas arrivée et les verra presque toutes. Seul petit regret : qu'il n'y ait pas plus d'Étoiles voulant danser ce ballet. À Londres, où est né ce spectacle, Carlos Acosta le danse encore à 40 ans.

 

La distribution "S'il n'en fallait qu'une"

Myriam Ould-Braham (Lise), Mathias Heymann (Colas) et Yann Saïz (Mère Simone) : les 11 et 13 juillet.

EDIT - Myriam Ould-Braham s'est blessé lors d'une représentation avec Josua Hoffalt, elle ne dansera finalement pas avec Mathias Heymann. La danseuse est remplacée par Letizia Galloni le 11 juillet et Éléonore Guérineau 13 juillet

C'est sûrement le meilleur couple que la compagnie parisienne peut afficher pour ce ballet. Après une longue absence, Myriam Ould-Braham revient dans le rôle avec lequel elle a été nommée Étoile. Elle est la Lise parfaite, y apportant tout son délicat travail du haut du corps, sa danse musicale et sa fraîcheur (sans tomber dans quelque chose de gnan-gnan). Mathias Heymann en très grand forme propose toujours un Colas enthousiasmant et bondissant. Le couple fonctionne très bien, chacun-e complétant de l'autre de ses différentes qualités. Si Stéphane Phavorin a marqué durablement le rôle de Mère Simone, Yann Saïz devrait aussi s'y montrer surprenant, dans un tout autre registre de ses rôles habituels.

La Fille mal gardée - Mathias Heymann et Myriam Ould-Braham

La Fille mal gardée - Mathias Heymann et Myriam Ould-Braham

La distributions très attirante aussi

Myriam Ould-Braham (Lise), Josua Hoffalt (Colas) et Aurélien Houette (Mère Simone) : le 29 juin, les 3 et 6 juillet.

Le couple de la première a aussi de quoi attirer. Myriam Ould-Braham et Josua Hoffalt forment un joli partenariat, et ce dernier apporte beaucoup de fraîcheur au rôle de Colas. Ils sont sur la même longueur d'ondes. Aurélien Houette est aussi très drôle en Mère Simone. Un beau trio équilibré.

La Fille mal gardée - Myriam Ould-Braham et Josua Hoffalt

La Fille mal gardée - Myriam Ould-Braham et Josua Hoffalt

La distributions Jeunes talents "S'il n'en fallait qu'une"

Éléonore Guérineau (Lise), Fabien Revillion (Colas) et Aurélien Houette (Mère Simone) : le 4 juillet.

Éléonore Guérineau en premier rôle, enfin ! Après des années planquée dans le corps de ballet, la ballerine a enfin sa chance en véritable soliste. La qualité de sa danse, sa musicalité, son esprit transfigurent dès qu'elle apparaît en scène (souvenez-vous de son pas de trois du Lac des Cygnes). Elle est associée à Fabien Revillion, brillant Sujet lui-aussi souvent oublié. Une belle première à ne pas rater, en espérant qu'il y en aura d'autres.

 

La distributions Jeunes talents qui font envie aussi (lorsque l'on dit que l'on a du mal à se décider).

Muriel Zusperreguy (Lise), François Alu (Colas) et Takeru Coste (Mère Simone) : le 30 juin et le 2 juillet.

Un rôle de demi-caractère bondissant demandant de belles qualités de comédien, voilà qui semble aller comme un gant à François Alu. Le danseur, assez peu distribué en cette fin de saison, devrait se régaler avec ce personnage. Une première aussi en Mère Simone, Takeru Coste, danseur au véritable don comique. Muriel Zusperreguy devrait danser Lise avec assurance, convenant joliment au rôle même si, lors de la dernière reprise, elle n'apportait pas autant de profondeur au personnage que Myriam Ould-Braham.

La Fille mal gardée - François Alu et Muriel Zusperreguy

La Fille mal gardée - François Alu et Muriel Zusperreguy

Letizia Galloni (Lise), Mathias Heymann (Colas) et Yann Saïz (Mère Simone) : les 8 et 11 juillet.

Letizia Galloni a aussi sa chance ! La belle ballerine encore Coryphée montre aussi de quoi elle est capable dans les petits rôles, avec une belle amplitude de danse et un charisme en scène. Elle est entourée par deux artistes expérimentés, Mathias Heymann et Yann Saïz, qui devraient la mettre à l'aise pour son premier grand personnage. C'est aussi sûrement la première fois qu'une danseuse métisse a droit, à l'Opéra de Paris, au premier rôle d'un ballet classique.

 

Marine Ganio (Lise), Marc Moreau (Colas) et Aurélie Houette (Mère Simone) : le 10 juillet. Avec Simon Valastro (Mère Simone) : le 14 juillet.

Encore une Sujet oubliée qui a enfin sa chance. Marine Ganio a un parcours similaire à Éléonore Guérineau, entrée quasiment en même temps dans le corps de ballet, souvent brillante en concours, maman depuis peu et qui semble enfin avoir sa chance depuis l'arrivée de Benjamin Millepied. Marc Moreau a déjà montré sa valeur dans des rôles de premiers plans, tout comme Simon Valastro. Sur le papier, le trio semble plutôt bien fonctionner.

La Fille mal gardée - Marine Ganio et Marc Moreau

La Fille mal gardée - Marine Ganio et Marc Moreau

 

Et vous, quelle distribution allez-vous voir ? Laquelle vous tente le plus ?

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(6) commentaires

  1. Marie
    29 juin 2015 at 12:41

    Une inconditionnelle de Mathias Heymann donc forcément une avec Matthias! Ayant dansé dans des cours avec letizia (même promotion que plusieurs amies a l école de danse) je vais naturellement aller le 8! Inutile d'ajouter que si je pouvais voir toute les distrib je le ferai!!!!

  2. alena
    29 juin 2015 at 14:22

    Raaah! on voudrait toutes les voir !!! Comme je ne peux pas choisir mes dates, ce sera, avec joie, MOB et Josua Hoffalt, mais j'aurais aimé voir Eléonore Guérineau et Fabien Révillon, ainsi que Marine Ganio. Ravie cependant de revoir notre si belle Myriam Ould-Braham.

  3. Thibaud
    29 juin 2015 at 19:34

    J'irai voir la distribution du 8 avec Letizia Galloni et Mathias Heymann. Comme souligné justement dans votre article, première fois qu'une danseuse de couleur est à l'honneur... en 2015 ! Quel retard pris sur les autres compagnies européennes ou américaines en terme de diversité et d'égalité des chances !

  4. Joelle
    29 juin 2015 at 20:48

    J'aurais bien aimé les voir toutes et tous.... Mais les contraintes d'agenda familial feront que je ne verrai pas Mathias et Myriam... Snif... Mais j'ai déjà vu Myriam et Josua lors de la Générale, je verrai ensuite François et Muriel le 2, puis Mathias et Letizia le 8 !

  5. Anne-Claire
    29 juin 2015 at 23:43

    Pas tout à fait d'accord sur les remarques sur la diversité. Le ballet de l'Opéra de Paris a quand même eu quelques solistes / étoiles issus de la diversité à la française: Charles Jude, Kader Belarbi, Eric Vu An, Alice Renavand. Au niveau des étoiles du Royal Ballet, je ne crois pas que cela soit si brillant cela. Vous allez dire Carlos Acosta, mais on ne peut pas vraiment parler d'un pure produit de l'école de danse britannique. J'imagine que la diversité dans le corps de ballet et parmil les solistes est proportionnelle à celle que l'on trouve en entrée de l'Ecole de Danse, elle-même proportionnelle à celle des classes sociales plutôt favorisées dont sont issus les candidats.

    • Amélie Bertrand
      6 juillet 2015 at 18:55

      @ Marie : Le 8 juillet est une distribution attendue par pas mal de monde ;)

      @ Alena : Le couple MOB/Hoffalt est vraiment bien dans ce ballet !

      @ Thibaud : Je ne suis pas sûre que les autres compagnies européennes soient spécialement en avance non plus sur ce sujet. Mais ça avance

      @ Joëlle : De belles distributions !

      @ Anne-Claire : Les danseurs et danseuses d'origine asiatiques ont eu moins de mal à s'intégrer. Je parle vraiment de personnes de couleur, pour qui c'est beaucoup plus difficile. Mais je ne suis pas sûre que cela soit mieux ailleurs en Europe. Carlos Acosta n'est pas de l'école du Royal Ballet, mais peu d'Étoile de cette compagnie le sont finalement... La diversité, cela passe aussi par l'École c'est sûr. Je ne suis pas sûr qu'il y ait une énorme diversité sociale à l'École de Danse aujourd'hui. Par contre, si l'on compare à 10-15 ans, la diversité ethnique est plus importante.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial