Tuesday, Jul. 23, 2019

Bal et surprises à Chaillot pour les 30 ans du Ballet Preljocaj

Ecrit par :

13 octobre 2015

|

Catégorie :

Après une première célébration au Pavillon noir d'Aix-en-Provence, c'est au Théâtre National de Chaillot que public, ami-e-s et collaborateur-rice-s du Ballet Preljocaj s'étaient donné rendez-vous, ce samedi 10 octobre, pour fêter en beauté ses 30 ans. Une soirée entre souvenirs dansés et bal, mâtinée d'une pointe d'humour et de provocation.

Les 30 ans du Ballet Preljocaj

Les 30 ans du Ballet Preljocaj

Il y a donc 30 ans, en pleine émergence de la nouvelle danse française, qu'Angelin Preljocaj, fort du succès de sa première pièce Marché Noir au concours de Bagnolet, a fondé sa compagnie à Champigny-sur-Marne. Depuis, il a réalisé près de 50 créations, travaillé avec les danseurs et danseuses de l'Opéra de Paris, du New York City Ballet ou du Bolshoï, multiplié les collaborations avec des écrivains (Pasqual Quignard, Laurent Mauvignier), des plasticiens (Fabrice Hyber, Adel Abdessemed), des musiciens (Karlheinz Stockhausen, Air) ou des stylistes (Jean-Paul Gaultier, Azzedine Alaïa). Son Ballet s'est installé à Aix-en-Provence où le Pavillon Noir, doté de quatre studios et d'un théâtre, est un véritable écrin pour sa danse et celle de compagnies invitées. Un parcours en forme de success-story qu'il convenait de fêter dignement avec ceux et celles qui y ont participé.

Debout, assise sur des fauteuils ou à même le sol, la foule se pressait le 10 octobre dans le Grand foyer de Chaillot, paré pour l'occasion des graphiques paravents des Nuits et d'une petite scène habillée de noir. Au programme, la playlist réjouissante de DJ Moulinex et un bal orchestré par le facétieux Christian Ubl, entrecoupé de six surprises dansées.

Le gâteau des 30 ans du Ballet Preljocaj

Le gâteau des 30 ans du Ballet Preljocaj

Michel Kelemenis, vieux complice d'Angelin Preljocaj, offrit le premier cadeau sous forme d'une reprise de leur toute première chorégraphie, Aventure coloniale, créée en 1984 alors qu'ils étaient danseurs chez Dominique Bagouet. Ce duo masculin fut l'occasion de découvrir à quel point la grammaire chorégraphique de l'un et de l'autre était déjà en germe à leurs tout débuts. Puis vint le tour du marseillais Georges Appaix, qui proposa avec Pot-Pourri une poétique promenade dans la chanson française. Du C'est extra de Léo Ferré au Je suis sous de Claude Nougaro en passant par le Ta Katie t'a quitté de Boby Lapointe, il dit, chanta et dansa, non sans humour, quelques morceaux choisis. Quant à Goût, performance provocante du radical et néanmoins attachant Steven Cohen, perché sur des talons vertigineux, coiffé de brillantes étoiles de David et le sexe enrubanné aux couleurs de la France sous sa robe, son côté scatologique fit fuir quelques personnes.

Ce fut ensuite à Natacha Atlas, complice du Ballet pour Les Nuits, d'entonner le traditionnel Happy birthday to you avant qu'arrive un étincelant gâteau, fait de multiples éclairs. Didier Deschamps comme Angelin Preljocaj rejoignirent alors la scène pour de brefs discours. Celui du chorégraphe, remerciant chaleureusement toute l'équipe du Ballet mais surtout Nicole Saïd, directrice de la troupe et fidèle collaboratrice de l'ombre depuis les premiers jours, fut émouvant.

Goût de Steven Cohen

Goût de Steven Cohen

Après que chacun-e a pu se régaler de champagne et gâteaux, charmé par la voix de Natacha Atlas, Kaori Ito, offrit à son tour un extrait de SoloS. Un moment poétique autant que virtuose où l'ancienne danseuse du Ballet devenue chorégraphe semblait, pantin autant que marionnettiste, peu à peu animer son propre corps. Enfin vint le temps de la dernière surprise, une des plus réussies, proposée par Olivier Dubois. Celui-ci, non sans avoir convoqué Angelin Preljocaj et une douzaine de ses anciens interprètes sur le plateau, entrepris avec Ce qu'il m'en reste, de romancer son histoire avec le chorégraphe. Il lut un texte plein d'humour, expliquant en six tableaux comment tout en le malmenant il intriguait pour le séduire. Entrecoupant son récit de quelques extraits dansés de Personne n'épouse les méduses ou de MC 14/22, Ceci est mon corps, exécutés de mémoire, il fut rejoint par les autres danseurs quand vint le moment de Roméo et Juliette. Tous exécutèrent alors une marche martiale réjouissante, leurs corps ont décidément gardé une vive mémoire des pas.

Et comme dans les plus jolis contes, c'est par une étreinte et un baiser échangé entre Angelin Preljocaj et Oliver Dubois que ce dernier hommage un peu foutraque se conclut. Ce trentième anniversaire fut une longue et belle soirée de danse en tous genres, dans la salle comme sur scène.

Angelin Preljocaj et Olivier Dubois

Angelin Preljocaj et Olivier Dubois

 

Les 30 ans du Ballet Preljocaj, soirée anniversaire. Théâtre National de Chaillot. Samedi 10 octobre 2015.

Découvrez toutes les photos de cette soirée anniversaire : 

 

Share This Article

Related News

About Author

(2) commentaires

  1. Nathalène Bourdier-Schwartzbard
    13 octobre 2015 at 16:31

    Rien à ajouter! J'ai vécu la même soirée! Bravo et merci pour ce papier.

  2. Delphine Baffour
    14 octobre 2015 at 10:32

    @Nathalène Merci à vous pour ce commentaire.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial