Sunday, Oct. 20, 2019

Nuit Blanche à Paris le 1er octobre – Le programme Danse

Ecrit par :

29 septembre 2016

|

Catégorie :

Lancé en 2002, la Nuit Blanche de Paris est une grande manifestation dans la capitale, où des artistes prennent possession de la ville pendant toute une nuit. L'édition 2016 a lieu le samedi 1er octobre, autour de 12 chapitres artistiques. Petit tour du programme en ce qui concerne la danse.

nuit-blanche-2016_affiche

Pas de choeur Marie-Agnès Gillot, Laurent Derobert et Pascal Quignard - Chapitre 11

Sur l’Île aux cygnes, les visiteur.se.s sont entraînés dans une mystérieuse danse. Inspirés par la chorégraphie que Thésée aurait effectuée en mémoire de sa délivrance du dédale par Ariane, Marie-Agnès Gillot, Laurent Derobert et Pascal Quignard invitent des performeurs à rendre compte avec leurs mains puis leurs corps des tours et détours du labyrinthe. Alpha et oméga de la performance, Marie-Agnès Gillot dessine la partition écrite avec Pascal Quignard et Laurent Derobert dans le sable. Une projection se fait l’écho de ces mouvements qui ondulent d’un interprète à l’autre, étirant ainsi cette danse fleuve tout au long de la nuit. L'Étoile est entouré pour cette performance de quelques danseurs et danseuses de l'Opéra de Paris : Alice Renavand, Hannah O’Neill, Letizia Galloni, Sofia Rosolini, Ninon Raux, Alexandre Gasse, Adrien Couvez, Axel Ibot, Marc Moreau, Yvon Demol, Daniel Stokes, Loick Pireaux et Sylvia Saint-Martin.

Sur l'Île au Cygnes, au niveau de la réplique de la Statue de la Liberté de 22h30 jusqu'à épuisement.

 

Hourvari de Yoann Bourgeois - Chapitre 9

Yoann Bourgeois, l'un des maître du nouveau cirque, propose Hourvari sur les berges de la Seine, une adaptation de son spectacle Celui qui tombe. Juchés sur un plateau tournant, un duo amoureux tente de garder l’équilibre malgré les soubresauts imprévisibles du sol. Les mouvements de la plateforme et les forces centrifuges catalysent une multitude de situations dans lesquelles les performeurs doivent se cambrer, se raccrocher l’un à l’autre pour rester debout. Ce péril en tout point du sol instaure un rapport de force entre les danseurs et la scène mais également entre les deux membres du couple sur le point de s’écrouler.

Sur les berges de la rive gauche au port des Champs-Élysées de 19h à 7h.

 

La Caverne d'Anthony Baillard - Chapitre 2

Anthony Baillard propose une danse d'ombres et de lumières avec un performeur prisonnier derrière une surface translucide, dans une nouvelle vision de l’allégorie de la caverne de Platon. L’œuvre est produite par Out of Pluto, une société pluridisciplinaire qui rapproche les mondes de l’art, de la science et de la technologie, et interprétée par le mime et chorégraphe Vahram Zaryan.

À la péniche Le Marcounet au Port des Célestins de 22h à 2h.

 

TU ES (je suis le corps qui exprime vos peines) - Marie-Agnès Gillot et Julie Guibert - Chapitre 10

Marie-Agnès Gillot participe décidément de près à cette Nuit Blanche 2016. Elle sera aussi au Théâtre des Champs-Élysées.  Les danseuses Marie-Agnès Gillot et Julie Guibert interprètent une partition chorégraphique co-écrite avec les prisonniers de la Maison Centrale d’Arles. Ensemble, ils interrogent la gestuelle des détenus et les marques laissées par l’enfermement sur le corps humain. Le duo rend compte de plusieurs ateliers réalisés dans la prison où la danse constitue un moyen de se libérer du cadre carcéral et de reprendre possession de son corps, autour du Boléro de Ravel.

Au Théâtre des Champs-Élysées de 23h30 à 2h30.

 

Muses par le Crazy Horse - Chapitre 9

Dans le jardin du Petit Palais, une rencontre envoûtante apaise Poliphile. Comme à de nombreuses reprises dans le roman, les nymphes viennent en aide à notre héros éprouvé pour le guider et l’émerveiller. En signe de rupture avec le monde réel, un flash de lumière blanche éblouit les visiteurs qui pénètrent dans l’enceinte du jardin. C’est un monde féerique qu’ils découvrent alors dans ce somptueux décor 1900. Cachées derrière les colonnes du péristyle, les nymphes du Crazy Horse semblent s’être réfugiées en ce lieu enchanteur. Au milieu du bassin central, elles font onduler leurs robes vaporeuses et chuchotent doucement à l’oreille des visiteurs.

Au jardin du Petit Palais de 20h à 1h.

S'unir et franchir de Carolyn Carlson, Didier Lockwood et Dominique Paulin - Chapitre 10

Didier Lockwood, cinquante ans au violon dont quarante en maître de l'improvisation, illustre la toile grand format de Dominique Paulin qui joue les alchimistes en mêlant pigments, make up et matériaux inattendus en des vision abstraites. La grande Carolyn Carlson y danse.

À la Cathédrale Américaine de Paris de 19h à 2h.

 

Les murmures d'Ananké et Fairy Jail du Collectif ARpiS et Léa Betremieux - Chapitre 2

Créé en 2013, le collectif ARpiS réunit des artistes travaillant sur la rencontre entre les arts numériques et les arts vivants (Mime/Danse). Dans Les Murmures d'Ananké, expérience sonore et visuelle, le spectateur s'immerge dans un grand marécage aux côtés d'un curieux personnage solitaire. Le projet est introduit par "Fairy Jail", performance théâtrale qui narre la naissance d'une fée.

À la Mairie du 3e de 19h à 1h.

 

Le Silence n'existe pas par la compagnie Attractif - Chapitre 9

Inspirée des 4'33" de John Cage, la performance chorégrapique imaginée par Morgane Dragon et Alexandre Carniato traite la durée des 3 mouvements 30'', 2'23'', 1'40'' par la danse de corps indissociables de l’acoustique. S'ajoute un travail sonore de Phanie White qui questionne la notion du temps et du hasard. Danser au bord du vide.

À l'Église Saint-Philippe-du-Roule de 20h à 23h.

 

Les fantômes de l'opéra par l'Opéra de Paris - Chapitre 7

La 3e scène de l'Opéra de Paris, plateforme de vidéos, s'expose à la Nuit Blanche 2016. Cinq films ont été choisis, deux de Xavier Veilhan (plasticien), David Luraschi (photographe), III-Studio (plateforme de création), Bret Easton Ellis (écrivain) et Wendy Morgan (réalisatrice), qui entretiennent des rapports plus ou moins lointains avec les coulisses de l’opéra, le monde de la mise en scène et l’histoire du corps.

Sur la passerelle Senghor de 20h à 6h.

 

Avant la nuit dernière de Christian Rizzo - Chapitre 3

Le plus ancien hôpital de la ville est le lieu de mystérieuses apparitions qui questionnent Poliphile et le visiteur : et si tout cela n’était qu’un rêve ? Au milieu de la cour, véritable respiration au sein du complexe hospitalier, un grand disque est suspendu par l’artiste et chorégraphe Christian Rizzo. En basculant, il reflète des fragments de l’architecture néo-classique en même temps que les corps mouvants des spectateurs qui pénètrent dans l’enceinte. Les mouvements du disque et les jeux de lumière sur sa surface font apparaître et disparaître des images parmi lesquelles se glisse la silhouette diffractée d’un homme.

À l'Hotel-Dieu de 19h à 7h.

 

(IN)VISIBILITY de Yohan Han, Sunghyun Cho et Sun-a Lee - Chapitre 7

Deux artistes multimédias et une danseuse créent une structure en tubes fluorescents dans la nef de la Basilique. Celle-ci réagit aux battements cardiaques de la danseuse et du public grâce à un dispositif de captation du son. Du visible à l'invisible, à coeur ouvert.

À la Basilique Saint-Clotilde de 19h à 2h.

 

Pendulum/Nuit de Pignon sur rue - Chapitre 2

Pendulum/Nuit est une danse autour de la lumière et de la transformation qui emmène le spectateur dans un état sensoriel et hypnotique. En partenariat avec le Musée d'Art Moderne André Malraux du Havre.

Au jardin de l'Hôtel Lamoignon de 21h à 4h.

Le cœur du son - Anatomie du franchissement de Maguelone Vidal - Chapitre 2

Maguelone Vidal explore les relations poétiques et sensorielles entre le son et le corps. Tandis que les performers dansent leur vie en empruntant la chorégraphie de Fabrice Ramalingom, elle mixe en direct leurs battements de cœur en immergeant le spectateur dans leurs sonorités profondes. Le bruit de la vie, intime et universel, devient le flux vibrant de la ville, le pouls de Paris.

Au Gymnase Saint-Merri de 21h à 2h.

 

Lovol de Laura et Sophia Boudou - Chapitre 2

Laura Boudou, chorégraphe-danseuse, et Sophia Boudou, architecte-scénographe, développent un travail autour du corps, de la notion d’espace actif et de la translation entre réel et utopie. LOVOL est une performance scéno-chorégraphique, un duo poétique entre une femme et un grand voile blanc.

Square Léopold Achille de 23h à 2h30.

 

Faites de beaux rêves ! des enfants de Môm'Frenay - Chapitre 1

Performances sonores et visuelles sur le thème du rêve qui mettent en scène artistes et amateurs dans diverses disciplines artistiques, telles que la danse, le chant ou la peinture. Performances préparées en amont par les enfants avec des artistes professionnels lors d’ateliers artistiques.

Place Henry Frenay de 19h à 0h30.

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial