Thursday, Jun. 20, 2019

Giselle à l’ODP : Convergences ou aperçu des répétitions

Ecrit par :

29 septembre 2009

|

Catégorie :

Il y a une chose qui existe à l'Opéra de Paris et qui est assez sympathique : avant une série de représentations, il y a souvent une espèce de petite répétition en public d'une heure, à l'amphithéâtre bastille.

Je n'y étais jamais allée jusqu'à présent, parce que je n'étais jamais arrivée à choper une place sur le net, et je croyais tout naïvement que pas de place, pas d'entrée. En fait, les sans-billet peuvent venir, comme il reste toujours des places.

Samedi 19 septembre, je me rends donc à cet après-midi Convergences spécial Giselle.

Déjà, première impression qui n'a aucun rapport avec le ballet : que de souvenirs de revenir dans cet amphithéâtre Bastille. Il y a 10 ans (10 ans !), j'y avais passé pas mal de mes après-midis, la moitié de mes vacances et trois semaines de représentations. A la cantine, on avait mangé à côté de José van Dam, et un soir à la sortie, on avait croisé Marie-Claude Pietragalla. On avait même répété dans un des studios de danse. Bref, rien à voir, mais ça me fait plaisir d'évoquer ces souvenirs.

Mais revenons à Giselle. Pendant 1 heure, nous avons donc eu droit à une sorte de répétition public. Je dis "Sorte de répétition", parce qu'il semblait évident qu'ils ont déjà bien travaillé les deux extraits présentés, et qu'ils en sont aux fignolages. En maître de ballet, Laurent Hilaire. En jeunes danseur(se)s sur scène dans trois semaines dans les rôles principaux, Mathias Heymann et Dorothée Gilbert.


Tout commence d'abord avec un extrait du premier acte. Plus que de la technique, il s'agit surtout d'un passage de pantomime. J'ai trouvé ça vraiment très intéressant. Sur scène, ça n'a l'air de rien, mais on se rend vraiment compte du travail de précision que cela demande. Chaque geste et l'intention qu'il a ne sont pas fait au hasard. Un bras à telle hauteur, un placement, une diagonale, un dégagé fait de telle façon, tout a son importance, mais les plus infimes détails. Ainsi, Laurent Hilaire coupait par moment ses danseurs pour un tout petit truc qui, à nous spectateurs, nous semblait sans importante, mais qui l'était pour raconter l'histoire. C'était de la grande précision.
J'ai surtout été frappée par le travail musical de la pantomime. Chaque geste se pose véritablement sur une note musicale, un accent, un phrasé. S'exprimer sur de la musique prend ici tout son sens. On se rend compte aussi du soucis de perfection qui anime ces danseur(se)s.

La deuxième partie était réservée à une scène du deuxième acte. Si le passage était plus technique, la répétition était tout de même encore beaucoup axée sur la pantomime. Dorothée Gilbert semblait être déjà complètement dans son rôle, et les deux paraissaient déjà très accordés, alors qu'il leur restait encore trois semaines de répétition. Sur scène, il n'y avait ni décors, ni Willis, ni fumée. Myrtha n'était pas là, et l'orchestre se limitait au piano. Et pourtant, lors de leur pas de deux, quelque chose s'est passée. Nous étions déjà dans l'histoire, dans le dilemme de ces personnages, dans la forêt des Willis. Malgré leurs tenues de répétitions, c'était bien Giselle et Albrecht que nous avions en face de nous. Comme quoi un beau moment de danse peut naître à partir de pas grand chose.

Pour finir, une petite vidéo de cet après-midi. La qualité n'est pas vraiment là, mais ça donne une petite idée.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(3) commentaires

  1. mimylasouris
    30 septembre 2009 at 10:04

    Il va fal­loir que je piste ces répé­ti­tions publi­ques… Je ne sais pas quelle par­tie du deuxième acte tu as pu voir, mais on trouve ici ( http://www.you­tube.com/watch?v=gkhQ… - ne cher­che pas la cin­quième par­tie, il y a un bug dans la numé­ro­ta­tion) une autre de ces séan­ces de tra­vail avec l’appa­ri­tion de Giselle. C’est assez din­gue de cons­ta­ter la lisi­bi­lité que peu­vent revê­tir les moin­dres ges­tes lors­que les dan­seurs et leurs répé­ti­teurs ont suf­fi­sam­ment de matu­rité artis­ti­que pour faire un véri­ta­ble tra­vail d’orfè­vre.
    Et l’évo­ca­tion de tes sou­ve­nirs m’intri­gue : est-ce que c’est toi qui dan­sais ? as-tu assisté à un cycle de repré­sen­ta­tions ? et quoi comme spec­ta­cle ?

  2. cams
    30 septembre 2009 at 13:48

    merci pour cette petite vidéo! ça rap­­pelle des sou­­ve­­nirs. est-ce toi qui l’a prise?
    Vu ton point de vue, je devais être pla­­cée juste der­­rière toi!


    > Pour Mimy­la­sou­ris : J’étais déjà tom­bée sur ces vidéos, elles sont en effet très inté­res­san­tes. Quant à mes sou­ve­nirs, durant mes étu­des secon­dai­res, j’étais en mi-temps musi­que, dans un choeur d’ado­les­cents au CNR de Paris. Nous fai­sions sur­tout des con­certs clas­si­ques, mais nous avons aussi pas mal par­ti­cipé aux spec­ta­cles Jeune Public de l’Opéra de Paris. Il s’agis­sait de spec­ta­cles musi­caux/comé­dies musi­ca­les, qui avaient lieu à l’amphi­théâ­tre. Nous fai­sions les choeurs et par­ti­ci­pions acti­ve­ment à la mise en scène, ce qui néces­si­tait beau­coup de répé­tions. Nous avons ainsi passé une bonne par­tie de nos vacan­ces et après-midis dans les cou­loirs de Bas­tille, d’où ces ren­con­tres. 

    > Cams. J’avoue, cette vidéo à la piè­tre qua­lité est de moi ;). J’étais tout à droite, en haut. On se fera signe la pro­chaine fois :).

  3. Sonia
    7 octobre 2009 at 05:56

    Tout ce qu’on peut faire à Paris… c’est magi­que!

Réagissez

Répondre à mimylasouris Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial