Thursday, Sep. 19, 2019

Soirée Teshigawara/Brown/Kylián : qui voir danser sur scène ?

Ecrit par :

30 octobre 2013

|

Catégorie :

Le Ballet de l'Opéra de Paris démarre dès le 31 octobre une soirée contemporaine au Palais Garnier, composée de Darkness is hiding black horses de Saburo Teshigawara (une création), Glacial Decoy de Trisha Brown et Doux mensonges de Jiří Kylián.

Un programme qui s'annonce a priori assez austère. Si l'on excepte Jiří Kylián, on a affaire à des chorégraphes souvent plus soucieux d'une esthétique et d'une pensée que d'une émotion. Cela n'empêche pas une chorégraphie complexe, mais ce genre d'oeuvre un peu déconnectée peut vite devenir ennuyeuse, ne pas passer la rampe, et rester finalement assez lointaine aux yeux du public. Les distributions sont en tout cas intéressantes, composées en général de belles personnalités.

Teshigawara-Brown-Kylián

 

Le 31 octobre, les 2 (matinée), 4, 7, 10 et 14 novembre

Darkness is hiding black horses de Saburo Teshigawara : Aurélie Dupont, Jérémie Bélingard et Nicolas Le Riche.

Je trouve Saburo Teshigawara passionnant quand il parle de danse, un peu moins à voir sur scène. Le trio choisi peut toutefois faire des merveilles. Nicolas Le Riche rend intelligent tout ce qu'il danse, Aurélie Dupont est sublime quoi qu'il arrive, Jérémie Bélingard apporte un côté plus brut de décoffrage à l'ensemble. À voir uniquement pour les interprètes ? Ce même trio avait fait voir d'un tout autre regard le soporifique O Zlozony / O composite Trisha Brown...

 

Glacial Decoy de Trisha Brown : Laurence Laffon, Caroline Robert, Letizia Galloni, Juliette Hilaire et Miho Fujii.

Glacial Decoy n'a pas une réputation fantastique dans le coeur du public danse. On note toutefois une très jolie distribution, entre Laurence Laffon toujours intéressante, les jeunes talents remarqués Letizia Galloni et Juliette Hilaire ou la trop souvent oubliée Miho Fujii.

 

Doux mensonges de Jiří Kylián : Eleonora Abbagnato, Alice Renavand, Stéphane Bullion et Vincent Chaillet.

Ballet phare de cette soirée, Doux mensonges a droit à une très jolie nouvelle distribution. Eleonora Abbagnato et Alice Renavand rayonnent dans ce genre de répertoire. Leur association pourrait être très intéressante sur scène, entre une danseuse incandescente et une autre plus réservée, mais non moins sensible et passionnante. Stéphane Bullion peut y apporter un contrepied un peu plus noir. Séduisant sur le papier.

Doux mensonges

Doux mensonges

 

Les 1er, 2, 6, 9 et 12 novembre

Darkness is hiding black horses de Saburo Teshigawara : Aurélie Dupont, Jérémie Bélingard et Nicolas Le Riche.

Le trio assurera toutes les dates pour cette création.

 

Glacial Decoy de Trisha Brown : Caroline Bance, Séverine Westermann, Christelle Granier, Gwenaëlle Vauthier et Claire Gandolfi.

Voir du Trisha Brown avec le Ballet de l'Opéra de Paris, après en avoir vu par sa propre troupe, risque d'être difficile. Danser du Trisha Brown depuis six semaines, et danser du Trisha Brown depuis six ans, ce n'est pas pareil (pour n'importe quel-le chorégraphe d'ailleurs). Pour passer outre, il faut de fortes personnalités. Et ce quintette, aperçu en grande partie dans une reprise d'In the middle somewhat elevated de William Forsythe, n'avait pas vraiment convaincu sur cet aspect.

 

Doux mensonges de Jiří Kylián : Eve Grinsztajn, Aurélia Bellet, Alexandre Gasse et Alessio Carbone.

Un autre très joli quatuor. Eve Grinsztajn et Alessio Carbone sont souvent les oubliés des distributions, alors que ce sont des interprètes passionnants et intelligents. Aurélia Bellet et Alexandre Gasse font de belles choses aussi. Un joli moment en perspective.

 

En conclusion, quelle distribution aller voir ? Je miserais sur la première, qui me semble plus forte... et d'aller voir la deuxième uniquement pour Doux mensonges.

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(7) commentaires

  1. Joelle
    30 octobre 2013 at 14:57

    J'ai mes places pour demain soir, donc la première distribution... Et j'ai, comme toi, très envie de voir la deuxième distribution surtout pour Doux Mensonges. Je me tâte.... Et malheureusement les dates possibles pour moi avec cette 2ème distribution tombent pile sur les jours du concours de promo pour lequel je ne sais toujours pas si j'ai une place ou pas...

  2. Sissi
    31 octobre 2013 at 11:29

    J'ai hâte d'avoir vos impressions suite à la première de ce soir. Pour moi ce sera également la 1ère distribution mais le soir de la dernière (si aucun changement...).

  3. Romain
    31 octobre 2013 at 13:36

    Je suis complètement d'accord. J'ai une place pour ce soir qui a une distribution très alléchante. Et je vais surement me prendre une deuxième place pour voir Eve Grinsztajn dans Doux Mensonges, mais ce programme résistera-t-il à deux visions?

  4. Joelle
    1 novembre 2013 at 11:13

    et bien ce fut plutôt la cata... Plutôt raté pour Yeshigawara avec des applaudissements très maigres. Je plains notre trio étoilé qui n'a pourtant pas démérité. Pour Glacial Decoy, il me semble que ce genre de ballet est beaucoup trop daté malgré la performance notoire des danseuses. Heureusement qu'il y avait Doux Mensonges pour sauver la soirée. C'était génial/sublime/superbe avec 4 danseurs inspirés et un chœur magnifique ! On en redemande !

  5. Petitvoile
    3 novembre 2013 at 13:28

    Les ballets "contemporains" ont toujours un accueil glacé à l'opéra... Je me rappalle le Veronique Doisneau, Cunningham et même Kylian!!!! Savez vous que dans le monde entier les danseurs parlent du dernier Boléro de l'opéra de Paris (Cherkaoui) comme DU truc qu'ils aimeraient danser?....!!!!!

  6. Joelle
    3 novembre 2013 at 14:11

    J'ai vu trois fois le Boléro (Cherkaoui/Jalet) en mai et juin derniers. Ce n'était pas lors de la première, je vous l'accorde, mais le public n'a pas boudé du tout l'œuvre, même si j'ai lu des critiques pas très sympas dans la presse ou sur le web. L'accueil a été très bon les trois fois.

  7. Carole
    4 novembre 2013 at 22:01

    Tout d'abord j'apprécie votre site, je n'y connais pas grand chose alors vos articles m'inspirent, j 'adore aller à Garnier pour voir des ballets avec vos conseils, ne soyez pas surprise mais Samedi 2 novembre Nicolas Le Riche était il tout de noir vétue , car depuis l'amphitéatre je n'ai pas su identifier les roles masculins, en tout cas j'ai adoré cette 1ere partie et la 3eme partie , j ai eu du mal sans la musique mais quelle performance pour être si synchrone. Merci et continuez

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial