Tuesday, Sep. 18, 2018

[Photos] Retour sur Don Quichotte de Rudolf Noureev par le Ballet de l’Opéra de Paris

Ecrit par :

10 janvier 2018

|

Catégorie :

Le Ballet de l'Opéra de Paris a terminé 2017 et entamé 2018 avec une série de Don Quichotte de Rudolf Noureev, qui s'est tenu du 11 décembre au 6 janvier. 

Retour en images sur les différentes distributions de Don Quichotte

 

La dernière reprise de Don Quichotte il y a cinq ans n'avait pas laissé de bons souvenirs, avec des blessures à la chaîne et des ensembles hasardeux. Cette série 2017 a bien mieux commencé, avec d'emblée une distribution digne des grandes affiches, rassemblant Ludmila Pagliero et Mathias Heymann. Les deux Étoiles ont affiché une grande forme en scène, à la fois éblouissants techniquement, drôles dans le jeu et proposant une véritable complicité dans leur partenariat. Sûrement le meilleur couple de cette série ! Les seconds rôles étaient de luxe, entre une formidable Dorothée Gilbert en Cupidon, Amandine Albisson en Reine des Dryades ou Hannah O'Neill et Sae Eun Park brillantes en amies de Kitri. Les personnages de caractère ont aussi été soignés, avec un joli travail de mime. Voilà une soirée digne des plus grandes compagnie internationales. Et c'est décidément bien dans ce répertoire que la troupe parisienne brille le plus. (Amélie Bertrand). 

Myriam Ould-Braham a ensuite repris le rôle de Kitri avec Karl Paquette dès le 15 décembre. La ballerine est plus à l'aise dans le registre romantique, Kitri est presque un contre-emploi. Mais l'Étoile la joue avec finesse, apportant beaucoup de charme au personnage, quelque chose de très attachant et qui n'appartient qu'à elle. Sa Dulcinée avait des airs d'Aurore, une véritable leçon de style. Le partenariat avec Karl Paquette fonctionnait là encore très bien, les deux artistes faisant preuve également d'une adorable complicité et d'un certain piquant. Alors tant pis si le brio de Karl Paquette a fait défaut dans le troisième acte. Le danseur a tout de même le mérite de reprendre des rôles que beaucoup d'Étoiles délaissent passés 35 ans, lui assume son statut jusqu'au bout. Les autres rôles étaient aussi soignés, dominé par l'enthousiasmante Hannah O'Neill en danseuse de rue. Florian Magnenet était pour sa part sûrement le meilleur Espada de la série, ajoutant une touche d'humour et jouant le beau gosse sûr de son charme avec un second degré bienvenu. Un peu plus tard dans la série, Myriam Ould-Braham a repris Kitri avec Mathias Heymann. La fatigue se faisait un peu sentir chez la danseuse. Mais le couple formé par ces deux Étoiles est d'un charme absolu et désarmant, rrésultat de deux artistes dansant ensemble depuis des années. Même si, personnellement, dans ce genre de ballet, j'ai préféré l'association de Mathias Heymann avec Ludmila Pagliero, apportant plus d'énergie. (Amélie Bertrand). 

Don Quichotte de Rudolf Noureev - Myriam Ould-Braham

Léonore Baulac et Germain Louvet ont enchaîné dans les rôles principaux, une double première pour les deux premières Étoiles d'Aurélie Dupont ! Beaucoup d’interrogations et sans doute trop d’attente pour ce couple avec une double prise de rôle. Le résultat est pour le moins mitigé. Don Quichotte est un ballet qui doit "pétiller comme du champagne" pour reprendre les mots de Rudolf Noureev. On fut très loin du compte. Léonore Baulac est apparue crispée, trop focalisée sur les difficultés techniques à dépasser pour pouvoir incarner une Kitri consistante. Les morceaux de bravoure furent ainsi escamotés. Danser la variation des castagnettes à un train de sénateur vide la danse de toute sa substance. C’est la vitesse qui lui donne du sens et permet d’assoir le personnage. Quant à la série de fouettés finale, elle fut abrégée bien avant la sacro-sainte barre des 32. Son partenaire a semblé plus à l’aise, mais Germain Louvet peine à convaincre qu’il est un simple barbier. Sa danse est élégante malgré quelques réceptions approximatives, mais trop raffinée. On ne danse pas Basilio comme Siegfried. Ce n’est pas un prince mais presque un mauvais garçon. Léonore Baulac et Germain Louvet ont l’une et l’autre un potentiel qui reste à exploiter mais ils ont paru encore trop verts pour Don Quichotte. Beaucoup d’excellents seconds rôles ont été à noter lors de cette représentation du 19 décembre, tout particulièrement Francesco Mura en Gitan, impérial et assurément le meilleur de cette série (Jean-Frédéric Saumont). 

Place ensuite à une prise de rôle attendue le 20 décembre : celle de Paul Marque en Basilio, accompagnée par l'Étoile Dorothée Gilbert. Elle avait entamé cette série dans le second rôle de Cupidon. Elle y fut divine. Rien d’étonnant pour la technicienne la plus affûtée des Étoiles. Mais on attendait sa Kitri et à juste titre. Dorothée Gilbert déboule sur scène comme un ouragan et prend possession de la scène avec autorité. Elle déjoue avec aisance tous les pièges de la chorégraphie. Ses lignes superbes font merveille dans la vison de Dulcinée et elle offre dans le Grand Pas des équilibres sans trembler. Voilà la grande Kitri de la série ! Un véritable cadeau pour son partenaire, Paul Marque, tout jeune Sujet nimbé de sa médaille d’or au Concours de Varna. Il est sans conteste un des grands espoirs de la compagnie qui devrait très vite gravir les échelons. Fallait-il pour autant l’associer à Dorothée Gilbert pour cette prise de rôle forcément périlleuse ? Basilio est un des rôles les plus exigeants du répertoire. Paul Marque n’a nullement démérité même si sa danse ne fut pas toujours très propre. Il n’a pas assuré les portés à deux mains du premier acte mais on ne peut guère le lui reprocher pour sa première représentation de Don Quichotte. Et il sembla de plus en plus à l’aise au fil du spectacle pour être un partenaire efficace pour le Grand Pas final. Un mot bien sûr de Sae Eun Park qui fut une Reine des Dryades de très grande facture. Elle est aujourd’hui une danseuse accomplie parmi les toutes meilleures de la compagnie (Jean-Frédéric Saumont). 

Don Quichotte de Rudolf Noureev - Amandine Albisson (la Reine des Dryades)

Isabella Boylston et Mathieu Ganio ont pris le relai le jour de Noël. Voilà la danseuse invitée que l’on n’attendait pas et qui n’était pas forcément la bienvenue. La balletosphère française n’échappe pas à un anti-américanisme primaire. On est davantage habitué à des ballerines venues de l’Est et on regarde avec circonspection celles qui traversent l’Atlantique. Il y a pourtant d’excellents artistes aux États-Unis. Et l’American Ballet Theatre, qui a rompu avec sa politique d’invités internationaux, compte en son sein des merveilles. Isabella Boylston en fait partie. C’est aujourd’hui l’une des danseuses les plus accomplies de l’ABT et sa prestation sur la scène de Bastille a démontré qu’Aurélie Dupont a fort bien fait de l’inviter. Héritière de cette tradition américaine, Isabella Boylston respire la joie de vivre sur scène avec cette générosité et la volonté de faire le show, de s’amuser en dépit du trac et de l’enjeu. Sans renier son école stylistique, fondamentalement américaine, elle a fait sienne la rédaction de Rudolf Noureev. Elle a pu compter pour cela sur Mathieu Ganio, l’incarnation de l’élégance de la danse française par excellence. C’était ainsi l’autre plaisir de cette distribution : revoir Mathieu Ganio en Basilio, un rôle qu’il ne semblait plus vouloir danse. Mais il a repris avec panache le flambeau qui devait échoir à Hugo Marchand, blessé. Mathieu Ganio n’est pas forcément un Basilio naturel mais il sait faire sien ce rôle en campant un personnage à la fois drôle et distant. Et quel fabuleux partenaire pour Isabella Boylston ! Attentif, l’aidant à dépasser les difficultés techniques de cette version comme ce moment dans le Grand Pas où la ballerine rectifia in extremis un déséquilibre qui aurait pu la faire trébucher. Ces petits instants de frayeur font aussi partie du spectacle. L’une des distributions les plus attrayantes et les plus joyeuses de cette série. (Regrettons que l’Opéra de Paris n'ai pas signalé sur la feuille de distribution qu’Isabella Boylston est invitée et fait partie de l’American Ballet Theatre, cela aurait été lus convenable... ) (Jean-Frédéric Saumont). 

La suite de la série fut un peu plus chaotique. Alice Renavand et Isaac Hernandez, vu le 4 janvier, fut la distribution surprise Josua Hoffalt indisponible a dû être remplacé. Mais bien qu’il y ait dans la compagnie plusieurs danseurs capables d’endosser très vite le rôle (et on pense en tout premier lieu à François Alu... ), la direction de la danse a préféré faire appel à un invité de dernière minute. Isaac Hernández de l’English National Ballet fut donc de retour à Paris pour deux représentations. C’est évidemment un plaisir de revoir ce danseur virtuose après La Bayadère. Et l'on n’avait pas vu Alice Renavand dans un grand ballet en trois actes depuis fort longtemps. Mais en dépit de ce changement de partenaires, elle a parfaitement relevé ce défi. Pétillante, droite sur ses pointes, souveraine dans le Grand Pas, sa Kitri est parfois un peu surjouée, mais elle tient son personnage de bout en bout. Reste que le partenariat semblait inexistant. Aucune complicité entre les deux artistes, c’est un peu comme si chacun racontait sa propre histoire. Il faut sans doute incriminer un temps de répétition insuffisant. Et Don Quichotte exige une forte complicité pour que le ballet soit totalement réussi. Dommage ! Mais j'espère revoir très vite Alice Renavand dans une pièce classique. Une soirée enchantée aussi par Hannah O’Neill en Reine des Dryades. Que n’a-t-elle été distribuée en Kitri qui lui conviendrait comme un gant ! (Jean-Frédéric Saumont). 

Don Quichotte de Rudolf Noureev - Audric Bezard (Espada) et Valentine Colasante (la Danseuse de rue)

Place enfin pour terminer cette série à Valentine Colasante et Karl Paquette. Distribution imprévue et celle dont tout le monde parle après la nomination de Valentine Colasante, désormais Danseuse Étoile. Il n’y a donc rien à ajouter. Il est indiscutable que sur l’ensemble de la soirée, Valentine Colasante a largement tenu son rang et son interprétation n’eut rien à envier à celles de ses aînées. Volcanique, elle a dansé chaque moment avec une intensité peu commune pour finir sur une série de fouettés impeccables. À l’unisson, Karl Paquette n’a ménagé aucun effort pour son dernier Basilio avant une retraite annoncée l’an prochain. Il faut le dire encore : Karl Paquette est depuis 10 ans le pilier de cette maison, capable de danser tous les grands rôles classiques. Il est facile de briller sur deux ou trois représentations mais c’est une autre affaire que de pouvoir assumer de longues séries en endossant parfois plusieurs rôles sans faillir. À l’avenir, sans Karl Paquette, il faudra que la direction de la danse fasse preuve de plus d’imagination et de créativité pour établir les distributions qui permettent à la compagnie de ne pas être à bout de souffle et en manque d’Étoiles. Vu leur nombre, ce serait un comble... (Jean-Frédéric Saumont). 

Seule la distribution réunissant Ludmila Pagliero et Pablo Legasa n'a pu être vue par la rédaction. N'hésitez pas à venir nous raconter en commentaire votre avis sur cette soirée si vous y avez assisté. 

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(13) commentaires

  1. Estrée
    10 janvier 2018 at 13 h 14 min

    Merci pour ce très chouette bilan de fin de série et pour ces photos. Deux regrets pour ma part : la non-distribution d'Alu bien sûr et surtout, mais aussi celle d'O'Neill...

  2. Pascale P
    11 janvier 2018 at 14 h 38 min

    J'ai assisté à la représentation à laquelle vous n'avez pas assisté. Ludmila Pagliero a été brillante...telle l'étoile quelle est. Pablo Legasa est un magnifique danseur mais la fatigue qu'engendrait certainement les difficultés techniques de certains passages était visible. Ceci dit un danseur très prometteur que j'aurais grand plaisir à revoir danser. Mais où est passé François Alu ? Est il reconnu à sa juste valeur? Il m'enchante !!!

  3. Marianne R
    11 janvier 2018 at 18 h 05 min

    Le talent de Pablo Legasa m'a époustouflé. C'était presque irréel de penser qu'un aussi jeune coryphée puisse, lors d'une telle prise de rôle, être aussi juste et éclatant. Le couple formé avec Ludmila Pagliero (parfaite) était totalement convaincant, l'ensemble de la distribution était à l'image de cette très belle soirée. Merci à Aurélie Dupont de l'avoir choisi.

  4. Laura
    11 janvier 2018 at 18 h 37 min

    Impressions aussi mitigées. Du bien et du mauvais. Quelques très belles individualités, mais également des ratés comme vous l'avez souligné et un corp de ballet moyen et surtout fatigué.

  5. Annie
    13 janvier 2018 at 13 h 41 min

    MOB est carrément tombée au sol lors des fouéttés et n a pas tenu son équilibre. sinon le premier et le deuxieme acte etaient supers!

    • Annie
      13 janvier 2018 at 13 h 44 min

      du coup le reproche fait dans l'article à leonore baulac parce qu elle n a pas réussi à les terminer est un peu sévère

      • Charlotte
        15 janvier 2018 at 8 h 06 min

        Personne ne peut rien reprocher à MOB qui a été la remplaçante de luxe d'Amandine Albisson qui s'est blessé même pas une semaine avant sa date. Du coup, après une longue série pour elle, elle a enchaîné 2 soirs de suite un des rôles féminins les plus difficiles du répertoires. En plus, elle n'a pas chômé en début de série en se tapant tous les cupidons de la 1ere semaine. Elle avait le droit d'être fatiguée. On peut reprocher à la direction de. Avoir tiré sur la corde par contre. Sans critiquer personne, Germain et Léonore ont été traité en véritable étoile, en ne montant jamais sur scène pour un second rôle.

        • Annie
          20 janvier 2018 at 17 h 58 min

          je ne reproche pas à cette pauvre danseuse d etre épuisée et de tomber mais plutot à la direction de l' avoir distribué ce soir la. il auraient du choisir dautres danseurs étoiles ou pas d'ailleurs

      • w.
        18 janvier 2018 at 12 h 25 min

        @Annie: de mémoire, Mlle Ould-Braham a non seulement enchainé 2 représentations ( en plus de ses dates initiales) à cause d’une blessure d’une autre danseuse, a dû assumer en plus d’autres représentations en Cupidon et a quand même fait une trentaine de fouettés à chaque fois.

      • La Petite Danseuse
        19 janvier 2018 at 13 h 09 min

        Baulac a eu 3 représentations dont 1 APJ et a foiré à 3 reprises ses fouettés ( moins de 25 fouettés, finissant à deux reprises à plat). MOB a dansé 7 présentations (Kitri/Cupidon) en enchainant 2 représentations de suite en kitri et c'est lors de cette 2e soirée enchainée où elle a dû remplacer à la dernière minute Albisson pour cause de blessure, qu'elle a fait sa chute, après avoir fait 30 fouettés, vous voyez la différence Annie ? De toute façon, ayant vu toutes les distributions, la moins bonne était de loin celle de Baulac/Louvet qui n'arrivent toujours pas à s'affirmer que ce soit techniquement pour elle (aie aie aie) ou artistiquement pour les 2. On reste dans le "mignon". La directrice qui veut visiblement les imposer au public ne leur rend pas service en les distribuant à contre emploi. O'Neill ou Alu auraient dû, par leurs qualités et leur tempérament, être à juste titre distribués. Dorothée Gilbert aurait dû avoir plus de dates notamment avec une étoile confirmée, et c'est ce qu'elle souhaitait ... Au lieu d'appeler à la dernière minute Hernandez, la directrice aurait dû demander à des premiers danseurs ayant déjà dansé le rôle et qui n'attendaient que ça de remplacer Hoffalt.

        • Annie
          20 janvier 2018 at 17 h 53 min

          Complètement d'accord pour baulac et gouvet. Helas, un changement de dernière minute ne devrait pas s'apercevoir sur scène dans une maison comme l'opéra de parís. tout devrait etre parfait. MOB naurait pas du etre distribuée ce soir la dans ce cas la et aurait du choisir une première danseuse....

          • La Petite Danseuse
            20 janvier 2018 at 20 h 29 min

            Tout ça est le résultat de la gestion de la directrice. Pourquoi ne pas prévoir d'autres remplaçants ? Chez les premiers danseurs/premières danseuses + sujets, il y avait non seulement le talent, mais surtout la motivation. Chez les danseuses, il y avait O'Neill/Park voir Bourdon (qui a déjà dansé le rôle à Moscou et avec Paquette au Japon) , chez les danseurs Chaillet, Raveau ou Alu avaient déjà dansé plusieurs fois le rôle de Basilio. (Colasante allait de toute façon avoir sa date à la première occasion, Dupont avait plus ou moins prévu de la nommer, malgré ce qu'elle dit ) Pourquoi aller chercher ailleurs ou bidouiller pour laisser les mêmes danseurs distribués au risque de les blesser ou comme la chute de MOB le montre de sur-utiliser certains danseurs? La compagnie a des danseurs talentueux qui auraient très bien pu être remplaçants. Résultats, les danseurs sont épuisés. (Etant dit, la programmation déséquilibré n'arrange rien, je n'ose imaginer comment la saison prochaine va être gérée ... )

  6. Pascale Maret
    15 janvier 2018 at 19 h 09 min

    J'ai vi MOB avec Karl Paquette au début des représentations (le 13/12, je crois): elle a été TRES bien, alors que lui a terminé péniblement le 3ème acte, hésitant et à bout de souffle. Les distributions laissent perplexes pour cette série : des danseurs qui dansent trop et finissent épuisés (cf la chute de MOB en fin de série), d'autres qui dansent trop peu (Alice Renavand), voire pas du tout alors qu'ils seraient taillés pour le rôle (François Alu, bien sûr), alors que d'autres sont distribués alors qu'ils ne semblent pas prêts à assumer les difficultés techniques de ces rôles exigeants (Léonore Baulac). On n'a pas l'impression que tout cela soit vraiment judicieux...

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial