Wednesday, Jul. 17, 2019

Anne Teresa de Keersmaeker – Un portrait majuscule au Festival d’Automne

10 décembre 2018

|

Catégorie :

Le Festival d’Automne a consacré pour cette édition 2018 un portrait à Anne Teresa de Keersmaeker. Soit pas moins de 11 pièces revisitant 35 années de création, auxquelles s’est ajoutée une Slow Walk au centre de Paris ou marche lente collective ouverte à tous et toutes. Un hommage rétrospectif d’une ampleur inégalée pour revisiter l’œuvre de la chorégraphe belge, icône de la danse contemporaine européenne.

Anne Teresa de Keersmaeker

Celles et ceux qui connaissent le travail d'Anne Teresa de Keersmaeker n’auront pas fait de découverte majeure avec ce portrait. Le programme était composé d’un florilège de pièces choisies par la chorégraphe dont certaines ont été revisitées. On peut ainsi regretter que cet hommage n’ait pas suscité une création qui aurait été un point d’orgue de l’œuvre de la chorégraphe. Ce fut du moins l’occasion d’évaluer comment ces pièces avaient traversé l’épreuve du temps depuis  Rosas danst Rosas présenté au Théâtre de la Ville en 1985 et qui ouvrait une longue série ininterrompue de rendez-vous avec le public parisien. Cette pièce fondatrice, qui explore les possibilités  formelles de la rosace, reprenait à son compte le vers de Gertrude Stein : "A rose is a rose is a rose". L'oeuvre exclusivement féminine, qui donna son nom à la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker, a depuis été reprise régulièrement par de nouvelles générations de danseuses. Rosas danst Rosas est une déclaration d’intention artistique : la volonté revendiquée de faire vivre la danse pour elle-même selon ses propres règles.

Zeitung - Anne Teresa de Keersmaeker

Mais cela passe pour Anne Teresa de Keersmaeker par une relation intime avec la musique. Elle aura jusqu’à maintenant explorer toutes sortes d’univers et de compositeurs avec une prédilection pour  la musique minimaliste de l’américain Steve Reich et le génie de Jean-Sébastien Bach. Tout au long de son parcours, Anne Teresa de Keersmaeker revient à Bach de manière récurrente. "Bach est un début et un éternel recommencement. On n’a jamais fini de l’épuiser", explique la chorégraphe qui a choisi pour sa dernière création de se confronter aux Suites pour violoncelle. C’est le violoncelliste Jean-Guilhen Queyras, qui a enregistré une version remarquée des six Suites, qui a sollicité Anne Teresa de Keersmaeker. Ce qui l’a séduit dans le travail de la chorégraphe, c’est son souci de ne jamais illustrer une partition mais de chercher à en pénétrer la structure pour en proposer une vision articulée et originale.

Cette collaboration a donné Mitten Wir im Leben Sind, créé en aout 2017 et montré pour la première fois en France lors du dernier festival Montpellier Danse. Le déroulé en est très simple : Jean-Guilhen Queyras est au milieu de la scène, dos au public pour entamer la première des six Suites de Bach annoncée en silence par Anne Teresa de Keersmaeker, qui fait signe au public avec la main pour montrer le chiffre 1 jusqu'à 6. Elle revient pour chaque interlude entre les Suites, chacune étant interprétée par un danseur ou une danseuse, d'abord seuls sur scène avec le musicien avant l'intervention subreptice de la chorégraphe pour quelques minutes dansées en duo. Jean-Guilhen Queyras opère à chaque nouvelle suite un quart de tour, modifiant la résonance de l’instrument et sa projection vers le public. Dans cette dernière pièce, la chorégraphe revient à ses recherches récurrentes sur le cercle et ses géométries infinies. Dommage cependant, le Festival d’Automne a programmé ce spectacle à la Philharmonie, salle prestigieuse mais inadaptée à la danse, surtout dans une version chambriste. Depuis le premier balcon très en surplomb de la scène, le plateau ressemble à un vaste gymnase désert et l’action est  bien trop éloignée pour pouvoir pénétrer dans cette œuvre complexe.

Mitten Wir im Leben Sind - Anne Teresa de Keersmaeker

Anne Teresa de Keersmaeker accepte aussi de se déposséder de son répertoire pour le faire revisiter par d’autres. C'est à un ancien élève de son école, P.A.R.T.S., qu’elle a délégué la tâche de retravailler sur Zeitung créé il y a 10 ans. Louis Nam Le Van Ho a conservé la structure d’origine avec le pianiste Alain Franco en fond de scène qui interprète successivement Bach, Schoenberg et Webern. La pièce, rebaptisée Zeitigung, est cette fois exclusivement masculine avec huit danseurs qui explorent tout un champ de possibles chorégraphiques, alternant duos et solos dont certains moments sont improvisés. La pièce a parfois des allures de match entre les danseurs se défiant les uns les autres sur le registre de la virtuosité. C’est une danse moins cérébrale, plus incarnée et qui respecte le cahier des charges de ce dialogue intime entre geste et musique cher à Anne Teresa de Keersmaeker.

Pour conclure ce portrait, la chorégraphe reprend Rain  qui 17 ans après sa création, reste une œuvre majeure. Brigitte Lefèvre, alors directrice de la danse de l’Opéra de Paris ne s’y était pas trompée en choisissant en 2011 cette pièce pour l’entrée d’Anne Teresa de Keersmaeker au répertoire de la compagnie. Son langage convenait parfaitement au Ballet de l’Opéra de Paris car Rain requiert des qualités propres aux danseurs et danseuses classiques : les sauts, les arabesques, les portés, la vitesse, la synchronisation, la virtuosité. Rosas en donne une version moins polie, plus brouillonne mais aussi plus complète. Cela ne tient pas à la qualité respective des compagnies mais au dispositif scénique. Rain est une pièce écrite sur la partition de Steve Reich pour 18 musiciens qui sont partie intégrante de l’œuvre. Au Palais Garnier, par nécessité, ils étaient cachés dans la fosse. Dans la Grande Halle de la Villette, ils sont au premier plan. Quatre pianos encadrent l’orchestre avec une marée de xylophones au centre. Le contraste des couleurs ajoute une dimension dialectique entre les musiciens en noir et les danseurs en beige. Des musiciens qui ont leur propre chorégraphie, se déplaçant d’un piano à l’autre, à deux ou à quatre mains. Ils regardent presque constamment les sept danseuses et les trois danseurs, attentifs au moindre changement de rythme et de direction. La scénographie constituée de ce rideau circulaire de cordes ajourées imaginé par Jan Versweyveld semble figurer la pluie. Sur la musique répétitive de Steve Reich s’organise à toute allure une danse exaltante qui ne reprend jamais son souffle.

Rain d'Anne Teresa de Keersmaeker

Ce portrait fut un succès public sans précédent : 35. 000 places vendues et tous les spectacles ont affiché complet bien avant la première, privant de nombreuses personnes de ce rendez-vous. Qu’on se rassure cependant : Anne Teresa de Keersmaeker jouera les prolongations avec Rosas sur la scène du Palais Garnier en mars prochain pour affronter un autre chef d’œuvre de Bach, les Concertos Brandebourgeois. Ce portrait n'était qu'un bilan d'étape : l'aventure continue.

 

Portrait Anne Teresa de Keersmaeker au Festival d'Automne. Zeitigung  avec Lav Crncevic, Jose Paulo dos Santos, Bilal El Had, Frank Gizycki, Robin Haghi, Louis Nam Le Van Ho, Luka Svajda et Thomas Vantuycom. Mardi 13 novembre 2018 au Théâtre des Abbesses. Mitten Wir Im Leben Sind avec Bostjan Antonic, Anne Teresa de Keersmaeker, Marie Goudot, Julien Monty et Michaël Pomero. Lundi 19 novembre à  la Philharmonie de Paris. Rain avec Laura Bachman, Léa Dubois, Anika Edström Kawaji, Zoi Efstathiou, Yuika Hashimoto, Laura Maria Poletti, Soa Ratsifandrihana, Frank Gisycki, Lar Crncevic et Luka Svajda. Vendredi 7 décembre 2018 à la Villette. Spectacles à voir en tournées durant toute la saison 2018-2019.

 

Share This Article

Related News

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial