Sunday, May. 19, 2019

En compagnie de Nijinsky – Ballets de Monte-Carlo

Ecrit par :

12 décembre 2018

|

Catégorie :

Proposer une soirée relecture des Ballets russes est un classique des compagnies. Pour les Ballets de Monte-Carlo, il s'agit presque d'un passage obligé pour leur "grande soeur", si l'on peut dire. Les Ballets russes furent hébergés à Monaco au début du XXe siècle, c'est de là qu'ils bâtirent leurs œuvres qui marquèrent à ce point l'histoire de la danse, faisant travailler main dans la main les grands créateurs et créatrices de leur époque - chorégraphes, composteurs, décorateur ou costumiers - un courant qui fascine encore les chorégraphes d'aujourd'hui. Les Ballets de Monte-Carlo ne se contentent cependant pas du simple exercice de style. Avec quatre pièces - dont deux créations - voilà un programme qui revisite avec talent, modernité et une foisonnante originalité des œuvres phares des Ballets russes. Le meilleur des hommages et l'un des programmes les plus stimulants de cette fin de saison. 

Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen

De toute la galaxie NDT, Johan Inger est peut-être celui qui sait le mieux manier la narration. Sachant construire des personnages forts, il a l'art de créer une trame, une ambiance, une histoire, sachant avec rester furieusement moderne. Sa relecture de Petrouchka est autant étonnante qu'ironique, jouant avec inventivité de tous les ingrédients du spectacle pour créer un univers à la fois unique et truffé de références. La place du marché devient l'atelier d'un créateur de mode, Sergei Lagerford. Les marionnettes prenant en vie sont en fait des mannequins de vitrine. Sommes-nous devant des bouts de plastique ou des êtres vivants ? Johan Inger arrive habilement à tromper le public pour créer le trouble, naviguant entre le pastiche du défilé de mode (de l'assistant empressé à Anna Wintour, rien ne manque) à un monde étrange quand les mannequins prennent vie une fois la foule partie, où la frontière se fait floue entre rêve et réalité

Johan Inger a de façon générale le geste chorégraphique fort, une danse puissante qui à elle seule sait servir la narration. Néanmoins pour ce Petrouchka, le mouvement se fait parfois un peu oublier face à la scénographie et la forme (costumes et décors) particulièrement fortes. S'il dessine avec habileté une multitude de galerie de personnages, il reste parfois la sensation que cela marche plus par ce que l'on voit que par la danse en soi, le chorégraphe se servant finalement assez peu de l'immense virtuosité des interprètes pour les scènes d'ensemble. Les solistes, eux, sont admirablement servis, entre trois mannequins rejouant le triangle amoureux du ballet d'origine au créateur de mode branchouille bourré de tics et vraiment irrésistible. Johan Inger a ainsi créé des ballets plus forts chorégraphiquement - je pense à son époustouflante relecture de Carmen. Mais il a ce talent pas si fréquent de savoir créer un monde surprenant, en se servant de tous les outils à sa disposition pour des pièces devenant un spectacle total, jouant à la fois sur la danse, le jeu, la dramaturgie, les décors et costumes ou la musique. Le principe même de la ligne artistique des Ballets russes, et ainsi le meilleur des hommages pour une relecture vraiment inventive qui termine avec force le programme. 

Petrouchka de Johan Inger

Avec Aimai-je un rêve ?, la deuxième création de la soirée, Jeroen Verbruggen montre encore une fois son réel talent pour créer quelque chose de vraiment neuf d'un ballet du répertoire. Nous sommes ici dans la relecture de L'Après-midi d'un Faune. Pas de nymphes ici, pas de décor animalier. Seul reste le costume du Faune évoquant l'original, avec ces grandes taches blanches sur le corps. Place ici à un duo masculin, mais l'on est loin d'un fort parfum érotique de la pièce. Les deux corps masculins sont pourtant glorifiés, les deux personnages se touchent, se sentent, se frottent, se mangent presque. Mais plus qu'un duo amoureux, il s'agit de celui de la découverte et de d'apprivoisement. D'un côté un homme en jean que l'on pourrait dire "d'aujourd'hui". De l'autre le Faune, corps masculin mais long cheveux, représentant les interrogations du premier personnage sur son genre et son identité sexuel. C'est ça qu'il faut apprivoiser, à travers le corps de cette créature étrange. Jeroen Verbruggen crée un duo d'une folle inventivité dans le geste, jouant de portés originaux, des façons de manipuler le corps de l'autre, sans jamais se répéter. Une partition riche et magnifiquement servie par les deux interprètes du soir, les magnétiques Alexis Oliveira et Benjamin Stone.

Le Spectre de la rose de Marco Goecke, créé il y a un peu moins de dix ans, apparaît à côté de ces deux pièces efficace mais un peu plus facile. Le chorégraphe propose son habituelle gestuelle, assez saccadé du haut du corps tout en restant virtuose, une danse qui va naturellement bien aux artistes des Ballets de Monte-Carlo, qui s'en emparent d'ailleurs avec brio. Le Spectre est ici multiplié au milieu des pétales de roses, mis en mouvement par le savoir-faire de Marco Goecke pour faire vivre un groupe et créer une ambiance. La pièce se regarde avec plaisir, mais son sentiment s'évapore assez vite après le baisser de rideau, laissant la sensation d'une pièce efficace mais un peu plus vite oubliable.

Le Spectre de la rose de Marco Goecke

Daphnis et Chloé de Jean-Christophe Maillot, créée en 2010 et qui ouvre cette soirée, se redécouvre par contre avec beaucoup de saveur. Tout est dépouillé pour cette relecture presque abstraite jouant autour de deux couples : d'un côté les naïfs mais émoustillés Daphnis et Chloé découvrant l'amour, de l'autre les expérimentés et instigateurs Dorcon et Lycénion. Les deux premiers sont dans la fraîcheur juvénile, attirés l'un à l'autre mais parfois embarrassés par leur propre fougue amoureuse et sexuelle. Les deux derniers ne sont pas plus sages, mais ont déjà expérimenté ces élans de jeunesse et ont appris à s'en servir aussi pour mieux s'en épanouir, traçant le chemin initiatique du jeune couple qui leur fait face. Au travers de ces quatre personnages, c'est toute une carte du sentiment et du désir qui se déploie, de l'élan presque gauche de la jeunesse à l'épanouissement. Respectant là encore la ligne des Ballets russes, Daphnis et Chloé fait dialoguer les arts, avec une danse qui s'articule avec merveille autour de la musique de Ravel et s'habille en guise de décor des croquis d'Ernest Pignon-Ernest se dessinant sur le fil du mouvement. Une partition chorégraphique là encore riche, à l'image du programme dans son ensemble, offrant aux interprètes une matière dense dont tous et toutes s'emparent avec intensité.

Daphnis et Chloé de Jean-Christophe Maillot

 

En compagnie de Nijinsky par les Ballets de Monte-Carlo à l'Opéra de Monte-Carlo. Daphnis et Chloé de Jean-Christophe Maillot, avec Simone Tribuna (Daphnis), Anja Ballesteros (Chloé), Matèj Urban (Dorcon) et Marianna Barabás (Lycénion) ; Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen, avec Alexis Oliveira (le Faune) et Benjamin Stone (l'Individu) ; Le Spectre de la rose de Marco Goecke, avec Daniel Delvecchio, Anissa Bruley, Chiristian Assis, Edgar Castillo, Jaat Benoot, Koen Havenith,, Michaël Grünecker et Julien Guérin ; Petrouchka de Johan Inger, avec George Oliveira (Petrouchka), Alvaro Prieto (le Maure), Anna Blackwell (la Ballerine), Lennart Radtke (Sergei Lagerford), Koen Havenith (l'Assistant), April Ball (Anna Winterthur), Asier Edeso (Roy/Un Mannequin), Benjamin Stone (un Technicien/l'Époux), Daniele Delvecchio et Michael Grünecker (les Techniciens/le Public), Francesco Mariottini (un Mannequin), Alexis Oliveira (le Tailleur), Kaori Tjima (le Tailleur/un Mannequin), Anissa Bruley et Anne-Laure Seillan (les Tailleurs/le Public), Gaëlle Riou (une Coiffeuse/le Public), Elena Marzano et Taisha Barton-Rowledge (les Maquilleuses/le Public), Katrin Schrader (un Mannequin/le Public) et Candela Ebessen, Alessandra Tognoloni (les Mannequins). Dimanche 9 décembre 2018. À voir du 8 au 10 février au Théâtre des Champs-Élysées.  

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial