Wednesday, May. 18, 2022

Dis Cover et Dancing Dance for me – Sun-A Lee

21 mars 2022

|

Catégorie :

La danseuse et chorégraphe sud-coréenne Sun-A Lee, en résidence au Pavillon Noir d'Aix-en-Provence, a présenté sa dernière création, Dis Cover. Soit la seconde partie d'une trilogie sur le thème de l'introspection, interprétée par deux danseuses et un danseur de la Korean National Contemporary Dance Company. Dans une scénographie immaculée, les trois interprètes poursuivent une quête intérieure dans un état de quasi-hypnose, lestés de blocs d'argiles colorés qui finissent par dessiner une toile sur le plateau. En prélude, Sun-A Lee a repris son solo de 2018, Dancing dance for me, un fascinant dialogue entre la danse et le cinéma. Deux pièces qui montrent la singularité artistique de la chorégraphe, installant une écriture et un style originaux.

Dis cover de Sun-A Lee

Le solo qui ouvrait la soirée, imaginé et dansé par Sun-A Lee et intitulé Dancing Dance for me, est une pièce fascinante et particulièrement réussie. La chorégraphe et danseuse imagine un dialogue entre elle-même, protagoniste du film projeté en  fond de scène, qui raconte le voyage avec un ex-amant. Ce dernier lui demande de lui accorder une dernière danse. Réalisé en 2014, le court-métrage de Kyeong-yeob Choo ne manque pas de qualités. On y retrouve  une patte empreinte de nostalgie sur fond de forêts de bouleaux et un dialogue hiératique et mélancolique entre les deux amants qui vont se séparer et accomplissent un dernier rite à deux. Il s'agit ici de cinéma et non pas de vidéo. Sur scène, Sun-A Lee apparaît allongée au sol, dépliant son corps dans des mouvements gymniques avant d'entamer cette danse ultime réclamée par son amant. La danseuse d'une précision absolue décrit avec son corps le désarroi, le sentiment d'abandon, l'effroi et la peur du vide alors que des paysages de neige défilent sur l'écran.

Avec Dis Cover, Sun-A Lee quitte le champ amoureux pour une quête métaphysique, avec la complicité de la KNCDC, la Korean National Contemporary Dance Company. Les deux danseuses (Eun-kyoung Kim, Yun-kyung Hur) et le danseur (Dae-ho Lee) semblent longtemps atomisés et incapables d'interagir, perdus dans leur psyché et prisonniers dans leurs propres corps. Et c'est grâce à une matière transitionnelle qu'ils parviennent à se mouvoir. Cette glaise argileuse de couleur bleue, verte ou ocre et qui semble les lester apparaît telle l'incarnation de leur monde intérieur, tentant avec difficulté de le transformer. Mais la matière résiste, comme si l'inconscient refusait de se dévoiler. A contrario, le mouvement est tout en rondeur, exécuté avec naturel dans un tréfonds intense. Sur la musique syncopée imaginée par Hyun-hwa Cho, les trois interprètes tentent un rapprochement qui s'avère complexe. Sur le plateau, l'argile se délite et commence à former un tableau saisissant composé de trainées colorées qui évoquent par moments l'univers de Cy Twombly. On peut y voir alors comme une superbe métaphore de leur monde intérieur qu'enfin ils parviennent à partager.

Dis Cover de Sun-a Lee

Programme Sun-A Lee. Dancing Dance For me de et par Sun-A Lee sur un film de Kyeong-yeob Choo ; Dis Cover de Sun-A Lee  avec Eun-kyoung Kim, Yun-kyung Hur et Dae-ho Lee. Jeudi 3 février 2022 au Pavillon Noir Aix-en Provence. À voir au festival Printemps coréen à Nantes le 26 mai 2022.

 



Share This Article

Related News

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial