Saturday, Oct. 20, 2018

The Idiot – Saburo Teshigawara

2 octobre 2018

|

Catégorie :

Après un passage par la Biennale de la Danse Lyon pour y présenter sa dernière création (Symphonie Fantastique), Saburo Teshigawara est revenu au Théâtre de Chaillot pour  une pièce créée il y a deux ans à Tokyo : The Idiot. Un titre emprunté au chef-d’œuvre de Dostoïevski pour un spectacle d’une grande beauté plastique comme sait les concevoir le chorégraphe japonais. Il offre en duo avec sa fidèle collaboratrice Rihoko Sato une heure de danse nourrie d'émotions fortes et contrastées sur un collage musical qu’il a lui-même sélectionné.

Rihoko Sato et Saburo Teshigawara - The Idiot

Saburo Teshigawara aime en effet être aux commandes, non pas pour imposer mais faire partager au public sa vision d’un spectacle total dont il conçoit la mise en scène, les costumes et les lumières qui sont un élément clef dans ses créations. Le titre, The Idiot, peut être trompeur car le personnage du roman de Dostoïevski, le Prince Mychkine, est davantage un rêveur naïf inadapté au monde dans lequel il vit, trimbalé par les événements, incapable d’exprimer ses émotions et frappé d’épilepsie. Saburo Teshigawara ne raconte pas l’histoire de cette oeuvre fleuve aux nombreux méandres et aux rebondissements multiples. L’art du maître japonais est aux antipodes du récit narratif mais il aime puiser dans ses lectures une source d’inspiration pour son processus créatif : "J’ai d’emblée été attiré par le personnage de L’Idiot et en lisant le roman, j’y ai perçu comme un miroir de moi-même et de mes émotions", confie ainsi le chorégraphe. 

Il n’est d'ailleurs nullement indispensable d’avoir lu le roman de Dostoïevski pour entrer dans l’univers de The Idiot dans la version de Saburo Teshigawara. C’est en effet un spectacle de danse pure et épuré dans sa scénographie qui débute dans le noir absolu sans que le public ne discerne quoi que ce soit. Puis, dans une semi-pénombre, apparaissent Saburo Teshigawara qui incarne le personnage principal et Rihoko Sato qui à elle seule concentre les personnages féminins du roman. Le corps enfin s'anime avec un mouvement minimal, presque rien, les genoux pliés, le visage impassible. Petit à petit, Saburo Teshigawara est pris de tremblements  qui gagnent tout son corps et renvoient à l’épilepsie du personnage. Rihoko Sato, vêtue d’une robe longue noire, tourne autour de lui sans qu’ils se croisent. Le geste est pur, précis, infiniment élégant. Dans le patchwork musical, on reconnaît bien sûr les russes Tchaïkovski et Chostakovitch. De ce dernier, la chorégraphe a choisi la si fameuse valse dans une version longue qui permet au couple de détourner  la plus fameuse des danses à trois temps pour en faire un moment central du spectacle. Saburo Teshigawara et Rihoko Sato valsent  littéralement avec leurs bras qui semblent interminables dans un ballet superbe où le cercle s’élargit peu à peu. On voit ainsi dans l’articulation de sa chorégraphie que Saburo Teshigawara est aussi un plasticien de talent.

Saburo Teshigawara et Rihoko Sato - The Idiot

Le spectacle fonctionne en permanence comme sous hypnose. Le personnage incarné par Saburo Teshigawara, fragile, fébrile, tremblant, semble toujours sur le point de défaillir, voire de disparaitre. Et l'apparition soudaine d'uns souris géante ajoute à l'atmosphère anxiogène qui règne sur le plateau. The Idiot est une pièce sombre, angoissante parfois et en cela, elle colle à l'atmosphère du roman de Dostoïevski.

Il n’y a aucune longueur, pas de gras dans cet opus du chorégraphe japonais qui revient avec The Idiot à un exercice de danse pure. Certes, on n'apprend rien de nouveau sur l’art délicat et essentiel de Saburo Teshigawara mais on se régale de le voir sur scène, toujours d’une élégance suprême. Et le couple artistique qu’il forme avec Rihoko Sato, danseuse majuscule aux lignes délicates, est un bonheur renouvelé de spectateur. Saburo Teshigawara  entretient une relation privilégiée avec la France où il nous vient régulièrement. C’est une chance.

Rihoko Sato et Saburo Teshigawara- The Idiot

 

The Idiot de Saburo Teshigawara, collaboration artistique Rihoko Sato, au Théâtre de Chaillot. Avec Saburo Teshigawara et Rihoko Sato. Jeudi 27 septembre 2018. À voir jusqu'au 5 octobre

  

Share This Article

Related News

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial