Thursday, Apr. 18, 2019

A la découverte de Rock The Ballet

Ecrit par :

20 octobre 2010

|

Catégorie :

Le spectacle Rock The Ballet, venu tout droit de Broadway, débarque à Paris jusqu'au 31 octobre. N'ayant rien contre ce genre de représentation show-off, je suis allée le voir avec un a priori positif mardi soir avec Coralie Marie (note, au passage, je fais un lien vers ton blog pour te pousser à le reprendre en main).

L'idée de base est plutôt bonne : faire des chorégraphies classiques sur des chansons d'aujourd'hui, de U2 à Michael Jackson, en passant par les Black Eyed Peas et Jacques Brel. On a tous et toutes fait ça un jour ou l'autre.

La troupe est également de très bon niveau. Tous les artistes sont d'excellents danseurs classiques : ça pointe, ça en-dehors, ça bat, ça pirouette sans problème. Le tout avec une énergie débordante et une vraie présence scénique. Je mettrais toutefois un petit bémol sur la seule danseuse de la troupe, dont le style virait parfois au patinage artistique. La faute à une demi-queue de cheval pas très seyante, à des 6 o'clock à répétition, à un indécrottable sourire américain crispé et à des tuniques paillettes rose fluo.

weekpick.jpg
Tout commence bien, avec six danseurs qui arrivent débordant d'énergie sur I Gotta Feeling. On a immédiatement envie de se lever et de danser avec eux. La chorégraphie est néo-classique, avec beaucoup de pas académiques et un vrai sens du show. Le but est d'en mettre plein les yeux, ne nous y trompons pas. La danse classique se marie vraiment bien avec la chanson, les danseurs nous entrainent, tout se passe bien.

Mais on se rend vite compte que c'est toujours pareil. Et je m'attendais à des tableaux très différents, un peu à la Stomp. Les chorégraphies sont toutes les mêmes, et, même si elles fonctionnent bien, ne sont pas franchement révolutionnaires. Il y a peu de variations, c'est soit en groupe de sept, soit en duo, peu de jeu de lumière ou de costume. L'imagination et la créativité ne sont pas vraiment au rendez-vous. Le tout est quand même sauvé par le choix des chansons, universelles, et par un vrai investissement et un grand charisme de la part des danseurs. Avec toute la mauvaise volonté du monde, il est tout de même difficile de ne pas applaudir leurs prouesses (je suis bon public aussi).

La deuxième partie me semble mieux dosé. Le côté "nouveau cirque contemporain", un genre que j'aime bien, est beaucoup plus assumé. La chorégraphie mélange classique, hip-hop et acrobaties. Le but reste les prouesses techniques, mais toujours portées par une certaine musicalité et un sens artistique indéniable. Le mixage musical est plus surprenant, tout s'enchaîne mieux... Au final, je n'ai pas vu passer les derniers 3/4 d'heure, et a applaudi avec beaucoup d'enthousiasme.

_MG_3003.jpg
Au final, j'ai plutôt passé une sympathique soirée. Je n'irais pas crier au génie chorégraphie ni à l'inventivité artistique. Mais de temps en temps, recevoir une si forte dose d'énergie de la part de danseurs tellement enthousiastes, ça ne fait pas de mal. Je ne suis pas une Glee addict pour rien.

Les spectateurs ont été très réactifs, criant et applaudissant à tout rompre. C'est un genre de spectacle qui peut bien plaire aux ados. Et puis vois des assemblée battues parfaitement exécutées sur du Michael Jackson, des fouettés sur du funk, et des belles arabesques sur du Queen, c'est assez efficace pour dépoussiérer l'image du ballet classique que certains et certaines peuvent avoir. 

Les puristes de l'élégance à la française feront mieux par contre d'aller voir Paquita. Ce devait être le cas de mon voisin de derrière, un vieux monsieur à l'allure de danseur, je me suis demandée qui c'était toute la soirée, qui a critiqué pendant tout le spectacle la danseuse. A peine arrivé, il a raconté à ceux qui l'accompagnaient ses souvenirs de Zizi Jeanmaire dans ce même théâtre, avant de déballer tous les derniers potins sur l'Opéra de Paris. J'ai failli me retourner et entamer la conversation lorsqu'il a parlé en termes assez inélégants de Mathias Heymann. Mais ma politesse légendaire m'a abstenue. 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(2) commentaires

  1. Coralie Marie
    20 octobre 2010 at 19:34

    Hi hi ! T'as vu, j'ai écrit aujourd'hui :-)
    Encore merci pour hier, c'était chouette !

  2. louison
    21 octobre 2010 at 13:49

    hum oui ce genre de spectacle me laisse souvent sur ma fin. pas toujours qualitatif.

Réagissez

Répondre à louison Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial