Thursday, Jun. 20, 2019

A la découverte du Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre : épisode 1

Ecrit par :

22 février 2011

|

Catégorie :

Le Saint-Pétersbourg Ballet Théâtre, petite compagnie privée, et sa star Irina Kolesnikova, sont depuis quelques années des fidèles du Théâtre des Champs-Elysées. Je me suis décidé à aller les découvrir le mardi 15 février, avec leur très classique Lac des Cygnes.

kolensikova-lac-des-cygnes.jpg
Commençons par ce qu'il ne faut pas faire selon le manuel du-de la parfait-e petit-e journaliste : une impression générale. Ce Lac des Cygnes fut une soirée plaisante. Pas follement émouvante, mais plaisante. Ce ballet sait mettre en valeur les qualités de la troupe et de la soliste (qui m'a pas mal impressionnée) tout en gommant à peu près leurs défauts. Et même si l'orchestre n'est pas parfait, il a le mérite d'exister, alors que je m'attendais à une bande-son grésillante.

Même si j'aime beaucoup Le Lac de Noureev, je dois dire que, de temps en temps, ça ne fait pas de mal de revenir à une version toute simple. Sans complication chorégraphique, sans drame freudien, sans la scène écrasante de Bastille, sans les décors un peu pompeux. Une version rafraichissante, où l'on n'en ressort pas en se demandant mais en fait, par qui était attiré Siegfried ou ce que représente le moi profond de Rothbart. Peut-être un peu trop simpliste diront certains, mais je me suis laissée prendre au jeu (spectatrice facile inside).

Le premier acte est charmant, c'est vraiment l'adjectif qui m'est venu en premier à l'esprit. Les décors sont d'inspiration Disney, mais sans tomber dans le kitch, les costumes jolis, l'ensemble agréable. Très vite, le corps de ballet masculin semble avoir un peu de mal, mais les femmes assurent, et la valse est réussie. Bon point, c'est un moment qui dure longtemps et qui peut vite devenir barbant. Le fou, qui saute et tourne très bien - et qui tient à le montrer -, amène de la couleur dans les ensembles, tandis que le précepteur, plutôt vieux croulant, apporte la petite touche d'humour pas désagréable. Le pas de trois est bien enlevé par deux demoiselles qui cachent les faiblesse du garçons. Le prince, on ne le voit pas beaucoup, mais ça n'a pas vraiment d'importance dans l'histoire. Le tout reste délicieusement désuet, et je dois dire que je passe un bon moment.

spbt_swan_lake_irina_kolesnikova_solo_flight_460.jpg
Le deuxième acte commence plus difficilement. A savoir que le costume de Rothbart et le décors avec ses faux cygnes qui bougent ont franchi la ligne du kitch. De peu, mais franchi tout de même. La majeure partie de l'acte se révèle heureusement plus intéressante. D'une part, par le corps de ballet, qui se tient plutôt bien. Et d'autres part, et surtout, grâce à Odette/Odile, interprétée par Irina Kolesnikova. Cette danseuse est l'archétype de la ballerine classique : longue, longiligne, des lignes parfaites, des jambes interminables, doublés d'un visage de mannequin et d'un physique plus féminin qu'habituellement. Elle n'est pas forcément originale, mais elle sait faire les choses bien, et s'investit dans ses rôles. Et surtout, elle a une belle assurance que j'apprécie. C'est elle la star de la troupe, elle le sait et elle y va à fond. Elle ne s'excuse pas d'être là, elle est là pour briller, et elle assume. Le prince, elle n'en a rien à faire, mais vu son importance dans l'histoire, le public non plus.

Le pas de deux était ainsi très réussi. Non pas parce qu'il y avait spécialement beaucoup d'émotion qui passaient, mais parce que j'avais en face de moi une belle danseuse qui brillait et musicale, des lignes épurées, et, surprenant à dire, mais cela m'a suffit.

Le troisième acte m'a plu pour les mêmes raison. Je passe sur les danses de caractère un peu poussives pour arriver directement à l'arrivée du Cygne noir. Irina Kolesnikova était supervamp et superstar, et ça allait comme un gant au personnage. Aguicheuse ce qu'il fallait, brillante, j'avoue qu'elle m'a beaucoup impressionnée, elle en jette décidément. Le pas de deux était encore une fois très réussi. Son partenaire, à défaut d'être fougueux bondissant, doit être un bon porteur.

Irina_Kolesnikova_as_Odile._Photo_KT.jpg
Le quatrième acte m'a par contre moins plus. J'ai été à vrai dire déstabilisée. Autant je me suis faite aux quatre cygnes noirs, apparition bizarre lorsque l'on n'est pas habitué-e, mais j'ai eu du mal avec la musique, qui n'était pas la même, et le final tronqué de pas mal de mesures (alors que c'est l'un des plus beaux passages de la partition). Etait-ce là encore l'habitude, mais la fin bisounours, où Rothbart meurt entouré des cygnes et du couple triomphants, m'a également fortement agacée. Un Lac, c'est un drame, ça doit finir dans le sang et les larmes, sinon, ce n'est pas un Lac.

C'est dommage, mais malgré ce quatrième acte qui m'a pour le moins déstabilisée, la soirée se révèle globalement positive. La Belle au Bois Dormant deux jours plus tard fut moins réussi, compte-rendu à venir dans quelques jours.

© St Petersburg Ballet Theatre

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(8) commentaires

  1. Cams
    22 février 2011 at 21:56

    Ca m'énerve profondément les versions du Lac où l'acte 4 est tronqué avec une Bisounours comme tu dis!
    Ca m'avait un peu gaché mon plaisir lorsque j'avais vu l'English National Ballet. J'y avais emmené une amie et à l'entre acte avais bien insisté "tu vas voir l'acte 4 c'est ma-gni-fique"! au final c'était un peu "oui... et?"

    Mais bon j'aurai bien aimé voir cette compagnie. Les echos de leur Lac des cygnes étaient bons et c'est toujours agréable de voir des versions différentes.

  2. Amélie
    23 février 2011 at 17:10

    @Cams:) A l'ENB aussi il ont la fin bisounours ? A croire qu'il n'y a que chez nous que tout le monde meurt (le pessimiste à la française ;)

  3. Pink Lady
    23 février 2011 at 18:04

    On a vu le même ! http://www.danser-en-france.com/for...
    Je ne connais pas encore celui de l'English National Ballet, en revanche je pense qu'on peut difficilement faire pire que celui du Royal Ballet, assez grotesque (surtout après l'avoir vu à l'ONP). Mais leur version aussi finit mal (dans un carrosse en cristal kitchissime) et l'acte IV est rallongé de plusieurs parties pour le corps-de-ballet.

  4. Alice
    11 novembre 2011 at 21:19

    "La Belle au Bois Dormant" était moins réussie? Eh, bien, ça devait être à pleurer! Je reviens de la représentation du lac et quelle déception. Je n'ai pas trouvé ça rafraichissant, le premier rôle féminin excepté. Le prince m'a fait vraiment de la peine... Et pourtant l'orchestre a eu la gentillesse de jouer tout lentement pour lui!!! Heureusement qu'il n'y avait pas de bande son préenregistrée, sinon il n'y serait jamais arrivé!

  5. Amélie
    12 novembre 2011 at 10:19

    @Alice: C'est vrai qu'à part la grande soliste (Irina Kolesnikova ?), le niveau est plus faible. J'avais eu droit à un prince honnête toutefois, le ballet ne le met pas en plus extrêmement en avant. 

  6. becherel
    29 janvier 2012 at 12:19

    L'orthographe comme la danse peut être kitch lorsqu'elle s'avère approximative

  7. shynata
    22 février 2013 at 16:12

    J ai pu admirer cette meme version du Lac hier soir a Lyon à la salle 3000, et j aurais pu rédiger mot pour mot votre article ! je cherchais des avis me demandant si j étais trop difficile (francaise chauvine que je suis habituée aux prestations de l Opéra de Paris) ou si effectivement, les termes "soirée plaisante", "ballet de niveau inégal" et "fin baclée" étaient parfaitement adaptée. Je rajouterai LA variation de niveau amateur de Siegfried (il est beaucoup sur scène mais ne fais pas grand chose).
    En revanche j ai trouvé Irina Kolesnikova fantastique, plus de 15 ans que je n avais pas vu de ballet mais j ai trouvé son dos et ses bras superbes,
    Je vais de ce pas ressortir ma K7de Dupont / Pietragalla, qui s il ne brille plus par la technique 20 ans après, se montre bien plus péchue et (oserais je le dire ?) si heureusement francaise (conf, costumes / décor / émotion)

  8. james
    24 février 2013 at 11:30

    Le Swan Lake du SPBT avec Irina n'a rien à envier au Don Quichote de l'0péra de Paris

Réagissez

Répondre à Cams Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *