Thursday, Mar. 21, 2019

Cendrillon : épisode 2

Ecrit par :

8 décembre 2011

|

Catégorie :

Mercredi 7 décembre 2011. Cendrillon de Rudolf Noureev, par le Ballet de l’Opéra de Paris, à l’Opéra Bastille. Avec Agnès Letestu (Cendrillon), Stéphane Bullion (L'acteur vedette), Mélanie Hurel et Ludmila Pagliero (Les deux sœurs), Stéphane Phavorin (La mère), Yann Saïz (Le producteur) et Christophe Duquenne (Le professeur). 

Cendrillon_Agnes-Letestu_1.jpg
Les représentations se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. Ce deuxième épisode fut bien différent du premier, non moins perfectibles, mais les motifs de satisfaction et de déception furent différent.

Cette version de Noureev, ambiance année 1930, où Cendrillon devient ne devient princesse mais star de ciné, où la Fée est un producteur et le Prince Charmant un jeune Premier, garde un certain charme. Certes, il y a des longueurs, mais cette vision un peu surannée reste globalement plaisante, et sûrement moins nunuche que des versions premier degré. 

Malgré les cris d’horreur qu’a arraché la première, Agnès Letestu fut ce soir, en tout cas pour ma part, une très belle Cendrillon, parfaitement crédible. L’étoile joue ce personnage comme l’est un conte de fée à l’ancienne. La princesse est déjà princesse, avant même de rencontrer son prince. Même en souillon, tout dans son allure et son caractère indiquent qu’elle est de la graine de princesse. Certes, ce n’est pas très lutte des classes et égalité des chances, mais on ne va pas réécrire Charles Perrault.

Cendrillon_Agnes-Letestu.jpg

Agnès Letestu n’est pas une enfant, ou une jolie brune pétillante comme peut l’être Dorothée Gilbert. En robe grise et balaie à la main, c’est déjà une Grande Dame. Qu’importe, quand elle-même y croit, ses qualités d’actrice font tout. Cela marche d’autant mieux que le décalage avec la mère et les deux sœurs, excellent-e-s Stéphane Phavorin, Mélanie Hurel et Ludmila Pagliero qui savent très bien jouer les idiot-e-s, fonctionnent très bien.

Le premier acte s’écoule donc de la plus charmante des façons. L’histoire est lisible, les danseurs-ses investi-e-s, voilà un joli conte qui nous est raconté. Le clou reste sûrement le numéro de claquette. Après tout, il est temps que Cendrillon prenne son destin en main. C’est décidé, elle ne se laissera pas faire, et prend le droit aussi de s’amuser. Après tout, dans cette version, Cendrillon s’émancipe grâce à son talent d’actrice et son charisme face à la caméra, et non pas par le bon vouloir d’un prince. 

Cendrillon_Agnes-Letestu_Stephane-Bullion.jpg

Passons sur les saisons décidément longuettes pour arriver au deuxième acte, lui aussi très sympathique. Le corps de ballet semble s’être réveillé depuis la semaine dernière. Tout le monde semble plus joyeux, plus investi, plus en ligne aussi. Tout le monde y croit et tout le monde s’amuse, y compris le public dont les rires fusent durant les scènes de cinéma de pacotille (le King Kong fait toujours son petit effet).

Même Stéphane Bullion a quitté sa triste mine pour endosser le rôle de l’Acteur Vedette. Oh surprise, il peut donc être drôle. Il s’amuse même beaucoup dans le personnage du nunuche de l’histoire (pour une fois que ce n’est pas la jeune fille en fleur aussi). Voilà un acteur vedette qui se sait beau gosse, qui connaît son importance, et qui se demande ce qu’il fait avec ses deux gourdasses de sœurs pour partenaires.

Cendrillon_Stephane-Phavorin_Melanie-Hurel_Ludmila_Pagliero.jpg
Bref, tout se déroule pour le mieux, jusqu’au pas de deux du tabouret. Alors qu’Agnès Letestu et Stéphane Bullion forment le coule des tragédies, dans les contes de fée, cela semble moins passer. Peut-être sont-ils un peu trop âgés, peut-être se prennent-ils un peu trop au sérieux… mais la brillance du partenariat Le Riche/Gilbert manque assez cruellement.

Le troisième acte pâtit de la même chose. La course-poursuite est bien jolie, mais les danses de caractère paraissent singulièrement peu inspirées. Quand au pas de deux final, mis à part un joli moment de tendresse lorsque Cendrillon amène sa chaussure, il manquait là-aussi de quelque chose. Voilà la Nouvelle Star du cinéma et l’acteur chéri de Hollywood… Mais où sont donc les paillettes et tout ce qui brille ? Une absence qui n’est pas aidé par la longueur du pas de deux. 

Cendrillon_Agnes_Letestu_Stephane-Bullion.jpg

Dommage, la soirée se termine moins bien qu’elle n'avait commencé. La troupe est néanmoins chaleureusement applaudie, mention spéciale à la mère et aux deux sœurs qui jouèrent le jeu des chipies jusqu’à la fin des saluts.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(8) commentaires

  1. Marie-Charlotte
    8 décembre 2011 at 19:18

    En fait, c'est ça: une absence de paillettes...C'est le souvenir que j'en ai gardé, un ballet gris.

  2. Marie S
    8 décembre 2011 at 19:32

    je ne suis qu'une simple amatrice mais la représentation d'hier...j'ai adoré! Je n'avais jamais vu Agnès Letestu danser (en 7 spectacles à l'opéra!) mais je ne suis pas déçue du tout.
    Les soeurs chipies jusqu'au bout, les décors très hollywoodiens, les claquettes avec des pointes en dessous, un Stéphane Phavorin sur pointes, les soeurs qui arrivent à très bien danser le mal-danser, la joie de cendrillon de découvrir ce monde, les heures qui rythment le temps, etc
    Enfin sans compter le côté technique -qui abasourdi par moments- ce j'ai trouvé les danseurs bien dans leurs personnages, je me suis prise au jeu et le temps est passé bien vite.
    Aucun regret pour cette soirée, au contraire!

  3. Aymeric
    8 décembre 2011 at 22:41

    Je pense que c'est bien avec vous que j'en ai parlé lundi soir..... Cette distribution etait assez etrange, Bullion et Letestu ne vont pas physiquement tres bien ensemble je trouve, mais ils m'avaient plu pour le pas de deux du tabouret.... Et le trio de la marâtre et des soeurs etait tres bien! Mais la question reste toujours la meme: pourquoi avoir refait Cendrillon

  4. Eldoé
    9 décembre 2011 at 09:47

    Je l'ai également vu mercredi. J'ai adoré les deux sœurs et la marâtre.
    J'ai souvent décroché pendant les passages avec Cendrillon (la fatigue de la journée peut-être), je préférais regarder le corps de ballet...

  5. Cams
    9 décembre 2011 at 12:53

    Très bonne soirée pour moi aussi! Il faut que je mette au compte rendu!
    J'ai aussi adoré les deux sœurs et la mère aux saluts!! Elles sont pour l'instant les seules à faire ça. C'est génial!

  6. Amélie
    9 décembre 2011 at 16:31

    @ Marie-Charlotte : C'est aussi ce que j'ai pensé en choisissant les photos. Mais Gilbert savait apporter ce strass.

    @ Marie S : Merci de vos impressions ! Si vous avez découvert Agnès Letestu ce soir, nul doute que vous avez passé une bonne soirée, c'est une danseuse exceptionnelle, mais qui commence à se faire rare sur scène.

    @ Aymeric : Vous parlez du lundi 28, après la soirée Gilbert/Le Riche ? J'aime bien pour ma part voir des ballets sous un nouveau jour, même si cette version ne fait pas l'unanimité.

    @ Eldoé : Le trio mère-soeur était particulièrement en forme ce soir-là, je crois qu'elles ont conquis tout le public. :)

    @ Cams : Moi aussi j'aime bien quand les rôles comiques jouent le jeu jusqu'au bout !  

  7. Audrey
    9 décembre 2011 at 16:56

    J'ai vu cette distribution pendant la répétition générale, on va dire que ça compte.
    Mais maintenant que j'y pense je crois que j'en avais déjà parlé dans un autre commentaire... En ressortant mes souvenirs, je reste sur le fait que Stéphane Bullion ne m'avait pas autant touchée que d'habitude. Et que j'avais beaucoup plus aimé Ludmilla Pagliero que d'habitude.
    Je ne verrai pas d'autres distributions sur ce ballet.. Tu as prévu de voir la distribution Aurélie Dupont/Josua Hoffalt ? ça m'intéresse :)

  8. Amélie
    13 décembre 2011 at 17:47

    @Audrey:Non, je renonce par faute de temps. :)

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial