Wednesday, Dec. 11, 2019

Multitudes d’Etoiles pour le Japon

Ecrit par :

1 juin 2011

|

Catégorie :

Mardi 31 mai 2011. Les Etoiles pour le Japon au Palais des Congrès. Avec un peu ce qui se fait de mieux aujourd'hui sur les scènes internationales de danse.

les-etoiles-pour-le-japon-final.jpg

(© Photos : Blog A petits Pas, sauf photo 2 (Stanislav Belyaevsky) et 3.

Un gala comme celui qui a eu lieu hier au Palais des Congrès, il n'y en a pas souvent à Paris. Le public n'était d'ailleurs pas là par hasard : Wayne McGregor, une bonne partie du corps de ballet de l'Opéra de Paris (mais peu d'étoiles si je ne m'abuse), des Petits Rats, des habitué-e-s de Garnier... et une foultitude de blogueuses qui n'auraient raté ça pour rien au monde. 

Il y a eu des petits bas lors de ce gala. Des pas de deux assez moyens, 45 minutes d'attente au début sans explication, un programme hasardeux (des danseurs et pianistes pas indiqué-e-s, tiens, Merkuriev est au Mariinsky maintenant ?), deux parties déséquilibrées et un tout un peu long (fini à minuit, certain-e-s ont dû courir pour choper leur RER). Mais il y a eu aussi beaucoup de très beaux moments, qui ont éclipsé ces ratés.

Le gala débute par quelques images du Japon et des villes rasées par la catastrophe, rappelant au public pourquoi il était là. 

Suites de Danses de Clustine ; L'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris

Bon, est-ce bien utile d'y aller de son petit commentaire à un mois du concours ? Je sens déjà les réponses enflammées. Pourtant, ils-elles ont bien assuré, ces grands Petits Rats. Débuter un tel spectacle n'avait rien d'évident, surtout avec cette chorégraphie, très technique, très "école française", mais pas forcément très fun. Il y a eu des sourires crispés, mais globalement beaucoup d'assurance et d'envie de bien faire. On sentait les six danseur-se-s déjà pro, et on les voit sans problème l'année prochaine dans le corps de ballet. 

Caroline Osmont et Clothilde Tran-Phat ont été fidèles à elle-même, donc très bien, même si je trouve que ce style n'est pas ce qui va le mieux à la seconde. Belle découverte d'Alizée Sicre, que je découvrais en soliste. Encore une fois, j'ai eu l'impression que le ballet mettait surtout en avant les filles, et que les garçons se contentaient un peu des portés. Mais les trois (Germain Louvet, Jérémy Loup-Quer et Mathieu Contat) s'en sont tous les trois très bien tirés, avec une petite préférence pour le dernier pour son naturel et une certaine musicalité.

La Belle au Bois Dormant de Petitpa ; Maria Kochetkova (San Francisco Ballet) et Sergei Polunin (Royal Ballet)

Un pas de deux très propre, très en place, et absolument sans surprise. Lui semblait crispé et pas forcément à l'aise, elle au contraire affichait sans discontinuer un sourire américain assez énervant. Le pas de deux de gala dans tout son stéréotype, passons. 

Mopey de Goecke ; Friedemann Vogel (Ballet de Stuttgart)

De l'engagement, une musique que j'aime bien, un bon danseur... Joli moment, ça m'a réveillé. 

Friedemann Vogel in Mopey (Ch: Marco Goecke)

La Chauve-souris de Roland Petit ; Olga Esina et Roman Lazik (Ballet de l'Opéra de Vienne)

Très bon choix, même si les ailes du danseur faisait un peu Disneyland. Joli coup de coeur pour Olga Esina, sculpturale dans son académique, mutine et enjôleuse. Une interprétation assumée et du brio. 

Le Cygne Noir pas de deux de Petipa ; Dimitri Gruzdev et Fernanda Oliveira (English National Ballet)

Aoutch, ça fait mal. Un couple pas du tout assorti (ils sont pourtant de la même compagnie), un danseur qui semblait se forcer et une danseuse - certes énergique - mais qui semblait assez faible techniquement. A oublier. 

Sinatra Suite de Tharp ; Igor Zelensky (Mariinsky) et Tatyana Gorokhovaz (Ballet de Novossibirsk)

Une femme en tenue année 20, un homme en smoking, et des chansons de Sinatra. Le début me semble un peu tristounet, je m'attendais peut-être à un peu plus de brillant. Et puis je me suis laissée prendre au jeu, à la belle complicité entre les deux danseurs, et à un certain humour qui les a gagné au fur et à mesure. J'ai hâte de découvrir l'oeuvre dans son entier aux Etés de la Danse.

SinatraSuite-les-etoiles-pour-le-japon.jpg

Light de Béjart ; Julien Favreau et Katya Shalkina (Béjart Ballet Lausanne)

L'un des meilleurs moments de la soirée. Si l'on sentait avant chez chacun des couples une certaine tension au début, il n'en n'a rien été des danseurs du Béjart Ballet Lausanne. Dès la première seconde, ils étaient présents, comme lors d'un vrai spectacle. En osmose. Un très beau duo.

Shalkina_Favreau_les-etoiles-pour-le-japon.jpg

Le Corsaire de Petitpa ; Ashley Bouder (New York City Ballet) et Jason Reilly (Ballet de Stuttgart)

Ahhh, enfin un vrai pas de deux de gala : du brillant en veux-tu en voilà, et en évitant le sourire crispé. On comprend tout de suite pourquoi Ashley Bouder est une petite star : on la remarque dès ses premiers pas sur scène, elle devient tornade lors de ses manèges de piqués, et toujours avec un petit sourire l'air de dire "Pffiou, mais c'est tellement facile tout ça". Difficilement résistible. Lui aussi n'a pas démérité, un jeune fougueux bondissant dans toute sa splendeur. Un pas de deux qui a terminé en beauté une première partie un peu terne.

Boulder_Reilly-les-etoiles-pour-le-japon.jpg

La Dame aux Camélias de Neumeier ; Marijn Rademaker et Suejin Kang (Ballet de Stuttgart)

L'un des gros coup de coeur de la soirée, dans mon top 3. La Dame aux Camélias pour des danseurs du Ballet de Stuttgart, c'est un peu leur grand tube, une part de leur ADN. La grande difficulté dans ce type de gala, c'est d'arriver à instaurer quelque chose avec un pas de deux sorti de son contexte. D'autant plus dur lorsqu'il s'agit d'un extrait dramatique, arrivant en plus à la fin de l'histoire. Marijn Rademaker et Suejin Kang y ont parfaitement réussi. En seulement quelques minutes, ils ont su nous raconter la passion, le drame et le déchirement du couple. Un très beau moment.

Two de Russell Maliphant ; Carlos Acosta (Royal Ballet)

Et bien, c'était on ne peut plus différent que la version dansée par Sylvie Guillem il y a quelques mois. Etait-ce parce que j'étais beaucoup plus près ? J'ai été en tout cas complètement captivée. Il faut voir Carlos Acosta, bien baraqué, vivre dans son petit carré de lumière. On pourrait tomber dans un truc très esthétisant, et pas du tout. Il transcende chaque seconde, et l'on retient son souffle. Love U Carlos. 

Le Spectre de la Rose de Fokine ; Igor Kolb (Mariinsky) et Elena Kuzmina (Eifman Ballet)

Et bien, c'était pas mal du tout. J'ai eu au tout début un peu de mal à me faire au style d'Igor Kolb, et puis je me suis laissée prendre au jeu. C'est une rose enjôleuse, qui prend véritablement un malin plaisir à perturber la jeune fille. Cette dernière était très gracieuse, et a très bien joué la belle endormie pendant le pas de deux. Etait-ce un rêve, la réalité, les derniers effets de la fête ? Une belle ambiance, un peu mystérieuse et romantique. Réflexion personnelle au passage, décidément, ce bonnet à fleur, ça ne va à personne. 

Adagio de Miroshnichenko ; Andrey Merukriev (Bolchoï)

Quelle surprise de voir Andrey Merukriev dans une chorégraphie néo-classique, quelques semaines après l'avoir vu bondissant dans Don Quichotte. Il danse les deux aussi bien décidément, même si j'ai moyennement accroché à la chorégraphie, assez basique (gestuelle contemporaine sur une musique classique, plus fait pour mettre en valeur la ligne et les pectoraux du danseur, torse-nu et moulé dans un collant blanc). 

Grand Pas de Deux de Spuck ; Mikhail Kaninskin et Elisa Carrillo Cabrera (Ballet de l'Opéra de Berlin)

Pastiche des grands pas classiques que je voyais pour la première fois, et qui m'a beaucoup plus. C'est l'histoire d'un danseur classique, très classique, à l'ego légèrement surdimensionnée, et qui se passerait bien de sa partenaire qui-veut-bien-faire-mais-un-peu-godiche. Le couple avait l'humour qu'il fallait, sans tomber dans la sur-caricature, et une sacrée technique (derrière le rire, c'est un pas de deux qui a l'air difficile). Beaucoup de rythme et de clin d'oeil, une chorégraphie très efficace et parfaite pour ce genre de gala, très applaudie.

Cabrera_Kaniskin-les-etoiles-pour-le-japon.jpg

Caravaggio de Bigonzetti ; Shoko Nakamura et Michael Banzhaf (Ballet de Berlin)

J'ai assez moyennement apprécié la chorégraphie, encore un néo-classique basique (pas mal de pièces se ressemblaient dans ce gala). Mais rien à dire sur les deux danseurs, très bons et très investis. Il y a décidément du niveau du côté de Berlin.

Thaïs de Petit ; Lucia Lacarra et Marlon Dino (Ballet de l'Opéra de Munich)

Je ne connaissais rien à ce ballet, ni ce que ça racontait. Pas grave, Lucia Lacarra est tellement ravissante, gracieuse, musicale et enjouée qu'on oublie le reste. Son partenaire n'a pas démérité, loin de là, mais mes yeux n'ont été attirés que par cette si belle ballerine. Elle aussi, on comprend pourquoi c'est une star. Beau moment.

Lacarra_Dino-les-etoiles-pour-le-japon.jpg

Les Indomptés de Brumachon ; Jiri Bubenicek (Ballet de Dresden), Otto Bubenicek (Ballet de Hambourg) et Jon Vallejo (ballet de Dresde)

Encore une fois, j'ai eu un peu de mal avec la chorégraphie, et la musique spécialement casse-bonbon. Mais les deux frères, et leur partenaire oublié dans le programme, savent danser et occuper la scène. Une présence magnétique, et c'est vrai pour le public, un côté étrange à voir évoluer côte à côte deux danseurs qui se ressemblent traits pour traits. Un beau trio, une complicité évidente, une belle danse, il faudrait être difficile pour ne pas succomber.

Les Enfants du Paradis de Martinez ; Isabelle Ciaravola et Mathieu Ganio (Ballet de l'Opéra de Paris)

J'aime beaucoup Mathieu Ganio, j'aime beaucoup Isabelle Ciaravola, j'aime beaucoup leur couple sur scène, j'aime beaucoup José Martinez, et je suis prête à défendre Les Enfants du Paradis. Mais il faut le reconnaître, ce pas de deux était bizarre, et sans grande logique. J'ai l'impression qu'il a été un peu rafistolé, avec des petits bouts pris de-ci de-là. Malgré tout, il se passe toujours quelque chose avec ces deux-là sur scène.

Don Quichotte de Petipa ; Evgenia Obraztsova (Mariinsky) et Andrey Merukriev (Bolchoï)

Là, je vais faire ma grande difficile. Au vu du casting et de l'extrait choisi, je m'attendais à un feu d'artifice. Et si les deux danseurs se sont donnés à fond, il manquait un petit truc, un je-ne-sais-quoi pour se laisser totalement emporter. Etait-ce Evgenia Obraztsova, par moment irrésistible mais qui en faisait parfois un peu trop, Andrey Merukriev moins à l'aise qu'il y a 15 jours, une complicité par forcément éclatante dans le partenariat... Je fais ma difficile, parce que c'était très bien, avec multitudes de sauts vertigineux, de doubles fouettés, beaucoup d'entrain et de plaisir d'être sur scène. Damned, c'est l'effet post-Bolchoï qui continue ? 

Obraztsova_Gudanov-les-etoiles-pour-le-japon.jpg

Tous les danseur-se-s sont revenus saluer sur scène, une rose à la main. Un final assez émouvant, mais qui n'a pas eu le droit à un deuxième rappel de la part du public (globalement assez froid). Le spectacle s'est terminé très tard, vers minuit, et beaucoup semblaient être pressés de partir. Trois minutes après la fin, il n'y avait déjà plus grand monde à la sortie. Malgré les nombreuses affiches dans le métro, malgré les flyers distribués à l'entrée des théâtres depuis un mois, et surtout malgré l'affiche plus que prestigieuse de ce gala, avec tous ces grands noms, la salle n'était pas pleine. Le public parisien me déçoit par moment. 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(16) commentaires

  1. Fab
    1 juin 2011 at 13:09

    Globalement, on est d'accord (comme d'habitude me diras-tu ;). J'ai le même sentiment que toi pour le duo Obraztsova/Merkuriev. C'était enlevé, brillant mais il y avait un petit truc qui manquait (bon, c'est sûr, Osipova et Vasiliev dans les mêmes rôles, sont difficiles à surpasser). En tout cas, c'était une très belle soirée. Dommage que l'organisation un peu fébrile de l'événement n'ait pas permis aux spectateurs de pouvoir appaludir plus longuement les artistes...

  2. Artemis
    1 juin 2011 at 13:58

    Merci pour cette belle review bien illustrée ! J'y étais aussi hier soir et j'ai passé une excellente soirée ! =D>
    J'ai trouvé dommage que les applaudissements à la fin ne soient pas plus fournis (d'ailleurs le rideau et la lumière ont dissuadé les spectateurs de continuer à applaudir...)
    Je suis tout à fait d'accord avec toi ! J'ai été totalement fascinée par le solo de Carlos Acosta et par le pas de deux de Béjart. Grosse déception pour Le Lac : j'étais assez près de la scène (mais décentrée) et j'avais une impression de lourdeur et de passage en force, d'un manque de finesse. Par contre, j'ai découvert et adoré Ashley Bouder et Lucia Lacarra (d'une légerté incroyable !)
    N'ayant pas vu le ballet Les enfants du Paradis (et n'ayant pas vu le film depuis longtemps), je me suis sentie un peu perdue (je ne comprenais pas trop de quoi il s'agissait ... dommage car j'aime beaucoup ces deux interprètes !)
    Une très belle soirée en tout cas, malgré le gros retard inexpliqué, et la régie qui parfois n'était pas vraiment huilée !!

  3. Melodiz
    1 juin 2011 at 14:05

    Un petit commentaire car j'étais également au Palais des Congrès hier soir, et j'avais hâte de lire les réactions sur le web..!

    Voici les miennes, comme elles me viennent, en vrac :
    1). 45 min d'attente au début du spectacle et sans aucune explication... c'est juste dommage. Et ça laisse perplexe... Pour le démarrage "sur les chapeaux de roues", déjà, c'est loupé.
    2). Cette attente qui a décalé d'autant le spectacle dans la soirée explique peut-être le manque de réaction et de chaleur du public... Personnellement, malgré toute ma bonne volonté et toute balletomane que je suis, j'ai eu du mal à rester concentrée et les yeux grands ouverts durant, allez, au bas-mot, la dernière demi-heure.....
    3). J'ai eu la même impression pour le pas de deux final de Don Quichotte : bien que le tout (la technique, les danseurs) demeure virtuose, je n'ai absolument pas été transportée... parce que l'ensemble semblait rafistolé.
    4). Même impression pour le pas de Deux du Cygne noir... de l'énergie, une volonté évidente de bien faire mais une impression de ratés...
    5). Grosse découverte également pour le ballet de Berlin
    6). Et bien sûr, des bons moments avec mentions spéciales pour : Le Corsaire, La Dame aux Camélias, Two de Maliphant (avec l'impression que la musique émanait carrément de Carlos Acosta), Les Indomptés, le Grand Pas de deux, le duo de Béjart
    7). J'ai reconnu parmi les spectateurs Laurent Hilaire et Myriam Ould-Braham notamment !

  4. palpatine
    1 juin 2011 at 14:15

    "Le public parisien me déçoit par moment." : ah ce troll... (mon détecteur d'ethnocentrisme s'affole !) Tarifs trop élevés pour une salle inadéquate (et une fin à minuit ??), des noms connus seulement des initiés et un pot pourri qui ne parle qu'aux fans : pas de cible marketting si ce n'est la balletomane (la pure et dure, pas celle qui met son pognon une fois l'an dans le lac/casse-noisette/la bayadère). Peu importe la comm' "classique" à ce niveau (ce qui aurait pu marcher, c'est le support vidéo un peu viral, pour rameuter la foule sur le mode "wow ça va être trooop géant", ou pour drainer ceux qui ont peur de l'opéra, ie les provinciaux de banlieue, qui ont besoin d'horaires adaptés). Et puis l'aspect "sauvons le Japon" pour la 42ème fois (pendant que la Libye et la Syrie sont dans la merde, mais ça on s'en fout), ça ne marche plus au bout d'un moment : ça peut même desservir, en fait.

    La salle Pleyel était en revanche bien pleine...

  5. Cams
    1 juin 2011 at 15:08

    Globalement la même impression que toi!

    La salle était effectivement très froide. L'horaire a dû jouer aussi. Ce n'est pas normal de commencer un spectacle à 20h45 passé. J'ai vu des gens partir avant les enfants du Paradis certainement par peur de louper leur train! Moi j'ai voulu en profiter jusqu'au bout, résultat je me suis retrouvée coincée à Paris! Heureusment que j'ai trouvé quelqu'un pour m'héberger!!

    Sinon i looove Carlos Acosta également. Ca m'a beaucoup impressionnée de le voir "en vrai"! Ce qu'il a fait dans le solo de Maliphant était assez fou.
    Et puis effectivement le Béjart Ballet, Ashley Bouder...

    Entre ce gala et le Bolchoï on va avoir des goûts de luxe maintenant!

  6. Melodiz
    1 juin 2011 at 16:04

    J'oublie un point important : on entendait les mecs de la régie parler pendant le spectacle (!!!!). Je suppose que vous l'avez aussi noté...!?

  7. Artemis
    1 juin 2011 at 18:23

    @ Melodiz : oui, la régie n'était pas très efficace... Rien que le début où ils ont lancé la musique, puis l'ont arrêté, puis ont lancé vidéo + musique... Ca ne démarrait pas bien !
    J'étais au 5e rang et je les entendais tout le temps (je me demandais si c'était eux, mais je ne voyais pas qui d'autre pouvait parler !!!). Et puis ils auraient pu tout de même faire un message concernant ce retard (heureusement que j'avais prévu, sinon problèmes de RER aussi !)

  8. Pink Lady
    2 juin 2011 at 15:49

    Le public parisien te déçoit, mais comme tu dis au début je pense que beaucoup de gens ont simplement dû se dépêcher pour profiter des derniers transports en commun. Personnellement j’ai trouvé la salle plutôt bien remplie vu sa taille et le temps donné à la promotion. Peut-être l’habitude de voir des théâtres souvent plus dégarnis à Londres qu’à Paris…
    C’est assez drôle, les réactions post-gala sont quand même beaucoup plus contrastées que je ne l’aurais pensé. Je n’ai pas du tout trouvé Polunin crispé, encore moins mal à l’aise, et le sourire de sa partenaire m’a plutôt fait fondre qu’autre chose (encore une fois peut-être qu’ils sourient plus ici…)

    @Cams: Tu n'es pas sur la ligne C ? Question goûts de luxe, j’avoue que je me suis fait plaisir en enchaînant dès le lendemain avec la fascinante Alina Cojocaru dans Manon…

    @Palpatine : La fin à minuit n’était pas prévue, et 35€ pour une telle affiche, sachant que la visibilité est bonne partout, je ne trouve pas ça exagéré. Ce qui est vraiment affligeant en effet c’est que ces noms soient inconnus du public en France, et même sans doute de celui de l’Opéra… n’étant jamais invités à se produire à Paris. Dommage aussi que l’affiche – superbe par ailleurs – n’aie pas été plus explicite, cela aurait drainé un autre public.
    Je ne vois pas le rapport entre le Japon et la Syrie. Et encore moins avec la salle Pleyel ! Surtout lorsqu’une salle a un an pour remplir 2400 places et l’autre un mois pour en faire 3700...

  9. Anne-Laure
    3 juin 2011 at 10:23

    Je n'ai pas du tout apprécié le sourire de la danseuse dans la Belle au bois dormant. Je ne sais plus comment je l’ai tourné dans mon billet pour que ce soit « politiquement correct » et n’ai pu apprécier ce passage.
    De très belles découvertes en tout cas comme la pièce Mopey et le danseur Friedemann Vogel… D’accord avec toi Amélie, le bonnet du Spectre de la rose ne va à personne !!

  10. mimylasouris
    4 juin 2011 at 18:45

    Ah, mais, mais... Obraztsova et Andrey Merukriev ! Tu n'as pas vu son coup d'œil de folie à lui, que j'en défaille encore ? Et elle, avec son sourire dont je ne me suis toujours pas remis ? Ils avaient une folle allure !

    Et juste, il y avait une autre erreur dans le programme. La chorégraphie de Jiri Bubenicek, c'était "Le Souffle de l'esprit" (http://www.youtube.com/watch?v=W25K...) ; "Les Indomptés", c'est autre chose, tout aussi bien et peut-être mieux encore (pour avoir vu les deux au gala de Roberto Bolle, c'est ce qui m'avait le plus marqué) : http://www.youtube.com/watch?v=Z0mm...

  11. Pink Lady
    4 juin 2011 at 19:02

    Il semble en fait que le programme papier n'était pas à jour, car le changement de et la venue du troisième danseur avaient été annoncés sur le programme mis en ligne sur le site du gala (que j'avais bien sûr pris soin d'imprimer) (oui je me tais). Par contre le nom indiqué était seulement celui de la musique, "Canon".

  12. Amélie
    6 juin 2011 at 21:53

    @ Tous et toutes : pour le retard, le gala n'avait la salle qu'une journée à sa disposition. La répétition a donc eu lieu juste avant, et tous ces danseur-se-s à faire passer, ça prend du temps.

    @ Artémis : j'étais bien de face, et on avait aussi une impression de lourdeur face au Cygne noir. La déception de la soirée à l'unanimité.

    @ Melodiz : J'avoue que, malgré sa distribution de rêve, la deuxième partie m'a fatiguée. C'était limite trop d'un coup. Pour les bruits, j'ai remarqué aussi, j'ai cru au début que ça venait des coulisses, mais no, c'était bien de la régie.

    @ Palpatine : Franchement, je doute que le/balletomane a pensé à "Sauvons le Japon" au moment d'acheter sa place. Et je veux croire qu'il y a à Paris assez de passionné-e-s de ballet pour remplir le Palais des Congrès. 

    @ Cams : Oui, on va réclamer à Dieu au moins une étoile invitée par série maintenant ;)

    @ Pink Lady : Mais à force de crier au génie pour Polunin, j'ai été déçue lorsqu'il a fallut le voir en vrai ;)

    @ Anne-Laure : Oui, Mopey était vraiment une belle surprise. :)

    @ Mimy : Merci pour la précision ! Pour Merukriev, j'ai bien défaillis aussi lorsqu'il a dansé à Garnier, mais ce soir, j'ai été un peu déçue. 

  13. louison
    10 juin 2011 at 17:06

    C'est beaucoup de poudre aux yeux c'est gala de "bienfaisance" et souvent les artistes n'y mettent pas tout leur coeur. Forcément on ne les paient pas. Je pousse un peu mais je l'ai constaté.

  14. Amélie
    12 juin 2011 at 15:57

    @louison: Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi. Les artistes présents ce soir-là se sont vraiment donné à fond, sans ménagement. S'il y a eu des choses moins bonnes, c'est à mon avis plus un problème de manque de répétition et de partenariat que de mobilisation personnelle. 

  15. louison
    13 juin 2011 at 19:40

    c'est aussi possible Amélie. je te prie de m'excuser pour la coquille dans mon précédent message. Mais pour avoir assisté à plusieurs galas pour aider Haïti j'ai souvent été déçue. La charité ne mérite pas l’approximatif.

  16. Pink Lady
    14 juin 2011 at 10:29

    @Louison: Vous ne savez pas de quoi vous parlez. Les participants à ce gala étaient tous des étoiles des meilleures compagnies de danse au monde, et chaque pas-de-deux était une pure merveille. Après, les balletomanes à l’œil aiguisé ont pu avoir quelques déceptions, qui se sont exprimées sur les différents blogs et forums, et quelques danseurs ont pu souffrir de la comparaison à un tel niveau, alors qu’ils auraient brillé pris individuellement. Mais les comparer à de la poudre jetée aux yeux, alors qu’au contraire ils sont tous encore plus épatants lorsqu’on les voit dans les ballets complets, et d’approximation vu la qualité de ce qui a été produit, c’est complètement hors de propos. La prochaine fois venez juger sur pièce.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial