Saturday, Dec. 14, 2019

Quand le hip hop croise le Ballet de Bordeaux

Ecrit par :

15 avril 2011

|

Catégorie :

Jeudi 14 avril. Le Ballet de l'Opéra National de Bordeaux à la Grande Halle de La Villette, pour Tétris d'Anthony Egéa. 

Tetris

Le Ballet de l'Opéra de Bordeaux se fait une réputation de plus en plus grandissante depuis quelques années. Si la troupe tourne régulièrement dans le sud de la France, impossible de les voir sur Paris. C'est donc avec une certaine curiosité que j'ai fait connaissance avec la compagnie hier, dans le carde du festival Hautes Tensions. 

Ce festival est dédié aux arts de la rue, donc pas question de voir un ballet classique. La vingtaine de danseur-se- venu-e-s ont présenté la pièce contemporaine Tétris, Anthony Egéa. L'idée ? Une pièce qui mélange la danse classique avec le hip hop, concept plutôt en vogue en ce moment, pour "dévergonder la danse classique". J'avoue avoir très moyennement apprécié cette phrase du chorégraphe, qui sous-entend que le ballet est coincé (il n'a pas vu du Noureev à mon avis). 

Mais mis à part le discours, le mélange des styles a plutôt bien marché. L'idée est de toute façon bonne à la base, entre le classique qui se met à se libérer du dos, et le hip hop qui se sert de plus grandes capacités physiques. Il était tout de même étonnant de remarquer que, si le chorégraphe s'est très bien servi des danseurs, il a eu beaucoup plus de mal avec les danseuses. 

Tetris

C'est par elles que tout commence. Elles sont une dizaine, avec une soliste au milieu sur un grand socle rond. Toutes sont sur pointes, et martèlent le plus fort possible le sol avec des petits sauts. j'ai mal pour elle, surtout que c'est l'essentiel de la chorégraphie des dix premières minutes. S'ensuit une démonstration d'efforts physiques, qui sert plus à montrer la souplesse des danseuses qu'à danser véritablement. C'est impressionnant, mais ça n'apporte pas grand chose. Anthony Egéa a visiblement été fasciné par ses femmes longilignes, perchées sur pointe et qui semblent défier les lois du corps humain. Mais il n'a pas su s'en servir, et encore moins leur insuffler son style hip hop. Il n'a peut-être pas trop su les bousculer. 

Par contre avec les hommes, et c'est surprenant, mais tout fonctionne. Le principe est le même : une dizaine de danseurs (et plutôt beaux gosses si je puis me permettre) et un soliste au milieu. Le mélange qui n'arrivait pas à se faire avant semble soudainement ce qu'il y a de plus naturel au monde. Les pirouettes et les sauts se fondent avec des figures hip hop, et créent une énergie à laquelle il est difficile de résister. Le travail du dos est particulièrement intéressant, de véritables anguilles. Le soliste résume le tout seul en scène en cinq belles minutes (comment s'appelle-t-il ? Je l'ai trouvé génial), c'est de la belle danse. 

Tetris

Après les femmes, après les hommes, les pas de deux évidemment. Anthony Egéa retombe dans ses travers, et le passage ressemble à nouveau un peu plus à une performance physique qu'à de la danse. Mais le travail de bras cette fois-c est plutôt intéressant, et donne visuellement des choses originales, ce qui est tout de même le but recherché dans ce genre de mélange. Un couple de solistes (très jeunes à première vue) termine le ballet plutôt en beauté. Les pas sont là encore plutôt dans la force, mais il reste difficile de résister à leur engagement et à leurs facilités. Au final, une pièce qui a parfois du mal à faire la symbiose des deux styles, exercice difficile, mais avec des passages de groupes plutôt intéressants, et de belles personnalités. 

La soirée s'est terminée avec Vaduz 2036 de la compagnie Melting Spot, pièce que je n'ai pas vu (coup de fatigue+pas emballée par la "partition introspective, radicalement dépouillée" de la présentation+ j'ai le DVD dans mon sac).  

Tétris, par le Ballet de l'Opéra National de Bordeaux, jusqu'au samedi 16 avril à 20h30 et dimanche 17 avril à 17h00. Spectacle présenté dans le cadre du festival Hautes Tensions

© Photos 1 : Sigrid Colomyes

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(3) commentaires

  1. mimylasouris
    15 avril 2011 at 17:18

    J'ai l'oreille sélective : le DVD qui est dans ton sac, il contient aussi ce curieux Tétris ?

  2. Amélie
    17 avril 2011 at 17:37

    @mimylasouris: Bien essayé, mais non, il ne contient que la deuxième pièce ;)

  3. minouche
    10 juillet 2012 at 17:00

    Curieuse interprétation de cette plume qui se veut aussi rigide que l'esprit de son auteur . Se "regarder " parler dénote un égo profondément démesuré . Je suis pour l'expression libre mais pas la niaiserie insipide qui n'élève en rien l'esprit ou n'apporte aucun possible à partager. Une si belle troupe emmenée par l'esprit d'un homme qui ose "dévergonder la danse classique " ne peut que raffrichir l'esprit des danseurs , les obliger à se repositionner , à se ré-inventer . Penser à la Guilhem si créative en ce sens Je ne pense pas que monsieur Egéa en ait donné le sens que vous lui accordez .Sa démarche laisse entendre tout autre chose pour celui qui laisse son eprit s'ouvrir vers d'autres univers .
    La prochaine fois que vous n'aimez pas , dites le , mais avec sens .Tout propos est bon à partager dès lors quil ne se veut pas étriqué mais laisse entendre que la personne parle " de " et non pas "sur" .
    Merci à tous ces esprits inventifs , à tous ces porteurs de possibles , merci de nous aider à élever notre esprit . Merci Monsieur Egéa .Merci aux danseurs .
    V G.

Réagissez

Répondre à mimylasouris Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial