Tuesday, Dec. 1, 2020

Dans la tête de Wayne McGregor (du moins on essaye)

Ecrit par :

22 juin 2011

|

Catégorie :

Wayne McGregor, une pensée en mouvement. Documentaire de Catherine Maximoff, diffusé sur Arte le lundi 27 juin 2011 à 23h45. Rediffusé le dimanche 3 juillet à 6 heures, et le mercredi 13 juillet à 5 heures.

wayne-mcgregor-3.jpg
Il y a dans la danse (comme dans l’art en général, d’ailleurs) une grande part de mystère. Comment crée-t-on ? Comment a-t-on l’idée d’un mouvement, comment l’idée jaillit (vous avez quatre heures).

Curieuse question que le/la spectateur-rice ne se pose pas vraiment, il-elle préfère savourer ce qu’il-elle voit, mais à laquelle s’est attablée Catherine Maximoff dans son documentaire Wayne McGregor, une pensée en mouvement. La réalisatrice a suivi au plus près le chorégraphe contemporain britannique en répétition. Elle a planté ses caméras dans les yeux de McGregor, en pleine répétition. 

Évidemment, elle n’a pas la réponse. Évidemment, elle n’a même pas un début de réponse. Mais sa caméra a su saisir un geste rare, le commencement du geste. Celui que le public adore découvrir, genre je me glisse dans les coulisses de la création. L’instant précis où l’idée jaillit dans la tête du chorégraphe, et qu’elle devient vivante grâce aux danseur-se-s.

wayne-mc-gregor-1.jpg
Le documentaire se divise en cinq moments, tous mélangés au montage : Wayne McGregor en répétition avec sa troupe, sa troupe sur scène, Wayne McGregor en répétition avec deux solistes du Royal Ballet, deux artistes de sa troupe apprenant une chorégraphie à des collégien-ne-s, et le plus étrange, une expérience du chorégraphe et ses danseur-se-s autour d’un chercheur, qui veut essayer de comprendre scientifiquement comment marche la création.

Les deux premières parties sont assez attendues dans un documentaire de danse, mais plutôt réussies. La danse de McGregor est physique, et la caméra va se mettre au plus près. L’énergie qui se dégage est forte, et je me fais la réflexion qu’après La Danse, le Ballet de l’Opéra de Paris, les chorégraphies de Wayne sont incroyablement cinématographiques.

Les séances de travail sont également très intéressantes, nous sommes dans les infimes détails. Une danseuse fait un mouvement, McGregor la corrige sur la position de son buste, qui doit être un tout petit peu plus en arrière. Ça n’a l’air de rien, mais ça change tout. J’adore assister à ce genre de répétition.

La partie avec les collégiens est mignonnette comme tout, même si sa place dans ce reportage précis peut de discuter. Ils-elles sont une trentaine, ils-elles n’ont jamais dansé de leur vie et beaucoup n’ont pas vraiment le physique de l’emploi. Deux danseur-se-s de la troupe de McGregor viennent leur apprendre un ballet, et ça passe par tout un tas d’exercices bizarres ("Tu es dans un cube. Maintenant, dessine Salvador Dali avec ton oreille"). Mais il faut les voir, ces ados mal dans leurs peaux, s’emplir de grâce soudainement parce qu’ils-elles dansent. Une vision pas vraiment nouvelle (cf Pina Bausch), mais toujours efficace à voir. 

waune-mcgregor-2.jpg
Les répétitions avec le couple du Royal Ballet ne sont qu’un petit passage, mais c’est pourtant celui-ci qui m’ont semblé les plus intéressantes. Car l’on est vraiment au cœur de la création. Wayne McGregor est face à ces deux danseur-se-s. On voit l’œil vide, puis l’idée arriver dans sa pupille, puis se transformer en paroles, puis en moment grâce aux interprètes, puis la correction. Le tout en cinq secondes. Le moment de la création.

C’est cet instant précis qu’a voulu essayer de comprendre un chercheur. Il fait venir le chorégraphe et quelques danseur-se-s, il leur pose des questions, il leur laisse un questionnaire. L’acharnement du scientifique à comprendre ce qui justement ne peut pas s’expliquer. J’espère que sa question ne trouvera jamais de réponse. En attendant, cela permet à une caméra de s’introduire au milieu de tout ça, et de voir cet instant, à défaut de le comprendre. 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(3) commentaires

  1. elendae
    25 juin 2011 at 11:12

    Bon, je vais ajouter ce doc à mes trucs à voir !
    Tu as regardé la vidéo de la séance de travail qu'a mise en ligne le site de l'ONP ? Oui parce qu'ils font des efforts quand même...et cette séance était vraiment super pour le côté création en direct

  2. Amélie
    26 juin 2011 at 00:09

    @elendae: Non, pas encore ! la page Actu de l'Opéra est horriblement mal faite, ça rame grave dès que je clique dessus. Au vu des compte-rendus, ça avait l'air assez énergique. :)

  3. Artemis
    28 juin 2011 at 17:24

    Merci pour cette présentation, ce documentaire me donne très envie ! Je l'ai enregistré hier soir (j'espère que ça a fonctionné ;) )
    Sinon, j'ai les mêmes soucis que toi pour la page de l'Opéra, j'ai toujours d'énormes difficultés à regarder les vidéos (en général j'abandonne !)

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial