Friday, Nov. 15, 2019

Les Empreintes de Marie-Claude Pietragalla

Ecrit par :

3 décembre 2010

|

Catégorie :

Empreintes, le nouveau magazine documentaire de France 5, consacre son prochain numéro à la danseuse et chorégraphe Marie-Claude Pietragalla. En attendant sa diffusion ce soir, le vendredi 3 décembre à 20h35 sur France 5, petit compte-rendu de cette émission.

Tout démarre comme dans n'importe quel reportage sur la danse : Pietra sur scène, dans sa dernière création, puis en studio, s'étirant à la barre. C'est un rite immuable. Montrer le-la danseur-se dans son art, puis dans son quotidien, en studio.

Le premier quart d'heure est réservé à Marie-Claude Pietragalla à l'Opéra de Paris. Elle raconte son parcours, comment, petite fille timide, elle est venue à la danse, puis à Paris. Quelques images d'archive nous la montre Petit Rat, en première division. Puis c'est l'entrée dans le corps de ballet, avec déjà l'idée, raconte-elle, de ne pas se contenter de faire, de rester dans le cadre. Le Lac des Cygnes, Carmen, Don Quichotte... On replonge dans sa carrière d'étoile à travers d'anciens reportages et images de ballet, avec en prime un Nicolas Le Riche tout jeunôt et avec pleins de cheveux.

Marie-Claude_Pietragalla.jpg
Toute cette partie est entrecoupée d'une interview croisée avec Florence Clerc, qui l'a énormément fait travailler. Au-delà des anecdotes, elle dévoile sa vision de la danseuse, et des progrès qu'elle a accomplis.

Quand j'ai commencé à m'intéresser à la danse, Marie-Claude Pietragalla était déjà une star, et je n'ai pas beaucoup de recul sur son parcours. Mais il est intéressant de se rappeler,  comme le dit le documentaire, qu'elle a été huit ans étoile. Seulement huit ans. C'est très peu, et pourtant, cela lui a suffit pour marquer les spectateur-rice-s de l'Opéra de Paris.   

photo_1213379561446-1-0_zoom.jpg
Le deuxième quart d'heure est consacré à son expérience à Marseille. Ah, Marseille.... Cela semble toujours aussi douloureux pour la danseuse, qui en parle avec des mots très durs : "la volonté de tuer l'artiste". On sent encore toute la rancoeur et l'incompréhension, et Marie-Claude Pietragalla ne semble pas encore avoir digéré cet événement. Cette partie évoque très peu le ballet de Marseille en lui-même, pour ne pas dire pas du tout. Il ne se positionne que dans le regard de la danseuse. Ce qui donne une impression étrange, de domination totale de sa personnalité sur la troupe. Bine sûr, le reportage est centrée sur elle, mais on se demande si tous ces problèmes ne viennent pas de là. Marie-Claude Pietragalla voulait créer, elle s'est servi de l'outil du Ballet de Marseille pour le faire. Elle ne parle jamais des danseur-se-s.

Le dernier quart d'heure évoque ses dernières créations : Parco Polo, La Tentation d'Eve. Beaucoup d'images et de témoignages de son compagnon Julien Derouault. Pietra rentre plus dans le détail des pièces, expliquant son évolution en tant que chorégraphe, ce qu'elle voulait donner, la naissance de sa fille, la mort de son père. La Tentation d'Eve m'a plus particulièrement interpellé.

Et tout se termine comme tout reportage sur la danse se termine :par des saluts, le regards heureux et le visage en sueur.

20080129_Corps_et_Graphie_recto.jpg
Difficile, c'est sûr, de résumer Marie-Claude Pietragalla en 50 minutes. Certains trouveront peut-être cela frustrant. Mais le documentaire nous retrace bien les lignes principales de sa vie, et nous l'a font voir dès qu'elle doit sûrement être dans la vie : entière, à fleur de peau, et entièrement dévouée à son art.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(5) commentaires

  1. Cams
    4 décembre 2010 at 12:00

    Arf et je l'ai raté...

    C'est fou qu'elle ne soit restée étoile que 8 ans. Je ne savais pas. C'est parce qu'elle a été nommée à la direction du ballet de Marseille qu'elle a abandonné son poste?
    En tout cas c'est vrai que c'est une grande star de la danse. L'autre jour j'étais au musée Grévin et c'est la seule ballerine à avoir sa statue (avec Nicolas LeRiche!).

    J'essayerai en tout cas de revoir le documentaire sur internet!

    Et pour ce que tu me disais sur mon blog, je suis Glee depuis le début de sa diffusion aux Etats Unis! j'adore!! Mais j'ai 2 épisodes de retard. Il faut que je me rattrape avant l'épisode spécial Noël!

  2. muriel
    5 décembre 2010 at 20:04

    tu peux le revoir cette semaine seulement :

    http://documentaires.france5.fr/doc...

  3. Cams
    5 décembre 2010 at 20:08

    merci! :)

  4. Amélie
    6 décembre 2010 at 21:27

    @ Muriel : Merci d'avoir donné le lien :D
    @ Cams : rohhh, une autre balletomane fan de Glee =D> Mois aussi je suis en retard, il doit me manquer trois épisodes. Il faut que je rattrape le tout avant celui de Noël, il parait qu'il va être génial. :D

  5. Julie
    23 décembre 2010 at 08:15

    Arf j'ai raté également la diffusion sur le site, zut zut zut. Bon, un jour j'arriverai à tout suivre...

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial