Sunday, Nov. 17, 2019

En compagnie de Nijinsky des Ballets de Monte-Carlo – Rencontre avec Jeroen Verbruggen pour son Faune

Ecrit par :

1 février 2019

|

Catégorie :

Les Ballets de Monte-Carlo se posent au Théâtre des Champs-Élysées du 8 au 10 février, dans le cadre de la saison TranscenDanses, pour leur programme En compagnie de Nijinsky. Une soirée particulièrement riche, autour de quatre relectures de célèbres pièces des Ballets Russes. Parmi ces propositions, une revisite de L'Après-midi d'un Faune signée par le jeune et surdoué chorégraphe Jeroen Verbruggen. Rebaptisé Aimai-je un rêve ?, la pièce est duo hypnotique qui questionne le genre. Pour DALP, il nous raconte la genèse de sa création. 

Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen - En compagnie de Nijinsky - Ballets de Monte-Carlo

 

Que vous inspiraient les Ballets russes avant de vous lancer dans cette création ?

J'ai étudié les Ballets russes lorsque j'étais à l’École royale du Ballet d’Anvers, cela faisait partie bien sûr de l’histoire de la danse. Mais je n’étais pas vraiment à l’écoute, j'ai appris sans vraiment l’apprendre. Quand j'ai rejoint les Ballets de Monte-Carlo (ndlr : Jeroen Verbruggen y a été danseur de 2004 à 2014),  je me suis rendu compte de cet héritage. Et les flash-back de l’école sont revenus. En 2009, j’ai participé au centenaire des Ballets russes, on a dansé Le Sacre du printemps de Nijinsky, la version de Maurice Béjart et beaucoup d'autres. C’est là que j’ai commencé à mieux comprendre la volonté de Diaghilev de faire travailler ensemble ces grands artistes. Je me suis rendu compte, en tant que danseur, de l’ampleur de ce mouvement. 

 

Revisiter des œuvres des Ballets russes est une idée répandue dans le monde du ballet, il y a déjà eu énormément de relectures de ces pièces. Il n'y avait pas la peur de ne pas trouver de nouvelles idées ? 

Ah non, on peut aller tellement loin, il y a toujours plein de pistes ! À l’époque des Ballets russes, ces pièces étaient des chocs, des oeuvres provocantes. Cela laisse encore plus de liberté aujourd'hui pour revisiter la chose, on a moins peur d’être hors-sujet.

 

Revisiter L'Après-midi d'un Faune, ça a été votre choix ? 

C'est Jean-Christophe Maillot qui m’a proposé de revisiter cette pièce et cela m’a tout de suite parlé. C’était presque une évidence.

 

Quel a été votre cheminement ? 

J’ai d'abord pensé à la Nymphe qui rencontre le Faune. Puis je me suis demandé ce que serait ce Faune de nos jours, puis qui est ce Faune pour moi, qu’est-ce qu’il me voudrait si je le rencontrais, si j’étais la Nymphe. Pour moi, il y aurait une attraction sexuelle, mais si je voulais faire cette pièce moins auto-centrée, que serait ce Faune ? J'avais aussi envie de travailler sur un thème très actuel : le genre, et tout ce qui s'ouvre en ce moment sur le fait d'appartenir ou non à un genre. Ce Faune, il peut être asexué, il peut donner une énergie sans sexe, ou au contraire avec trop de sexe. C'est une créature, quelque chose de hors du commun. C'est pour cela que j'ai travaillé cette création sur trois couples : deux hommes, deux femmes et un homme/une femme.

Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen - En compagnie de Nijinsky - Ballets de Monte-Carlo

Cela faisait une différence dans le studio ? 

Le changement était flagrant. Entre les deux hommes, il y avait vraiment quelque chose de bestial. Le couple mixte était plus charnel. Entre les deux femmes, c’était très sensuel, très joli. Mais mon challenge était de créer la même chose sur les trois couples et qui fonctionne à chaque fois. Dans l'idée, j'aurais voulu changer de distribution chaque soir, mais ça n'a pas été possible à Monaco pour des raisons de planning, il n'y a eu sur scène finalement que le couple d'hommes. Nous verrons pour les dates parisiennes. Même si, au final, c’est le processus dans son ensemble qui compte, le fait d'avoir vraiment pu créer sur ces trois couples. 

 

Comment se sont passées les répétitions ? 

J'avais déjà cette idée du genre en tête, mon concept. Je prépare très en avance mes idées, même si dans l’écriture chorégraphique, cela se passe dans le studio, l’art est quelque chose d'éphémère qu’on ne peut pas trop préparer non plus. Les trois couples étaient présents en même temps dans le studio et c'est un système qui a bien marché. Dès que quelque chose coinçait sur les deux garçons, je regardais tout de suite de l’autre côté du studio et les filles avaient trouvé une autre façon de faire. Parfois j'interchangeais un couple pour que les interprètes perçoivent la différence. Tout s'est fait très vite - la pièce a été créée en une dizaine de jours - et tout a vraiment été fait avec les trois couples en même temps. Au final, on est plutôt dans la bestialité chez les trois couples. 

 

Pourquoi s’être finalement décidé sur la version entre deux hommes ?

C’était par rapport à ma vision des choses, le point de départ de l'évolution de cette pièce. Mais on a aussi travaillé avec les garçons sur la question de l’ambiguïté. Avec Alexis Oliveira, qui danse le Faune, on a réfléchi à faire certains pas plutôt asexués, à l'aspect charnel du personnage, son côté féminin/masculin, à donner des nuances pendant le duo, tout comme avec Benjamin Stone qui danse la Nymphe ou l'Individu. L'ambivalence vient aussi de l'idée du rêve. Tout commence avec le Faune qui rêve. Mais est-ce le Faune qui rêve de l’Individu ou l'inverse ? Il y a ainsi beaucoup de fumée dans la mise en scène, nous sommes dans un lieu un peu indéfini. Et les rôles s'inversent à la fin du pas de deux, l’Individu devient le Faune et le Faune devient l’Individu. D'où le nouveau nom de la pièce : Aimai-je un rêve ?

Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen - En compagnie de Nijinsky - Ballets de Monte-Carlo

Comment avez-vous choisi les interprètes, que vous connaissez bien ? 

J’ai tout de suite pensé à Alexis Oliveira pour le Faune. Quand j'étais danseur dans la compagnie, je l'admirais énormément. J’ai toujours eu besoin de regarder des danseurs qui m’inspirent, qui sont en haut. Alexis Oliveira faisait partie de ceux-là et c'est très agréable de chorégraphier maintenant sur lui. Quant à Benjamin Stone qui danse l'Individu,  c'est un très beau danseur, très fluide dans le côté contemporain, mais qui a aussi quelque chose de très introverti. Et les deux peuvent montrer leur souffrance. On me dit parfois que ce duo est un combat, c'est vrai que mon travail est très dur, très physique, et que cela peut se voir chez les interprètes. Cela dérange certaines personnes. Mais j’aime quand les choses ne sont pas trop fluides, quand on voit qu'elles sont dures. J’ai horreur du masque du danseur, je préfère les choses vraies. 

 

Vous avez dansé dix ans aux Ballets de Monte-Carlo, vous travaillez souvent avec la troupe maintenant que vous êtes chorégraphe. Qu'est-ce que cela vous apporte ? 

Il y a des choses que je n’ai plus besoin de dire avec ceux et celles avec qui je travaille depuis longtemps, ils ont tout de suite compris. Quand on coince sur quelque chose, c’est toujours très agréable d'avoir un danseur qui propose quelque chose qui me plaît, ce qui n'est pas toujours le cas avec des interprètes qui connaissent moins mon travail. Ce qui est beau à Monaco, c’est qu’ils sont dans ma tête maintenant, ils me comprennent. J'aime aussi travailler avec des gens complètement nouveaux et repartir à zéro, cela peut être parfois un peu moins surprenant avec des interprètes qui me connaissent si bien. Mais je ne me plais surtout pas (rires).

 

Quelles sont les qualités des danseurs et danseuses des Ballets de Monte-Carlo ?

Leur diversité. Cette compagnie est, comme moi, formée classique, mais elle n'est pas forcément classique dans sa tête. Ces interprètes n’ont pas peur, ils ne se posent pas de question, ils essayent et c’est très agréable. Ailleurs, quand on ne me connaît pas, on peut me prendre pour un fou. Je pense qu'à Monaco aussi d'ailleurs, mais ils me comprennent (rire). 

 

Plus globalement, quel est votre regard - peut-être plus un regard de public - sur ce programme En compagnie de Nijinsky ?

Mon regard n’est pas très objectif parce que j'ai un lien très fort avec les autres pièces présentées. Daphnis et Chloé de Jean-Christophe Maillot et Le Spectre de la rose de Marco Goecke ont été créés sur moi, cette dernière pièce a vraiment été un temps fort dans ma carrière d'interprète. J'ai aussi dansé Petrouchka plus jeune, au Ballet d'Europe. Je suis surtout flatté d'être sur une soirée comme celle-là. C’est un honneur d’être à l'affiche avec mon patron, mon idole Marco Goecke avec qui j’ai beaucoup travaillé en tant que danseur, Johan Inger dont j'ai aussi dansé des pièces. Et de pouvoir aller à Paris, au Théâtre des Champs-Élysées où ces grands ballets ont été créés. C’est une grande pression mais il ne faut pas trop penser à tout ça. J’ai surtout pris du plaisir sur cette création, j’ai saisi ma chance et j’ai fait mon truc. 

Aimai-je un rêve ? de Jeroen Verbruggen - En compagnie de Nijinsky - Ballets de Monte-Carlo

Quels sont vos projets pour la suite ? 

Je suis en ce moment à Moscou. C’est une grande aventure et je suis content de sortir un peu de l’Europe. Je prépare une soirée entière pour le mois de juin avec le Moscou Ballet Theatre. Puis je pars à Helsinki pour le Ballet National de Finlande au mois de mai. Je prépare ensuite une revisite de La Belle au bois dormant pour le Ballet de Leipzig au mois de novembre, un autre ballet pour 2020 pour une autre compagnie allemande. Et ce ne sont que les projets dont je peux parler ! Pour moi, chorégraphier, c’est peindre. Sauf que, quand un peintre veut peindre, il va acheter ses brosses et ses peintures, alors que c'est plus compliqué pour chorégraphier. On doit créer les meilleures pièces possibles pour pouvoir être réinvité ailleurs. Pour moi, c’est mon seul but : que mon aventure puisse continuer pour que je puisse continuer à peindre. 

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial