Thursday, Oct. 28, 2021

François Alu : “Ma vie artistique ne s’arrête pas, au contraire elle s’agrandit”

Ecrit par :

17 septembre 2021

|

Catégorie :

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe au début du mois d'août. François Alu, nouveau juge de la saison 11 de l'émission Danse avec les stars ! Présent là où on ne l'attendait pas, le Premier danseur du Ballet de l'Opéra de Paris nous révèlera une nouvelle facette de sa personnalité dès le premier prime, le vendredi 17 septembre sur TF1,  aux côtés de Chris Marques (seul juge rescapé des précédentes saisons), Denitsa Ikonomova et Jean-Paul Gaultier. Comme celles et ceux qui l'ont aimé et admiré, en se glissant dans son fauteuil, il aura évidemment une pensée pour Patrick Dupond, décédé en mars dernier . Entre émotion, excitation et curiosité, François Alu raconte pour DALP comment il aborde cette nouvelle aventure. "Heureux et en pleine forme", il est impatient de célébrer l'art de la danse devant des millions de téléspectateurs et téléspectatrices. 

François Alu : "Ma vie artistique ne s'arrête pas, au contraire elle s'agrandit" - Danse avec les stars

Qu'est-ce qui vous a décidé à rejoindre le jury de Danse avec les stars ?

Quand Julien Chapero, directeur de casting, m'a contacté pour me proposer l'émission, je n'ai attendu que quelques minutes pour lui répondre que j'acceptais. J'ai tout de suite vu que c'était un moyen génial de démocratiser la danse, de pouvoir célébrer cet art avec un large public. Après la période que nous avons traversée, nous avons besoin de fun, de légèreté. En même temps, je trouve que c'est aussi un fabuleux moyen d'inciter le public de la télévision à aller vers le spectacle vivant dont je suis un fervent défenseur. Les deux sont tout à fait complémentaires. J'espère que les téléspectateur.rice.s deviendront des spectateurs et spectatrices. Et je m'emploierai à les inviter à aller dans des salles de spectacles.

 

Aviez-vous regardé  les précédentes saisons de DALS ? Ou les avez-vous binge-watché comme devoirs de vacances ?

Je vais être sincère. Les deux ! Je n'ai pas la télévision chez moi. Mais comme tout le monde, j'avais visionné des séquences sur  Youtube par curiosité. Évidemment, depuis que j'ai appris que j'intégrais le jury, j'en ai regardé pas mal. Il faut que je m'entraîne à délivrer des informations techniques, artistiques et psychologiques dans un temps très court.

 

Comment vous êtes-vous préparé à ce rôle de juré ? Qu'avez-vous envie d'apporter aux candidats ? 

Chaque juré arrive avec sa culture chorégraphique, son expertise. Il est vrai que mes références sont plutôt contemporaines, hip hop, et bien sûr, classique. Les danses de salon sont une découverte pour moi. Chris Marques m'a d'ailleurs fait une petite formation accélérée ! Le but est d'accompagner les candidat.e.s tout au long de leur participation avec bienveillance, authenticité et justice. À la fin de cette émission, j'aimerais que chacun.e reparte avec un bagage artistique un peu plus étoffé. Ça les aidera toujours.

François Alu

Vous-même avez fait face à des jurys durant votre parcours. Est-ce qu'il y a cette appréhension d'être celui qui juge ? 

L'art de la danse est quelque chose de subjectif.  J'ai été juré pour le concours de recrutement et le concours interne de promotion du Ballet de l'Opéra de Paris. J'ai aussi coaché des danseurs. Ce qui est hyper important, c'est la façon dont la personne réceptionne l'information. Quand on s'est donné généreusement, on est à vif et la moindre petite remarque vous hérisse. Il faut donc d'abord trouver en priorité une chose positive à dire, et dans un deuxième temps, indiquer comment s'améliorer, sur quels points fondamentaux travailler... Je n'hésiterai pas à être sincère. Nous sommes là pour faire grandir les candidat.e.s. Je me vois comme un accompagnateur. À un moment, il faut mettre une note, c'est le jeu, mais le but est que chaque semaine, chacun.e apprenne des choses notamment grâce au travail avec les danseuses et danseurs professionnels de grande qualité.

 

Vous avez l'habitude d'être exposé au regard du public mais la télé, c'est un tout autre univers. Ressentez-vous de la pression ?

Ma première télé dans l'émission C à vous, je dois reconnaître que j'étais mort de trouille ! J'avais beaucoup de pensées parasites un peu comme cela peut nous arriver sur scène. Mais je me suis aguerri au fil des interviews. Je vais juste éviter de penser aux millions de personnes derrière leur écran. Je vais me concentrer sur ceux et celles qui sont en plateau.

 

Le principe de l'émission n'est pas de former des artistes, mais de prendre des personnalités avec des niveaux de danse très hétérogènes et de les faire progresser semaine après semaine jusqu'à la victoire. Qu'avez-vous envie qu'il.elle.s découvrent à travers la danse ?

Chacun.e fera son parcours personnel. Mon rôle est de leur donner des conseils comme : "octroies-toi le droit de faire ça", "mets plus de nuance" etc... Faire sauter des verrous peut avoir un impact à plus long terme et les aider dans leur vie quotidienne. Le but de Danse avec les stars reste quand même de s'amuser, de palpiter, de vibrer et de faire le show ! On va s'y employer.

 

Vous aurez sans nul doute une pensée pour Patrick Dupond lors du premier prime. Qu'est-ce que vous ressentez à l'idée de vous glisser dans son fauteuil de juge ?

On a dit que j'allais le remplacer, mais Patrick Dupond est irremplaçable. Il sera avec moi sur le plateau dans mon cœur et dans mes pensées. Même si je l'ai peu côtoyé, c'est un danseur qui m'a beaucoup marqué. C'est grâce à lui que j'ai commencé la danse. Je retiens de lui qu'il n'avait pas peur du qu'en-dira-t-on. C'est une attitude qui m'inspire beaucoup. Tracer sa route, se dire que ce que pensent les autres n'appartient qu'à eux. C'est en étant pleinement soi-même qu'on se réalise vraiment. L'un des plus beaux compliments que l'on m'ait fait, c'est quand un de mes détracteurs a dit : "François, quand il fait ce truc-là c'est même pas de la danse". Ça voulait dire que ça ne ressemblait peut-être pas exactement à ce qui avait déjà été fait, donc que j'étais sur la bonne voie. Le but n'est pas de tout casser. Je suis pour respecter la tradition, cette quête d'excellence, la rigueur que l'Opéra m'a inculquée. Mais venir apporter une petite part de transgression, n'est-ce pas le rôle d'un artiste ?

 

Fallait-il prendre un congé de six mois de l'Opéra de Paris ? Ne pouviez-vous pas mener ce projet en parallèle de votre travail dans la compagnie ?

Le rythme de l'émission est intense. Quand je m'engage dans quelque chose, je m'y donne à 100%. J'ai demandé ce congé. En ce moment, je me suis lancé plusieurs défis qui nécessitent du temps, notamment mon seul en scène Complètement jetés ! écrit avec Samuel Murez. C'est une expérience intense, jubilatoire autant sur le plan physique qu'émotionnel. C'est aussi un spectacle que je co-produis. Une nouvelle corde à mon arc. Je fais du coaching en entreprise. J'ai besoin de me nourrir de nouvelles expériences, de rencontres. J'aime cette effervescence. Je n'ai pas envie de me poser. Comme disait un prof de danse : "tu te reposeras quand tu seras mort".

François Alu

Qu'éprouvez-vous à l'idée d'être un peu éloigné de l'Opéra de Paris ?

Tout va bien ! Je me réjouis pour mes collègues. Parfois je passe devant l'Opéra. Je sais que ça fourmille à l'intérieur. J'en suis heureux. Je les retrouverai en décembre. Il  y a une chose que j'ai retenue de cette période de Covid, c'est que nous ne savons pas de quoi demain sera fait. Tout peut basculer du jour au lendemain. J'ai arrêté de me projeter trop loin. Pour l'instant, il y a Danse avec les stars, mon spectacle. Je me sens pleinement épanoui.

 

Beaucoup de personnes (l'équipe de DALP notamment !) se réjouissent de vous retrouver tous les vendredis soir. Mais il y a aussi celles et ceux qui pensent que vous vous fourvoyez dans ce divertissement télévisuel. Vous leur répondez quoi ?

Je peux comprendre ! Je leur dis : "Ne vous inquiétez pas". Je suis dans une forme olympique. Venez voir mon spectacle (rires) à Bourges ou ailleurs. Ma vie artistique ne s'arrête pas, au contraire elle s'agrandit. Je ne suis plus seulement danseur. Quand on se retrouvera en scène, je serai un François encore plus riche en émotions.

 

Danse avec les stars est diffusé tous les vendredis soir sur TF1. Retrouvez chaque semaine notre indispensable débrief.

 



Share This Article

Related News

About Author

(1) commentaire

  1. Pascale Maret
    17 septembre 2021 at 09:41

    François Alu, pas de doute, on l'aime ! Je vais même peut-être, pour la première fois, regarder un peu Danse avec les stars en attendant de le revoir sur scène.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial