Sunday, Aug. 18, 2019

L’École de Danse de l’Opéra de Paris sur scène pour son Tricentenaire

Ecrit par :

18 avril 2013

|

Catégorie :

Ce Gala du Tricentenaire est diffusé sur Arte le dimanche 28 avril à 20h45.

Spectacle de l'École de Danse de l'Opéra de Paris, au Palais Garnier. Lundi 15 aril 2013.

Cinq ballets : D'Ores et déjà de Béatrice Massin et Nicolas Paul (création), avec Valentin Chou et seize danseurs ; La Nuit de Walpurgis de Claude Bessy, avec Roxane Stojanov (Hélène), Ida Viikinkoski (Cléopâtre), Perle Vilette (Phrynée), Adèle Belem (Aspasie), Célia Drouy (Laïs) et 32 danseuses; Célébration de Pierre Lacotte (création), avec Ludmila Pagliero et Mathieu Ganio ; Péchés de Jeunesse de jean-Guillaume Bart, avec Roxane Stojanov et Mathieu Rouaux (premier pas de deux), Clémence Gross et Antoine Kirscher (second pas de deux) et douze danseur-se-s ; Aunis de Jacques Garnier avec Simon Valastro, Axel Ibot et Mickaël Lafon.

La pose finale lors du Défilé du Ballet clôturant la soirée.

La pose finale lors du Défilé du Ballet clôturant la soirée.

"Nous fêtons notre style plutôt que nos 300 ans", déclarait Élisabeth Platel lors d'une rencontre précédant le spectacle. Pour marquer le Tricentenaire, la directrice de l'École de Danse a choisi un programme difficile, technique, faisant la part belle à la virtuosité classique portée par la musicalité. L'Opéra a décidé d'en faire une soirée AROP, et donc fermé financièrement à un large public. Dommage que ce qui se présentait comme l'événement de l'année a eu un petti goût de "restons entre nous". Car cette fête rendait un bel hommage à son École. Et les élèves, qui frappent toujours par leur professionnalisme, ont bien montré que la danse française, si elle est un peu morne dans le corps de ballet en ce moment, est bien vivace à Nanterre.

Le spectacle démarre de la plus belle des façons, par la création de Béatrice Massin et Nicolas Paul, D'Ores et déjà. Sur scène, un cadre doré. Devant, Louis XIV, en habit de lumière, cédant vite sa place à 17 jeunes danseurs d'aujourd'hui. Béatrice Massin (car j'y ai vu beaucoup de son esprit dans cette oeuvre) a tout compris à la soirée : voilà une pièce qui à la fois rend hommage au Tricentenaire, souligne l'importance de la danse classiques et montre comment cela amène aux gestes de demain. Les hauts des corps sont baroques, légèrement courbés et cassés. Le bas de jambe est classique, pieds tendus et jambes en-dehors... jusqu'au passage au sol et contorsions contemporaines.Et tout cela s'imbrique de la plus naturelle des façons.

dores-et-deja

D'Ores et déjà est sobre, sans être facile. C'est une belle utilisation du plateau, entre ces groupes qui se font et se défont, et d'une vrai musicalité. Les plus vieux des élèves y ont une certaine distance, les plus jeunes plus de fougue. Entre eux aussi le mélange se fait, on sent l'écoute, les respirations et gestes coordonnés, l'énergie de l'ensemble. Il faut un petit temps pour se laisser porter par cette apparente simplicité, mais l'intelligence de la pièce finit par l'emporter. Voilà donc une belle découverte, que l'on aimerait voir redanser par l'École un peu plus tard, ou pourquoi pas par la compagnie.

La Nuit de Walpurgis nous fait retomber un siècle plus tôt. Pas d'orgie débridée comme l'ont fait les Trocks il y a quelques mois, mais 32 jeunes filles montrant une belle technique classique pur et dure, sur une musique un peu gnan-gnan tout de même (j'ai élu cette musique de Faust la partition la plus gnan-gnan du répertoire). Cela pourrait vite devenir poussiéreux s'il n'y avait pas cette virtuosité maîtrisé et ces ensembles au cordeau. Claude Bessy, qui a chorégraphié et fait répéter, n'aime pas l'approximation, et cela se sent. Le stress (gala, représentation filmée, première...) ont toutefois rendu le début de cette pièce un peu sage. Les 32 danseuses ont su cependant se libérer au fur et à mesure, pour dévoiler un vrai plaisir de danser er d'être sur scène, mesdemoiselles les Nubiennes en tête. Le tout porté par Roxane Stojanov et Ida Viikinkoski, deux belles ballerines et vraies solistes dans l'âme.

La-nuit-de-walpurgis_2

Péchés de Jeunesse de Jean-Guillaume Bart a un peu souffert des mêmes défauts : un début crispé par l'enjeu qui peut vite provoquer l'ennui. Les ensembles et pas de deux sont plus néo-classiques, inspirés par Balanchine et sa grande importance de la musique. Il a fallu finalement la moitié de la pièce pour que les élèves se sentent enfin à l'aise. Peut-être qu'être ensemble les rassurent ? C'est en tout cas avec un passage de groupe que le ballet a vraiment pris son envol, faisant place à un beau sens de la musique, et de la joie de danser. Là encore, Roxane Stojanov s'est démarquée en faisant preuve d'un beau lyrisme du haut du corps, déjà professionnelle, tandis que son partenaire, tout en étant un très bon danseur, se classait plus parmi les élèves. Clémence Gross et Antoine Kirscher furent un très joli second couple, faisant preuve là encore d'une belle écoute et de musicalité.

Peches-de-jeunesse_2

Le reste de la soirée était dansé par la compagnie. Célébration de Pierre Lacotte, arrivé au milieu du spectacle et présenté uniquement pour le gala, s'est révélé finalement assez inutile. Sur une musique d'Auber, le chorégraphe a imaginé tous les pièges techniques possible. Soit. Sauf que les huit danseurs et danseuses du corps de ballet n'avaient visiblement pas eu assez de répétition dans les jambes. Cela a donc donné un ensemble crispé par la difficulté sans grand esprit. Je revoyais encore sur Youtube Sylvie Guillem dans le Grand Pas Classique du même compositeur Auber : enchaînement de virtuosité dans les jambes et un petit air de dire "Pff, c'est tellement facile tout ça, je pourrais faire tellement plus dur, mais restons distante et élégante". Bref, on y était assez loin. Le couple d'Étoiles, Ludmila Pagliero et Mathieu Ganio, ont par contre surmonté les difficultés techniques avec une facilité ébouriffante. Mais lui avait l'air de passablement s'ennuyer tandis qu'elle nous a refait Don Quichotte. Problème d'esprit, là encore.

Ludmila Pagliero et Mathieu Ganio - Célébration

Ludmila Pagliero et Mathieu Ganio - Célébration

Sans parler des interprètes, Célébration de Pierre Lacotte n'apportait pas forcément grand chose à la soirée en elle-même, déjà composée de nombreuses pièces classiques. Un ballet un peu plus de caractère aurait été plus appréciable, à l'image d'Aunis, qui clôturait la soirée.

Si D'Ores et déjà s'inspire des danses savantes, Aunis va chercher dans les danses populaires, celles de la Vendée. Les trois danseurs sur scène, accompagnés de deux accordéonistes, se servent de ces gestes pour partir sur une danse contemporaine, profondément enracinée dans la terre de son pays. On est là encore dans l'apparente simplicité, car au final, Aunis étreint le coeur, avec son mélange de nostalgie et d'insouciante jeunesse. Dommage de ne pas avoir laissé des élèves de l'École l'interpréter pour le gala, même si les danseurs du soir, Simon Valastro, Axel Ibot et Mickaël Lafon, furent magistraux.

le 15 Avril 2013

Qui dit soirée AROP, dit Défilé, qui cette fois-ci clôturait la soirée. Qui dit soirée AROP dit aussi ambiance morose, certains étant là pour les mondanités et le souper après. Eleonora Abbagnato arrive pour saluer, c'est son premier défilé en tant qu'Étoile, et pas un bruit ? Du haut de leur troisième loge, les twitteur-se-s danse ont heureusement donné de la voix et moult applaudissements pour accueillir comme il se doit la nouvelle élue, suivie par Myriam Ould-Braham ovationnée. La salle se réveillant enfin a vivement salué Isabelle Ciaravola et Agnès Letestu, dont c'était le dernier Défilé, avant de réserver une ovation pour Nicolas Le Riche... Et jusqu'à lancer trois rappels, alors que la salle était déjà rallumée, mais si, tout arrive.

Ce joyeux Défilé a donc clôturé d'une très jolie façon cette belle soirée, comme le sont en général les spectacles de l'École. Je suis même ravie de revoir le samedi 20 avril, pour le Gala des Écoles, La Nuit de Walpurgis et Péchés de jeunesse, sûrement plus libérés après une semaine de scène. Bravo en tout cas à tous les élèves du soir, tous impressionnants. J'en ai cité quelques uns, par coup de coeur subjectif, mais tous ont le mérite de la réussite de cette soirée.

© Photos 1 et 4 : Elendae.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(23) commentaires

  1. Miam23
    18 avril 2013 at 17:58

    J'ai également vraiment beaucoup aimé D'ores et déjà. Quelle fluidité des mouvements entre le style baroque et contemporain ! Ne connaissant aucun danseur, j'ai quand même repéré quelques très beaux ports de tête et épaulements (notamment de CHUN WING LAM je crois). Par contre j'ai trouvé beaucoup trop désuet La Nuit de Walpurgis (trop sage, et scolaire). Les garçons ont été beaucoup mieux servis que les filles sur ce coup là ;-)

  2. Anne
    19 avril 2013 at 09:11

    J'envie ceux qui ont pu assister à cette représentation! N'empêche, quand on voit le faste de cette soirée, on peut regretter qu'une partie du budget n'ait pas été allouée au gala Noureev, lequel parait bien misérable en comparaison!

  3. Sissi
    19 avril 2013 at 10:07

    Pour moi l'exploit de la soirée fut les trois rappels... 1/4 d'heure de retard sur le programme donc comme d'habitude à peine le rideau tombé on allume la lumière pour bien faire comprendre au public qu'il est temps de dégager et là exploit applaudissement, public debout et le rideau s'ouvre trois fois !!! J'avais même l'impression que les danseurs étaient les premiers surpris. Plus sérieusement j'ai adoré cette soirée car je suis toujours épatée par le niveau des élèves, je ne parle pas que de ceux qui ont des rôles de soliste mais de l'ensemble, quel niveau et ils réussissent à faire passer leur plaisir d'être sur scène.

  4. Joelle
    19 avril 2013 at 12:40

    Superbe soirée, même si les élèves furent parfois crispés (on leur pardonne bien volontiers). J'ai assisté au programme "normal" de l'Ecole de Danse hier soir, et ils étaient beaucoup plus à l'aise :) Mais la soirée du 15 avril restera longtemps dans ma mémoire avec ce défilé impressionnant...

  5. Joelle
    19 avril 2013 at 13:04

    Une réflexion me vient après ce beau spectacle : certains des élèves ont été "bien" distribués, en solistes, et même plusieurs fois durant les divers tableaux. Et je dois dire que certains d'entre eux m'ont vraiment semblé géniaux (plus d'ailleurs chez les garçons que chez les filles, mais je pense que la difficulté est plus grande pour les filles en raison des pointes). Cela est sans doute bon signe pour le concours à venir pour l'entrée dans le Corps de Ballet (du moins pour ceux qui sont en première division), ou bien assiste-t-on parfois à de grosses surprises à l'issue du concours ?

  6. Léopoldine
    19 avril 2013 at 13:26

    je n'ai pas eu la chance d'assister au Gala. mais hier au spectacle de l'école de danse qui reprenait une partie du programme du Gala j'ai été éblouie. D'ores et déjà est magnifique, la musique baroque est un tel délice. Tous les tableaux étaient réussies peut être Péchés de Jeunesse m'a moins enchantée car un peu trop classique

  7. Colette
    19 avril 2013 at 20:20

    J'ai pour ma part assisté à la répétition générale, donc pas de défilé... Comme Amélie, j'ai trouvé que "Célébration" était truffé de pièges techniques... Quelle diagonale de coda pour Ludmila Pagliero ! Elle a réussi à la finir, mais je me demande comment... J'ai vu "Aunis" dansé par les élèves de l'école, tous leurs mouvements paraissaient naturels, alors que 12 minutes de sauts, de tours, c'est en soi un petit marathon !! Et dans "Péchés de jeunesse", j'ai admiré Antoine Kirscher, qui a un super niveau... Hâte au concours d'entrée dans le corps de ballet !

    • Amélie
      24 avril 2013 at 20:30

      @ Miam23 : Faust souffrait d'un arrière-goût vieillot, c'est vrai. Mais les filles y ont aussi plus pu montrer leur virtuosité que les garçons.

      @ Anne : Plus qu'un budget faible, le gala Noureev manquait surtout de répétition et d'investissement personnel des danseurs et danseuses.

      @ Sissi : Ahaha, mais oui, c'est un exploit, il faut le souligner. Je suis moi aussi toujours impressionnée par les élèves, et par la grande unité qui se dégage de ces spectacles, et qui manquant parfois au corps de ballet.

      @ Joëlle : Oui, les élèves étaient assez crispé-e-s. C'était une représentation filmée pour une diffusion ultérieure sur Arte, ils devaient avoir une certaine pression. Pour les distributions, et bien cela dépend un peu des années ! L'année dernière, le classement respectait assez bien l'ordre des solistes. Mais il y a deux ans, les deux titulaires du rôle principal sont arrivées très loin au concours. Comme quoi...

      @ Léopoldine : Péchés de jeunesse est assez répétitif en fait. C'est dommage car c'est une belle danse, musicale, qui convient bien aux élèves.

      @ Colette : Je ne sais pas s'il y a aujourd'hui beaucoup d'Etoiles à l'Opéra pour passer tous les pièges techniques de ce Célébration. J'aurais bien aimé voir danser Aunis par les élèves, l'occasion de découvrir de belles personnalités.

  8. Lud
    28 avril 2013 at 22:54

    Alors j'ai pas assisté au Gala, je l'ai simplement vu sur Arte ! Mais ils n'ont pas diffusé Aunis, ni le Défilé... (j'ai jamais eu la chance d'assister au Défilé, je n'ai vu que des vidéos youtube d'une piètre qualité, et Aunis j'aurais bien aimé le voir) N'empêche que c'était un beau spectacle, j'ai beaucoup aimé d'Ores et Déjà qui m'emballait pas au début.

  9. Seb
    28 avril 2013 at 23:27

    Lud, Aunis est dispo sur le site web d'Arte: http://liveweb.arte.tv/fr/video/Aunis_Opera_de_Paris/ Par contre, pas de défilé.... Seb.

  10. Palacios
    29 avril 2013 at 08:43

    Oui,on regrette Sylvie Guillem,sa technique parfaite,son aura,son assurance,sa beauté longiligne.C était un gala pour les parents d élèves!

  11. Joelle
    29 avril 2013 at 09:54

    Je suis vraiment frustrée qu'Arte ait choisi (sans doute pour des raisons de timing ou de budget) de ne pas diffuser Aunis, ainsi que le défilé...

  12. Lud
    29 avril 2013 at 13:40

    Ah oui merci Seb ! (même si j'aurai préféré le voir sur mon écran de télévision !)

  13. a.
    29 avril 2013 at 15:39

    Comme beaucoup, j'ai regardé sur Arte. Comme j'ai déjà vu aumis un certain nombre de fois, pas de regret, surtout que je suis toujours déçue par les vidéos, même de qualité... rien ne vaut la scène... J'ai adoré D'ores et déjà que j'ai trouvé très fin, intelligent, et beau. J'aimerais bcp le voir sur scène, le faux effet miroir doit être très réussi. Là, on reste malheureseument tributaire du cadrage télé... Je passe sur le Faust... Contrairement à vous, j'ai bien aimé le Lacotte, un vrai style je trouve. Seul petit bémol (et je rejoins un peu celui qui vous a tant choqué) : je trouve Ludmila pas du tout dans le style. J'imaginais Letestu à sa place... elle seule sait rendre élégant ce que les autres sont obligées de minauder... (ou une Osta aurait été parfaite aussi dans ce style). Et Péché de jeunesse, eh bien, je croyais voir Bart lui-même!!! Les garçons m'ont époustoufflée, notamment dans la pièce de Bart, et j'ai trouvé une jolie maturité chez certaines filles. Je trouve que les filles n'ont pas étét très bien servies par la pièce de Bessy... Mais ils sont épatants, je ne trouve aps du tout le côté gala de parents, mais pas du tout!!

    • Amélie
      29 avril 2013 at 18:46

      @ Lud : D'ores et déjà démarre tout doucement, lentement... Il faut prendre le temps d'entrer dans l'ambiance du ballet.

      @ Seb : Merci !

      @ Palacios : Heureusement qu'il y a eu d'autres talents depuis Sylvie Guillem ! Je ne suis pas parents d'élèves, j'ai pourtant passé une très bonne soirée. On aime ou pas la direction que fait prendre Élisabteh Platel à l'École, mais les élèves restent tout de même dignes de pros.

      @ Joëlle : Aunis est dispo sur le web, quant au Défilé... sûrement un problème de droit.

      @ A. : Moi non plus je ne suis pas forcément fan de la danse à la télé, concernant un spectacle que j'ai déjà vu (parce qu'au fond, s'il pouvait avoir une soirée danse en prime par semaine sur une grande chaîne, je serais la première ravie). Péchés de jeunesse permet d'exprimer plus de personnalités, tandis que la Nuit de Walpurgis sape un peu toute cette dimension. Pourtant, c'est un piège technique, demandant une vraie maîtrise de la virtuosité.

  14. orteg
    29 avril 2013 at 19:13

    j'ai regardé à la tv, fan de danse comme je suis, et j'ai remarqué un danseur dans la partie filles/garçons (péchés de jeunesse) où il y a un garçon brun avec une frange, qui, j'ai trouvé mais ça n'implique que moi, virevoltait plus haut que les autres, avec un enthousiasme et une vraie présence. comment s'appelle t'il?

  15. a.
    29 avril 2013 at 19:29

    @orteg : oh oui! je ne crois pas que cela n'engage que vous! je lui ai trouvé une superbe énergie moi aussi! son nom... faudrait regarder à nouveau graines d'étoiles...

  16. Joelle
    29 avril 2013 at 19:58

    Ne serait-ce point Antoine Kirscher ? Il m'a semblé qu'il virevoltait effectivement très bien... Un futur Noureev (au stade "apprenti" encore) :)

  17. Estelle
    30 avril 2013 at 09:49

    Je viens de regarder le spectacle sur le site d'Arte et on peut dire que je me retrouve beaucoup dans votre article. Je reste bluffé par leur niveau et leur capacité à danser impécablement ensemble ! Je n'ai pu aussi m'empêcher de remarquer Roxane Stojanov. Est-elle dans le corps de ballet aujourd'hui ?

  18. Catherine
    30 avril 2013 at 11:41

    Estelle, non Roxane Stojanov n'a pas réussi l'an passé à intégrer le corps de ballet et on lui souhaite pour cette année, elle dansait comme petit rat.

    • Estelle
      1 mai 2013 at 15:46

      Merci pour l'info ! Je croise les doigts pour elle

  19. Anne
    24 mai 2013 at 20:12

    Quelqu'un sait si Tatiana May, qui a redoublé sa première division pour problèmes de santé, a pu finalement danser lors du gala, ou bien si elle se réserve pour le concours interne d'entrée dans le corps de ballet ?

    • Amélie
      29 mai 2013 at 12:28

      @ Anne : Il ne me semble pas l'avoir vu dans les distributions. Mais ces dernières changeaient selon les soirs, c'est possible que je l'ai raté.

Réagissez

Répondre à Colette Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial