Sunday, Dec. 8, 2019

Marie-Agnès Gillot : “La Meilleure Danse n’est pas dans l’amateurisme télévisuel”

Ecrit par :

12 septembre 2011

|

Catégorie :

Même en pause déjeuner à la cafétéria du Palais Garnier, Marie-Agnès Gillot garde ses pointes aux pieds. Elle sort tout juste d’un filage du ballet Phèdre, qui sera donné dans un peu plus d’une semaine lors de la soirée Lifar/Ratmansky.

Mais c’est par son autre actualité que nous démarrons l’interview. La Meilleure Danse, télé-crochet sur la danse dont elle est l’un des jurés, débute en effet le mardi 13 septembre, sur W9 à 20h40.

LA MEILLEURE DANSE
Comment êtes-vous arrivée sur ce projet ?

Ce sont les producteurs qui m’ont contactée. Je pense que c’est Stéphane Jarny, le chorégraphe qui travaillait avec Michel Drucker et Kamel Ouali, qui a dû glisser mon nom. J’ai d’abord passé un entretien, pour voir comment je réagissais, comment je parlais. Puis j’ai rencontré les producteurs, et ça s’est super bien passé, ce sont des personnes humainement très intéressantes

Pourquoi avoir accepté ?

Ce n’est pas la première fois qu’on me demandait d’être juré. On m’a demandé pour beaucoup de choses, et j’ai toujours refusé, parce que ce côté respect de la danse n’y était pas. Dans la plupart des émissions, un peu partout dans le monde, les jurés ne sont plus danseurs, ne sont plus chorégraphes. Les producteurs de La Meilleure Danse ne sont pas dans ce qu’on peut imaginer de la télé. Ils essayent vraiment de pousser la danse dans le professionnalisme et non pas dans l’amateurisme télévisuel. C’est ce qui m’intéressait.

Vous n’avez pas peur de casser votre image auprès du public de danse parfois assez traditionnel ?

Cela n’a pas d’importance pour moi, ça me fait rire que des gens pensent ça. Cela veut dire qu’à la télévision, on leur donne des choses médiocres et ils acceptent, et qu’au théâtre il faut que ce soit du haut niveau. Pourquoi on ne pourrait pas avoir du haut niveau aussi à la télévision ? On me l’a proposé comme quelque chose d’éducatif, d’être dans la transmission, la pédagogie. Peu importe si on ne me comprend pas parce que c’est trop technique, je reste danseuse étoile. Je n’ai pas d’a priori, j’ai toujours fait ce que j’avais envie de faire.

A l’inverse, avez-vous une volonté de démocratiser la danse classique, parfois méconnue du grand public, en participant à cette émission ?

C’est pour ça que j’ai accepté, pour démocratiser la danse. Je trouve ça assez insupportable de dire : “Le hip hip appartient à la rue”,” La danseuse classique appartient à un monde aisé”, “La danseuse de flamenco est espagnole”... Non, absolument pas, ça n’a pas de sens.

LA MEILLEURE DANSE

Sur les 32 candidat-e-s, il n’y a toutefois qu’une seule danseuse classique...

Il y a eu beaucoup de danseur-se-s classiques au casting, mais pas forcément de bon niveau. Donc je préfère en avoir une plutôt que cinq qui ne soient pas au niveau, juste pour dire qu’il y a plus de classique. C’est la première édition aussi, je pense que ça va pousser d’autres gens à y participer.

Parlez-nous de cette candidate, Géraldine ?

C’est drôle, parce qu’elle a commencé la danse avec le professeur qui m’a fait débuter enfant. Je me suis retrouvée face à une personne que j’avais connue toute petite, et maintenant, c’est une femme. Elle avait vraiment très peur parce qu’on s’était entraîné ensemble, quand elle était un petit bout de chou. Elle disait : “Non, je n’ai pas peur du jury, j’ai peur de ce que va me dire Marie-Agnès”.

Il y a d’autres candidat-e-s qui vous ont plu ?

J’aime beaucoup le duo de hip hop Speedylegz & Diablo, ainsi que Joe, le Yamakasi. Il arrive sur le plateau en sautant de 5 mètres, c’est juste hallucinant. Il a 20 ans, dans quelques années, je pense vraiment qu’il va être une grande star.

Vous avez participé aux premiers castings ?

J’ai vu des vidéos, mais je n’ai pas choisi les candidat-e-s. J’ai fait confiance à Stéphane et à la production.

Comment se sont passés les tournages ?

Ils se sont super bien passés. Ce n’est pas la première fois que je fais de la télé non plus. On est complètement naturel avec les autres membres du jury (ndlr : Franco Dragone et Redha). Quand il y en a un qui n’est pas d’accord, il le dit.  Il y a une fois où j’ai été absolument contre le résultat, je pense que ça va se voir !

Connaissiez-vous justement les deux autres jurés ?

Au début, la production ne voulait pas me dire qui c’était. Quand j’ai su qu’il s’agissait de Franco Dragone et Redha, cela m’a conforté dans mon choix. Je ne les connaissais pas personnellement avant l’émission, mais pour moi, ce sont des gens d’un très haut niveau, des pros.

Comment étiez-vous par rapport aux candidats ?

On doit respecter les gens, on joue une carrière. On ne doit pas se planter quand on les juge, c’est quand même très important. Moi, j’ai été jugée toute ma carrière, et ça ne fait pas plaisir quand le jury se plante.

LA MEILLEURE DANSE
Vous étiez beaucoup dans l’affectif avec eux ?

On est danseur, on juge avec l’émotion, on est forcément dans l’affectif. On n’est pas dans la TV-réalité, c’est un peu péjoratif pour moi. On est vraiment dans le conseil. Il faut arrêter de penser qu’on a fait ça par-dessus la jambe, ça n’aurait eu aucun intérêt que j’y aille.

Comment cela se passait avec les candidats ?

La plupart étaient des amours, vraiment des danseurs. Même s’ils étaient éliminés, ils ne savaient pas comment nous remercier, parce qu’on leur avait donné pleins de conseils hors antenne. Ils se sont retrouvés grandis, changés. Après, on a reçu pleins de petits mots, “C’est extraordinaire ce que vous nous avez apportés”.

C’est gratifiant pour vous ?

La danse, ça ne marche que comme ça. Claude Bessy, elle a 81 ans, elle me transmet Phèdre en ce moment. Aujourd’hui (ndlr : vendredi 9 septembre), elle vient de me remercier de danser comme ça... C’est comme ça la danse, on n’est pas dans le monde de la télé. Même si La Meilleure Danse reste une émission de télévision, c’est bien plus profond.

Vous échangiez beaucoup avec les candidats ?

Ce qui a été dur, c’est qu’on ne pouvait justement parler avec eux qu’une fois qu’ils étaient éliminés. Ce qui est normal, on ne parle pas aux concurrents lorsqu’ils sont encore en jeu.

Y-a-t-il eu des candidats avec qui cela s’est moins bien passé ?

Franco Dragone, Redha et moi-même sommes tous les trois des gens très ouverts, très curieux. On a une connaissance énorme par rapport aux participants, qui eux pensent parfois être hors-normes. Certains se présentent ainsi avec des choses qu’ils pensent être complètement nouvelles, et nous on se regarde… Bon, on a déjà vu ça. Il y a en a eu des candidats trop sûrs d’eux, surtout méchants avec nous. Dès que les gens perdent, la personnalité surgit. Mais un danseur est surtout dans la critique, c’est comme ça qu’on se construit, qu’on progresse. Moi, toute la journée, on me dit : “Ça, ça ne va pas”. Si un danseur n’est pas capable d’entendre ça, il faut qu’il change de métier, il n’a absolument pas l’humilité pour être danseur.

LA MEILLEURE DANSE
Vous revoyez encore certains candidats ?

Beaucoup m’écrivent sur Facebook maintenant ! Il y a des liens affectifs qui se tissent tellement vite en danse. On donne le meilleur de soi, c’est comme s’ils ouvraient  leur cœur. Bien sûr, il y avait la télé, mais ils dansaient pour nous. Peut-être que je ferais des choses avec certains d’entre eux, plus tard...

Comment va se passer la finale, qui n’a pas encore été tournée ?

On a gardé six candidats. Il n’y a pas mon chouchou de départ parmi eux, mais il y a mon autre couple de chouchous, donc ça va !

Vous retenteriez l’expérience ?

(Sans hésitation) Oui ! 

Nous évoquons ensuite Phèdre, et les prochains projets de Marie-Agnès Gillot. A découvrir dans la suite de l'interview, publiée la semaine prochaine.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(7) commentaires

  1. Cams
    12 septembre 2011 at 16:27

    Et bien cela me rend encore plus curieuse de découvrir l'émission!
    J'espère qu'elle sera à la hauteur de ce que l'on nous promet!!

    Plus qu'une journée avant un prmeier verdict!

  2. Charlotte
    12 septembre 2011 at 16:44

    Tout comme Camille, ça me donne envie de découvrir cette émission! Merci beaucoup pour cette interview et puis vivement la suite! :D
    Merci aussi pour ce blog en général, toujours un plaisir de le lire au quotidien!

  3. Une passionnée
    12 septembre 2011 at 16:58

    Merci pour cet interview! Je suis aussi intriguée par cette émission, et ton entretien me donne vraiment envie d'y jeter un coup d'oeil! ;)

  4. Audrey
    12 septembre 2011 at 18:24

    Comme tout le monde ça me donne envie... comme la promesse d'une 2e partie d'entretien :)

  5. Amélie
    13 septembre 2011 at 15:08

    @ Toutes : merci beaucoup ! Je suis impatiente moi aussi de découvrir l'émission.

  6. elendae
    14 septembre 2011 at 13:23

    C'est marrant de relire cette interview après coup, on sait de qui elle parle parfois, surtout le danseur sans humilité qui devrait changer de boulot...En même temps faut être singulièrement neuneu pour oser dire devant Marie-Agnès qu'on a fait "la meilleure école de classique de France" et qu'on a un niveau incroyable !!!

  7. Santi
    16 septembre 2011 at 15:55

    Merci pour l'interview!!!
    C'est toujours un plaisir de lire des interviews de grandes stars , en particulier de la merveilleuse et inégalée Marie-Agnès Gillot, que j'admire énormément. :)
    MERCI ;)

Réagissez

Répondre à Amélie Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial