Saturday, Oct. 19, 2019

Le Gala des Écoles du XXIe siècle

Ecrit par :

22 avril 2013

|

Catégorie :

Gala des Écoles de Danse du XXI siècle, au Palais Garnier. Avec l'École de Danse de l'Opéra de Paris, la Scuola di Ballo Academia Teatro Alla Scala, la Royal Danish Ballet School, la Canada's National Ballet School, l'Académie du Bolchoï, la John Cranko Schule, la Royal Ballet School et la Ballettschule des Hamburg Ballett. Samedi 20 avril 2013. 

La Nuit de Walpurgis

La Nuit de Walpurgis

Quelle bonne idée et quel régal que ce Gala des Écoles du XXIe siècle pour clôturer les festivités du Tricentenaire ! Alors que la semaine si spéciale avait un peu commencé en se regardant le nombril (et en restant entre mondanités), elle se termine en ouverture, avec de belles promesses pour la danse dans les prochaines années, un peu partout dans le monde.

"L'École Française, la meilleure école de danse du monde", voilà ce qui revenait régulièrement lors des différentes interviews émaillant ce Tricentenaire. Les élèves des sept écoles de danse internationales ne se sont pas en tout cas laissés intimider par cette appellation. Tous avaient au contraire à coeur de montrer ce qu'ils savaient faire et de défendre leur style, leur particularité, leur école. La danse a tendance, comme tout, à se ressembler un peu partout dans le monde. Et pourtant, preuve en était ce soir-là, on ne danse pas pareil à Paris, à Moscou ou à Londres, sans jugement de valeur ou échelle de supériorité.

L'École de Danse de l'Opéra de Paris a ouvert et fermé ce spectacle, respectivment par La Nuit de Walpurgis de Claude Bessy et Péchés de Jeunesse de Jean-Guillaume Bart. Ce qui ne laissait plus forcément beaucoup de temps pour les sept autres écoles, ne devant en plus ne venir qu'avec quatre-cinq élèves (sauf l'Académie du Bolchoï, qui ne fait jamais rien comme tout le monde, et qui est venue à quatorze). Les écoles invitées ont donc misé sur des pièces courtes, faisant appel à de fortes personnalités parmi ses élèves. Nanterre, au contraire, misait plus sur les ensembles, ce qui a un peu joué en sa défaveur lors de la première partie. La Nuit de Walpurgis, c'est bien joli, mais cela reste tout de même difficile d'y exprimer son tempérament artistique (même si les solistes du soir ont fait un beau travail). Les Petits Rats se sont toutefois bien défendus avec Péchés de jeunesse, bien plus libérés que lors de la première, et faisant preuve d'une belle musicalité. Certes, il y avait des ensembles très en place, mais aussi de beaux duos et solos, montrant bien finalement l'excellence des Premières et secondes divisions, aussi bien chez les filles que les garçons.

Peches-de-jeunesse_Home

Péchés de jeunesse

Pour les invit-é-s, il serait difficile de faire un palmarès de ses préférences, les jeunes artistes ayant tous mis énormément d'engagement dans leur prestation. Le Bolchoï est en forme, son école aussi, et aime à le montrer. Ils sont venus avec un classique de Petipa, Les Millions d'Arlequin, remonté spécialement pour eux. Ça sourit et ça tutu à paillettes, ça saute et ça draguouille le public, mais c'est irrésistible. La soliste, Ksenia Ryzhkova, a fait preuve d'une technique déjà flamboyante et d'un vrai sens de la scène, nul doute qu'elle devrait être l'une des valeurs sûres de la compagnie dans quelques années.

On parle peu de l'École de la scala. On a tort. La chorégraphie de Roland Petit choisie, Gymnopédies, n'était pas forcément des plus inspirés. Mais les trois solistes, Paola Giovenzana, Angelo Greco et Edoardo Caporaletti, ont montré une forte présence scénique et beaucoup d'engagement artistique, peut-être l'une des prestations les plus marquantes de la soirée. Viktoria Falck-Schmidt, Stephanie Møller et Sebastian Haynes, venu-e-s de la Royal Danish Ballet School, ont ensuite fait une délicieuse démonstration du style Bournonville avec Le Corps des volontaires du Roi. Lui rayonnait par son ballon et ses facultés techniques, mais les deux demoiselles ont loin d'avoir démérité, donnant toute sa saveur à une chorégraphie d'école.

Les Chambres des Jacques, choisie par la Canada's National Ballet School, était un pas de cinq contemporain, rappelant par moment l'énergie américaine. Là encore, les élèves Patrick Foster, Hailey Hamblin, Soo Ah Kang, Liam Redhead et Martin Ten Kortenaar, ont montré beaucoup de personnalités et d'aisance techniques dans ses ensembles néo-classiques assez physiques. La John Cranko Schule avait un peu ce même choix, avec le pas de deux Come neve al sole, dansé par Agnes Su et Marti Fernandez Pais À. Mais le tout n'était pas dénué d'humour, joué avec beaucoup d'entrain par les deux jeunes solistes.

La Royal Ballet School devait venir avec Le lac des Cygnes, ce fut finalement le pas de deux Rhapsody de Frederick Ashton. En seulement quatre minutes, Annette Buvoli et Evan Loudon ont su faire naître une émotion, et faire vivre avec beaucoup de délicatesse le style d'Ashton et du Ballet de Londres. Dommage que le tout ne fut pas accompagné des variations, on en aurait bien goûté un peu plus. L'École de Hambourg a conclu la liste des invité-e-s, avec une pièce on ne peut plus Neumeier-rièenne, Spring and fall. Du néo, de la musique romantique, des collants blancs et de grandes envolés lyriques, j'étais un peu en overdoe avec la Troisième Symphonie de Mahler à Bastille, mais les quatre solistes, Hayley page, Aljoscha Lenz, Claudi Vilaseca Garcia et Helias Tur-Dorvault, ont encore montré beaucoup de personnalités.

Après donc Péchés de Jeunesse par l'École de Danse de l'Opéra de Paris, tout le monde s'est retrouve pour le Défilé des Écoles. Même système que celui du Ballet (le Foyer ouvert, une petite fille ouvrant, les lignes défilantes), une musique différente (Mendelssohn à la place de Berlioz), les invités intercalés avec les Petits Rats. Et surtout une ambiance très émouvante et chaleureuse, aussi bien sur scène que dans la salle. Dès les premies instants, le public s'est mis à applaudir, sans discontinuer jusqu'au dernier baisser de rideau. Composé de parents d'élèves et de passionné-e-s, il n'a pas joué la note chauvine (même si les premiers ont bien aimé glissé à la sortie que les Russes avaient eu beaucoup de mal pour apprendre à défiler), ovationnant comme il se doit les élèves invité-e-s, et réservant une standing-ovation pour le final. Un enthousiasme partagé par les danseurs et danseuses visiblement, à entendre les cris de joie qui ont retenti sur scène une fois les lumières rallumées. Mais oui, la Danse française est bien vivante. Et les autres écoles le sont tout autant, heureusement, c'est ce qui fait la richesse de la danse. Et l'envie de ne pas attendre 100 ans de plus pour revoir à Paris ce genre de spectacle.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(10) commentaires

  1. Superfrenchie
    22 avril 2013 at 17:31

    Merci pour cette restrospective très fidèle à cette soirée!! Petite divergence pour moi : sourires forcés, tutus vieux rose, pierrots... les russes m'ont un peu donné la nausée !

  2. Sissi
    22 avril 2013 at 18:00

    Quelle soirée ! J'ai vraiment pris du plaisir à découvrir toutes ces écoles, un niveau impressionnant, des styles différents et un vrai bonheur d'être sur scène pour tous ces élèves. J'ai particulièrement aimé les élèves de la John Cranko Schule. Et quelle bonne idée de finir par un défilé. Les cris entendus après la fermeture du rideau faisaient plaisir, les élèves ont donc aussi particulièrement apprécié cette soirée. A refaire si possible...

  3. MUC
    22 avril 2013 at 18:35

    J´ai eu la très grande chance de voir ce spectacle. Je suis d´accord avec votre commentaire sauf pour le Bolshoi qui m´a paru un peu lourd dans tous les sens du terme et la Royal Ballett school 2 danseurs, lui n´avait pas des masses de travail, elle bien, mais j´avais une impression de travail minimum, temps minimum. Les deux solistes hommes de la Scala et du Danemark sont excellents. Pour le défilé, le Bolshoi n´était pas vraiment en cadence ni en ligne ! Quelle belle soirée....

    • Amélie
      24 avril 2013 at 19:14

      @ Superfrenchie : Les Russes n'ont pas forcément fait l'unanimité dans la salle ceci-dit :) Comme pour leur compagnie, leur style ne plaît pas à tout le monde.

      @ Sissi : Un vrai régal ! Ce genre de manifestation a lieu dans régulièrement dans d'autres pays (au Canada, en Allemagne...), j'espère que l'École de Danse prendra exemple sur eux et renouvèlera l'expérience dès que possible.

      @ MUC : Le Danemark avait vraiment fait l'effort de venir avec une pièce bien de chez eux et emblématique d'un style, c'était d'autant plus appréciable.

  4. Joelle
    25 avril 2013 at 10:15

    Cette soirée a l'air d'avoir été superbe. Je regrette de ne pas avoir pu y assister, mais on ne peut pas tout faire... :)

  5. Daniel
    25 avril 2013 at 11:54

    Comme Joëlle, je n'ai pas pu y assister ; je le regrette. Amélie, savez-vous si le spectacle a été filmé ? Dans ce cas, ceux qui n'ont pu le voir pourront l'admirer même si ce 'est pas la même chose que dans le théâtre même...

    • Amélie
      29 avril 2013 at 18:56

      @ Joëlle : Les blogs servent à rattraper les retards grâce aux comptes-rendus ;)

      @ Daniel : A ma connaissance, il n'y a pas eu de captation, malheureusement.

  6. Estelle
    30 avril 2013 at 09:52

    Est-ce que certains ont réussi à trouver des petites vidéos du spectacle sur internet ? J'aurais moi aussi tellement aimé en voir au moins quelques passages ...

    • Amélie
      2 mai 2013 at 13:50

      @ Estelle : Pas à ma connaissance... Mais je cherche et je fais signe si j'en trouve !

    • StCorentin
      13 août 2013 at 16:25

      Pour revoir le défilé final. http://www.youtube.com/watch?v=A7Tp0Tx1sl0

Réagissez

Répondre à StCorentin Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial