TOP

Les dix spectacles de danse à ne pas manquer en 2024

La nouvelle année a démarré ! Et elle s’annonce riche en beaux spectacles, créations et tournées. Alors, qu’est-ce qu’il ne faudra pas manquer dans les théâtres ces douze prochains mois. Nos dix spectacles de danse et comédie musicale à ne pas manquer en 2024.

 

Giselle de Jean Coralli, Jules Perrot par le Ballet de l’Opéra de Paris

Où et quand ? Du 2 mai au 1er juin 2024 au Palais Garnier de Paris

Pourquoi on ne veut pas le rater : pour les distributions ! Et les montagnes russes émotionnelles qui se préparent. Le 18 mai marqueront les adieux à la scène de Myriam Ould-Braham qui a tant marqué de son empreinte ce rôle emblématique. Même si la danseuse se fait discrète, le public lui a toujours porté un très fort attachement. La soirée n’en sera que plus particulière. Puis il faudra revenir les 25 et 27 mai pour y voir l’immense Marianela Núñez, l’une des danseuses les plus emblématiques de sa génération, qui y est invitée pour danser le rôle principal. Tout cela en moins de 15 jours : nous avons prévenu qu’il y avait là le grand 8 d’émotions et de larmes de la saison.

 

Myriam Ould-Braham dans Giselle

 

Romeo + Juliet de Matthew Bourne

Où et quand ? Du 9 au 28 mars 2024 au Théâtre du Châtelet de Paris

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce que cela fait bien trop longtemps que l’on n’a pas vu en France la compagnie New Adventures ! Que vous connaissez forcément d’ailleurs, tout comme son chorégraphe Matthew Bourne : c’est lui qui a créé Swan Lake, relecture du Lac des cygnes avec uniquement des hommes en scène, dont vous avez déjà forcément vu des extraits (ne serait-ce que dans le film Billy Elliot). Le chorégraphe aime s’emparer des grands ballets classiques pour les relire à sa manière, dans un monde moderne et une mise en scène où le jeu théâtral a toute sa place. On ne manque donc pas son Romeo + Juliet, créé en 2019.

 

L’Alvin Ailey American Dance Theater

Où et quand ? Du 16 au 28 octobre 2024 au Palais des Congrès de Paris

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce que cette troupe est formidable ! Et qu’il n’y a aucun équivalent de ce répertoire en Europe. Fondée en 1958, la compagnie new-yorkaise célèbre la culture afro-américaine, mêlant ses racines dans la danse moderne. L’Alvin Ailey American Dance Theater a été régulièrement invité à Paris par feu Les Étés de la Danse, faisant découvrir au public les grandes pièces de son fondateur Alvin Ailey, mais aussi ses récentes créations pour une troupe qui a toujours le souci de regarder vers l’avant. La troupe vient d’ailleurs avec deux programmes représentant bien ce grand écart. C’est ainsi une troupe que l’on connaît bien… même si on ne l’a pas vu depuis sept ans. Il était temps des retrouvailles (et tant pis si le Palais des Congrès de Paris n’est pas le lieu idéal pour la danse).

 

Revelations d’Alvin Ailey – Alvin Ailey American Dance Theater

 

Sylvia de Manuel Legris

Où et quand ? À l’Opéra de Paris, a priori à la fin de l’année 2024.

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce qu’une relecture d’un ballet classique au Ballet de l’Opéra de Paris, cela fait combien de temps que cela n’était pas arrivé ? On ne compte même plus. Voilà un projet ambitieux, avec de nombreux rôles de solistes, dans la lignée du répertoire de l’institution, rendant hommage à l’école française tout en apportant autre chose. C’est tout ce dont la compagnie a besoin (et que le public demande, même si ce n’est pas une raison). C’est aussi le retour de Manuel Legris à la Maison, que beaucoup avaient vu un jour à la tête de l’institution avant que le mercato des Ballet n’en décide autrement. On peut l’avouer chez DALP : quitte à mettre des moyens, l’on aurait préféré une création d’une chorégraphe de la nouvelle génération, traitant d’un nouveau sujet. Mais on ne va pas faire la grimace face à cette excitante entrée au répertoire.

 

Les Misérables

Où et quand ? Du 21 novembre au 31 décembre 2024 au Théâtre du Châtelet de Paris

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce que c’est une comédie musicale cultissime ! Les MisérablesLes Mis’ pour les intimes – a été créé en français en 1978. Mais c’est en anglais qu’il connaît son immense succès, remplissant toujours les théâtres du West End 45 ans après sa création, et inondant de ses chansons les télé-crochets. Le spectacle revient enfin en France en version française, portée par une équipe française là encore, pour ce qui s’annonce être le grand spectacle musical de la fin d’année. On attend désormais le casting avec impatience.

 

Light of passage de Crystal Pite par le Ballet National de Norvège

Où et quand ? Du 4 au 7 avril 2024 au Théâtre des Champs-Élysées de Paris, dans le cadre de la saison TranscenDanses

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce que Crystal Pite ne cesse de nous étonner au fur et à mesure de ses pièces. Et c’est encore le cas pour ce ballet en trois actes Light of passage, démarrant sur des terres connues rappelant The Seasons’ Canon puis partant dans des directions plus surprenantes. Le tout dans une mise en scène sublime. Et porté par l’excellence du Ballet National de Norvège, que l’on a plaisir à mieux connaître au fil des saisons. L’un des beaux spectacles du printemps.

 

Light of passage de Crystal Pite – Ballet National de Norvège

 

Grace, Jeff Buckley Dances de Benjamin Millepied

Où et quand ? Du 5 au 8 novembre 2024 à la Seine Musicale de Boulogne-Billancourt, tournée à guetter

Pourquoi on ne veut pas le rater : parce que Benjamin Millepied, omniprésent sur la scène parisienne depuis son retour en France, séduit dans ses récentes créations. Son Roméo et Juliette créé la saison dernière avait ainsi marqué le coup, tout comme son duo étonnant avec le pianiste Alexandre Tharaud l’été dernier. Pour ce spectacle Grace, porté par douze danseurs et danseuses, le chorégraphe s’attaque à la vie et l’œuvre de Jeff Buckley. Un peu casse-gueule ? Peut-être. Mais Benjamin Millepied sait naviguer entre les styles. On attend donc ce nouveau projet avec impatience.

 

To the point(e) par les Ballets de Monte-Carlo

Où et quand ? Du 24 au 28 avril 2024 au Grimaldi Forum de Monaco

Pourquoi on ne veut pas le rater : pour l’excitante rencontre entre l’une des compagnies les plus en forme du moment, et deux des chorégraphes les plus prolixes de notre époque : Christopher Wheeldon et Sharon Eyal. Cette dernière s’attaquera à la pointe, ce qui n’est pas dans ses habitudes. La reprise du poétique Vers un pays sage de Jean-Christophe Maillot complète ce programme alléchant. Depuis la fin du Covid, les Ballets de Monte-Carlo brillent de mille feux, portés par une énergie nouvelle et des solistes enthousiasmant-e-s. La troupe incontournable du moment. 

 

Le Gala des Écoles de Danse du XXIe siècle

Où et quand ? Le 17 avril 2024 au Palais Garnier

Pourquoi on ne veut pas le rater : pour voir les talents de demain du monde entier réunis sur la même scène. Élisabeth Platel, la directrice de l’École de Danse, avait lancé la bonne idée de ce gala pour le tricentenaire de l’École de Danse, en invitant diverses écoles d’Europe et du monde. Ce Gala est devenu un rendez-vous qui revient tous les deux ans, toujours avec le même plaisir. Cette année, place ainsi aux élèves de la Canada’s National Ballet School, de la Dutch National Ballet Academy, de la Fondazione Accademia Teatro alla Scala, de l’école du Ballet de Hambourg John Neumeier, de la San Francisco Ballet School, de l’école du Ballet Royal du Danemark et de la Royal Ballet School. C’est cette dernière qui avait tout raflé à l’applaudimètre lors du dernier gala, à suivre ce printemps.

 

Les Saisons de Thierry Malandain aux Chorégies d’Orange

Où et quand ? Le 12 juillet 2024 au Théâtre antique

Pourquoi on ne veut pas le rater : les festivals d’été sont l’occasion de redécouvrir les spectacles de la saison dans un tout autre cadre, souvent en plein air et majestueux. C’est le cas pour Les Saisons de Thierry Malandain par le Malandain Ballet Biarritz, pièce créée en 2023 et qui commence à tourner, et qui aura droit à une date de prestige dans le magnifique Théâtre antique du festival Les Chorégies d’Orange. La pièce sera précédée par le très beau Oiseau de feu, monté par le chorégraphe en 2021. Une soirée particulière au cœur de l’été.

 

Les Saisons de Thierry Malandain – Malandain Ballet Biarritz

 


 




 

Commentaires (1)

  • Josiane Lopez

    De belles heures en perspective…

    Répondre

Poster un commentaire