Saturday, Aug. 8, 2020

Programme George Balanchine par le Ballet de l’Opéra de Paris – Qui voir danser sur scène

Ecrit par :

19 février 2020

|

Catégorie :

Après une première décalée d'une semaine pour cause de grèves, la soirée George Balanchine s'est enfin installée à l'Opéra Bastille, pour une longue - et plutôt décousue - série courant jusqu'au 1er avril. Le programme regroupe trois belles pièces du maître américain : Sérénade, Les Quatre Tempéraments et Concerto Barocco, que l'on n'a pas vu sur la scène parisienne depuis des années. Le tout porté par de très jolies distributions, des Étoiles qui aiment George Balanchine et des solistes oubliées des distributions depuis des mois, que l'on retrouve ici avec beaucoup de plaisir. Beaucoup de bonnes raisons pour se laisser tenter.

 

Sérénade de George Balanchine

Ludmila Pagliero (Soliste Femme), Silvia Saint-Martin (Soliste Femme Russe), Émilie Cozette (Soliste Femme Ange), Marc Moreau et Fabien Revillion : les 22 et 27 février, les 2, 5, 8 et 12 mars. Avec Roxane Stojanov (Soliste Femme Ange), Marc Moreau et Yannick Bittencourt : le 10 février. Avec Letizia Galloni (Soliste Femme Russe), Aurélia Bellet (Soliste Femme Ange) : le 14 mars.

Marion Barbeau (Soliste Femme), Letizia Galloni (Soliste Femme Russe), Émilie Cozette (Soliste Femme Ange), Vincent Chaillet et Fabien Revillion : le 18 février. Avec Aurélia Bellet (Soliste Femme Ange), Vincent Chaillet et Yannick Bittencourt : les 23 février, les 1er et 6 mars. 

Laura Hecquet (Soliste Femme), Héloïse Bourdon (Soliste Femme Russe), Roxane Stojanov (Soliste Femme Ange), Vincent Chaillet et Yannick Bittencourt : les 22 (matinée), 25 et 28 février, les 3, 9, 20 et 29 mars. Avec Silvia Saint-Martin (Soliste Femme Russe) et ,Vincent Chaillet et Fabien Revillion : le 26 mars et le 1er avril.

Il faut s'y retrouver dans ces distributions ! Les ballerines sont à l'honneur dans Sérénade, une pièce qui aime rappeler Giselle (pour ceux et celles déjà en manque), d'une absolue musicalité et d'une immense beauté si elle est dansée avec cohérence et intention. Tout le ballet tourne autour d'un trio de femmes. Et sur le papier, la troisième nous semble la plus aboutie. Laura Hecquet d'une part, sûrement la plus belle des danseuses balanchiniennes de la troupe parisienne. Héloïse Bourdon de l'autre, toujours merveilleuse, notamment dans un ballet qui a aussi sa touche dramatique à ne pas oublier. Enfin Roxane Stojanov, soliste en puissante qui a le glamour Balanchine, et que l'on n'a pas vu en lumière depuis longtemps. 

Mais les deux autres distributions ont aussi tout leur intérêt. L'on se réjouit ainsi de voir s'y opposer Ludmila Pagliero, très belle dans ce ballet, avec Silvia Saint-Martin très à l'aise dans le néo-classique et qui aura à cœur de défendre sa récente promotion de Première danseuse. Tout comme Marion Barbeau face à Letizia Galloni, qui ont toujours des choses intéressantes à proposer en scène, il sera intéressant de les voir face-à-face. 

Sérénade de George Balanchine - Héloïse Bourdon et Marion Barbeau en répétition

 

Concerto Barocco de George Balanchine

EDIT : Sae Eun Park, blessée, est retirée des distributions. Elle est remplacée par Valentine Colasante.

Valentine Colasante, Stéphane Bullion et Ida Viikinkoski : les 10, 22 (matinée), 25 et 28 février, les 1er, 3, 6, 9 et 14 mars. 

Sae Eun Park, Paul Marque et Hohyun Kang : les 18 et 23 février, les 20, 26 et 29 mars, le 1er avril.

Marion Barbeau, Florian Magnenet, Héloïse Bourdon : les 22 et 27 février, les 2, 5, 8 et 12 mars. 

Voilà plus de 15 ans que Concerto Barocco n'avait pas été donné par l'Opéra de Paris. Ballet virtuose et joyeux, bel exemple des œuvres "black & white" du chorégraphe américain, il demande une virtuosité assumée et, là encore, beaucoup de musicalité. Le deuxième duo, composé de Sae Eun Park, Paul Marque et Hohyun Kang, est peut-être le plus séduisant. Les deux premiers ont une superbe technique et sont très en forme en ce moment, d'autant que Balanchine leur va bien. La troisième, remarquée en Concours de promotion mais encore dans le corps de ballet, a ici sa première chance de briller qu'elle devrait saisir sans trembler.

Mais l'on ne manquera pas non plus les deux autres trios. Si Florian Magnenet n'a pas le brio de Paul Marque, il reste bon partenaire et devrait mettre en valeur Marion Barbeau et Héloïse Bourdon, excellentes et talentueuses Premières danseuses, que l'on se réjouit de revoir dans du classique. Valentine Colasante est aussi à l'aise dans ce genre de répertoire, avec toujours beaucoup de pêche, et devrait proposer avec Ida Viikinkoski un ensemble dynamique. Au final, voilà trois trios de haut niveau qui devraient amener des ambiances assez différentes au ballet.

Concerto Barocco de George Balanchine - Paul Marque et Sae Eun Park en répétition

Les Quatre Tempéraments de George Balanchine

Mathias Heymann (Mélancolique), Valentine Colasante et Stéphane Bullion (Sanguin), Marc Moreau (Flegmatique) et Émilie Cozette (Colérique) : les 26 mars 1er avril. Avec Antoine Kirscher (Mélancolique) et Vincent Chaillet (Flegmatique) : le 8 mars. Avec Yannick Bittencourt (Flegmatique) et Ida Viikinkoski (Colérique) : le 18 février. Avec Vincent Chaillet (Flegmatique) et Roxane Stojanov (Colérique) : le 22 février. Avec Vincent Chaillet (Flegmatique) et Ida Viikinkoski (Colérique) : le 5 mars. Avec François Alu (Mélancolique) et Vincent Chaillet (Flegmatique) : le 12 mars. Avec Paul Marque (Mélancolique) et Vincent Chaillet (Flegmatique) : le 14 mars.

Paul Marque (Mélancolique), Sae Eun Park et Florian Magnenet (Sanguin), Marc Moreau  (Flegmatique), et Roxane Stojanov (Colérique) :  le 10 février. Avec Émilie Cozette (Colérique) : le 22 février (matinée). Avec Mathias Heymann (Mélancolique) : les 25 février, les 1er et 9 mars.

François Alu (Mélancolique), Silvia Saint-Martin et Marc Moreau (Sanguin), Yannick Bittencourt  (Flegmatique) et Ida Viikinkoski (Colérique) : le 23 février. Avec Vincent Chaillet (Flegmatique) : le 27 février et 2 mars. Avec Roxane Stojanov (Colérique) : le 6 mars. Avec Paul Marque (Mélancolique) et Vincent Chaillet (Flegmatique) : les 20 et 29 mars. 

Antoine Kirscher (Mélancolique), Sae Eun Park et Florian Magnenet (Sanguin), Marc Moreau  (Flegmatique) et Émilie Cozette (Colérique) : le 3 mars. 

Avons-nous une distribution différente à chaque date ? On le dirait bien. Et c'est dommage : Les Quatre tempéraments est un chef-d'oeuvre, qui demande de fortes personnalités de solistes mais aussi une cohésion d'ensemble, qu'il n'est pas forcément facile d'avoir avec d'aussi nombreux changements.

On ne manquera pas le Mélancolique, un superbe solo masculin, de Mathias Heymann ou François Alu qui devraient y amener toute leur intelligence de leur danse. L'on repère aussi Marc Moreau ou Vincent Chaillet, de retour avant de repartir, dans le très beau Flegmatique. Pour les ballerines, l'on devrait savourer les Colériques des pétillantes Ida Viikinkoski et Roxane Stojanov, deux danseuses au tempérament de soliste qui n'attendent qu'une chance pour briller... Bref, il y a dans chaque cast de belles personnalités. Et un ballet magnifique qui va bien au Ballet de l'Opéra de Paris. 

Les Quatre Tempéraments de George Balanchine - François Alu en répétition

 




 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(3) commentaires

  1. Léa
    19 février 2020 at 17:05

    Vincent Chaillet va repartir?

  2. Catherine A
    25 février 2020 at 18:44

    Promo exceptionnelle jusqu'au 12 mars sur toutes les places : Optima à 50 euros, foncez !

  3. Lionel
    28 février 2020 at 08:36

    Vu hier soir et un peu resté sur ma faim : je trouve que Balanchine a un peu vieilli peut-être parce que j'avais vu la précédente soirée il y a deux ans. Certes la danse est belle (Serenade, Concerto) et se modernise dans les 4 tempéraments. François Alu et Yannick Bittencourt ont fait de belles interprétations, toutes personnelles, et Héloise rayonne toujours.Mais d'autres rôles auraient mérités d'être mieux distribués : la colérique d'Ida manquait de charisme (Marie Agnès Gillot devait faire des étincelles !) Et puis la politique de l'Opéra : 5mn d'applaudissements et on ferme commence à vraiment m'énerver :( ... tout comme les spectateurs qui se jettent sur leur smartphone dans la salle, à l'entracte et même aux toilettes !

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial