Tuesday, Oct. 22, 2019

Comment reconnaître une blogueuse danse en 10 leçons ?

Ecrit par :

19 janvier 2012

|

Catégorie :

Vous lisez régulièrement les blogs et comptes Twittter danse ? Vous allez tout aussi régulièrement à l’Opéra ? Voici comment dénicher une blogueuse/twitteuse danse dans la foule du Palais Garnier en 10 leçons.

Leçon 1 - La blogueuse danse est une… blogueuse. Et pas un blogueur.

J’aurai bien aimé prouver par ces chiffres que non, la danse classique n’est pas qu’une affaire de femme. En vrai, tout le monde peut s’y intéresser, mais sur le net, force est de reconnaître que la danse ne semble concerner que la gent féminine.

Bien sûr, il y a quelques blogueurs, comme ici, ici et ici qui parfois parlent de ballet. Et encore, pour ce dernier, ça ne compte pas. Chaque fois qu’il parle de danse, on a l’impression d’assister à l’élection de Miss France. C'est comme ça, tous les blogs français centrés principalement sur la danse ne sont tenus que par des femmes. Messieurs, il ne tient qu’à vous de faire respecter la parité web.


Leçon 2 - La blogueuse danse a fait des études littéraires

Là encore, j’aurais bien voulu éviter les cliché. Mais essayez donc de faire faire une division à deux chiffres à une blogueuse danse, et c’est la fin des haricots (véridique).

Hypokhâgne, Sciences-Po, Licence de Lettres ou d’InfoCom… La blogueuse danse a écumé les meilleure formations littéraires, et a souvent été une bonne élève. Elle a toujours un livre dans son sac, et qui ne parle pas forcément de danse, loin de là. Tout comme la blogueuse mode, elle maîtrise parfaitement son Jane Austen. Si la blogueuse danse compte, c’est uniquement pour calculer les danseur-se-s qui ont été les plus distribué-e-s au cours de la saison.


Leçon 3 - La blogueuse danse a donc un métier littéraire

La blogueuse danse travaille dans la com’, les métiers du livre ou le journalisme, elle est parfois professeure. Pleins de métiers précaires en fait. Sauf qu’elle, au lieu de déprimer entre deux CDD, elle en profite pour aller plus souvent à l’Opéra. Enfin du temps pour faire la queue, non mais pourquoi se priver ?


Leçon 4 - A l’entracte, la blogueuse danse a toujours un Smartphone à la main

Et en général, elle râle. La blogueuse danse est bien sûr accro à Internet, presque connectée sans interruption à son compte Twitter. Forcément, à l’entracte, il faut qu’elle raconte tout ce qu’elle vient de voir, en tapotant frénétiquement sur son Smartphone. Sauf qu’à Garnier comme à Bastille, capter un bout de 3G relève du véritable exploit. D’où sa mauvaise humeur. Surtout quand elle pense à certains théâtres étrangers qui proposent un accès Wi-Fi.


Leçon 5 – La blogueuse danse ne cherche jamais à acheter des places

Il y a toujours un moment, lorsque les distributions viennent de tomber, où tous les spectateur-rice-s s’excitent. Vite, il faut changer sa place pour voir son couple fétiche, en acheter une autre, en vendre une troisième, et essayer de garder ses comptes équilibrés. La blogueuse danse, elle, reste zen. Elle a toujours tout ce qu’il faut, tout le temps. Mais si elle ne cherche jamais à acheter une place, elle en a toujours une ou deux à vendre.


Leçon 6 - La blogueuse danse a des idées plutôt arrêtées

La blogueuse danse aime être surprise et découvrir de nouvelles distributions. Mais il y aura toujours des choses immuables. Elle a ainsi toujours un-e chouchou, qui restera toujours son chouchou même s’il-elle se vautre lamentablement, il y a toujours une bonne excuse. A l’inverse, elle a aussi un-e danseur-se qu’elle n’aime pas du tout, qu’importe ce qu’il-elle fait en scène, elle le-la déteste cordialement. La blogueuse a également son total crush, en général un grand brun frisé. Il n’y en a pas beaucoup, et c’est la guerre des clans.


Leçon 7 - Parfois, on ne comprend pas la blogueuse danse quand elle parle

La blogueuse danse maîtrise le langage de la danse : elle parle en fouettés, en en-dehors et en grands jetés. Ça, ça va encore. C’est plus compliqué lorsqu’elle parle de danseur-se-s. Au début, elle est sympa, elle cite le prénom, le nom, et son rôle. "Stéphane Bullion, celui qui faisait Rotbart, je l’ai vraiment beaucoup aimé".

L’étape suivante, elle se contente du nom, voir que du nom de famille. "Quelle présence Le Riche ce soir !". Si vous avez un peu bossé votre programme, vous pouvez la suivre. Mais quand elle passe pro, là c’est compliqué, elle ne parle qu’en prénom. "Agnès, Aurélie et Alice sur le même rôle, ça va être sublime". C’est assez drôle, on dirait qu’elle parle d’une amie, alors qu’elle ne leur a jamais adressé la parole.

L’étape ultime étant bien sûr lorsqu’elle s’exprime en surnom. "Dodo m’a dit que Zaza allait remplacer MAG". Réservé aux expert-e-s.


Leçon 8 – La blogueuse danse a toujours quelque chose de Repetto sur elle

La blogueuse danse a au moins une paire de ballerine Reppetto dans son placard, c’est un peu l’uniforme. Après, selon le degré d’addiction, elle a aussi des salomés, des derbies Zizi, un t-shirt tout doux, un sac… Même si elle est toujours la première à dire que Repetto, c’est quand même cher et les ballerines ne tiennent pas très longtemps.

 

Leçon 9 – La blogueuse danse a une vie à côté

Si, parfaitement. Et elle y tient  même. La blogueuse danse passe beaucoup de temps à l’Opéra, mais elle a aussi ses propres ami-e-s, un métier qu’elle aime bien en général, une vie amoureuse. Et elle a une autre passion que la danse : théâtre, musique, cinéma, voyage… Il n’y a pas que la danse dans la vie ! D’ailleurs, c’est ce qu’elle dit quand elle ne va pas voir une distribution super-attendue. En fait, c’est que malgré son organisation étudiée, elle n’a pas pu avoir de place, et elle joue la blasée pour ne pas avoir l’air trop dégoutée.


Leçon 10 – La blogueuse danse prend des cours de danse

La blogueuse danse prend trois cours de danse classique, jazz ou de barre au sol par semaine. Enfin, ça, c’est ce qu’elle dit. En vrai, entre les spectacles, son boulot, son blog et sa vraie vie, les trois cours se limitent à un seul, en arrivant en courant, à la bourre, la moitié de ses affaires qui manquent, et sans jamais de monnaie pour le ticket.

A compléter !

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(18) commentaires

  1. Joel Robichet
    19 janvier 2012 at 19:02

    Le Blog en général est souvent une histoire de gonzesse. Pour la danse et les autres sujets.

  2. Fab
    19 janvier 2012 at 19:32

    "en général un grand brun frisé. Il n’y en a pas beaucoup". Non, il n'y en a qu'un, les autres sont de taille moyenne... ;)

  3. Pink Lady
    19 janvier 2012 at 20:32

    Leçon 11 - La blogueuse danse aime les ratés
    Parce que ça lui donne des choses à raconter. Rien de pire que le spectacle parfait, avec la distribution parfaite et l'orchestre parfait. Elle se verrait alors obligée de rivaliser avec le concours de superlatifs que semblent s'être lancés certains critiques français, et ça, elle ne veut surtout pas, parce qu'elle perdrait.
    _
    Leçon 12 - La blogueuse danse voyage
    Ca lui arrive même de traverser le périph'. Toujours à l'affût d'occasions d'apercevoir ses chouchous, elle guette les déplacements des danseurs de l'Opéra de Paris. Certaines d'entre elles voyagent même à l'étranger pour découvrir d'autres compagnies ; celles-là vous les reconnaissez à leurs ballerines bon marché, car elles ont mis tout leur budget Repetto dans des billets de train ou d'avion.
    _
    Leçon 13 - La blogueuse danse ne travaille pas dans la danse
    Soit parce qu'elle exerce déjà un métier passionnant dans sa vie parallèle (cf. leçon 9), soit parce qu'elle l'a fait dans le passé et que son degré d'addiction a tellement alarmé ses collègues qu'ils lui l'ont envoyée en cure de désintox, soit parce qu'elle a la mauvaise idée de bloguer dans un secteur resté bloqué à la fin des années 90 et qu'aucun chargé du recrutement d'une compagnie de danse n'a encore repéré son potentiel inouï.
    _
    Leçon 14 - La blogueuse danse travaille gratuitement à l'Opéra de Paris
    Comme ouvreuse. C'est toujours elle qui renseigne les touristes (le terme vaut pour les étrangers, mais aussi pour tous ceux qui arrivent comme des fleurs 1h avant la représentation en s'imaginant qu'on va en plus leur offrir un tarif réduit). Les soirs où elle fait la queue (c'est à dire souvent) vous la trouverez en train d'expliquer dans le détail comment entrer dans la salle à tous ceux que les ouvreurs auront refoulés en s'étonnant qu'ils soient venus à la billetterie dans l'espoir d'avoir des places.
    _
    Leçon 15 - La blogueuse danse est "stupide"
    Ce n'est pas moi qui le dit, c'est un guichetier de l'Opéra de Paris, le jour où l'une d'entre elle s'est entêtée à lui acheter une place à 6€ (cette époque est plus récente que les récents articles sur la non-augmentation des tarifs à l'Opéra pourraient vous faire penser), place dite "sans visibilité" alors qu'il restait encore des billets de 1ère catégorie à 82€. La blogueuse danse aime les places d'où on ne voit "rien du tout", pour la bonne raison qu'elle a plein de tours dans son sac pour transformer une place "sans visibilité" en visibilité complète.
    _
    Leçon 16 - La blogueuse danse est née l'année de la danse
    Le hasard faisant bien les choses, cela vaut pour la plupart d'entre elles. Cherchez l'intrus.
    _
    Leçon 17 - La blogueuse danse se fait offrir ses places. Ou pas.
    Il y a celles qui le font sans le dire. Celles qui ne le font pas et le disent ; celles qui ne le font pas et aimeraient que ça ne se sache pas trop. Et toutes les autres, qui hésitent, ou bricolent. Plagiat
    La blogueuse danse doit-elle se servir de son blog pour obtenir des places gratuites ? La question se posera à elle, à un moment où à un autre, et chaque blogueuse aura sa propre façon d’y répondre.
    _
    Leçon 18 - La blogueuse danse est fière de l'être
    Elle n'est pas une danseuse frustrée, une journaliste frustrée, une directrice de la danse frustrée. Elle proclame haut et fort son amour de l'internet, et elle est au final bien contente des avantages que lui procure son blog : pas de délais imposés, pas de renvois d'ascenseurs obligés, pas d'articles édités avant leur mise en ligne, et à la place, l’opportunité de rencontrer d’autres passionné(e)s de son espèce.

  4. aziz
    19 janvier 2012 at 21:08

    Je dirais simplement que j'ai 4 mecs à mon cours de danse classique, enfin on essaye de suivre le cours déjà, pour le reste suis un accro de Garnier et moins de Bastille parce je dois être trop puriste, quand j'ai une place je me la garde vue la galère pour en avoir sur le net le jour J...
    J'adore ton blog, si tu entend cla-cla a Garnier ce n'est que moi qui prend des photos :)

  5. Le petit rat
    19 janvier 2012 at 21:25

    J'ajouterai à titre perso qu'elle a aussi dans son sac des carnets pour écrire (toutes ne sont pas encore 2.0...), des programmes de l'Opéra Garnier qui datent des années 90 (et qu'elle ne rachète pas faut pas exagérer..)
    Pour le smartphone, la blogueuse galère quand elle n'a plus de batterie, c'est pourquoi elle connaît toutes les prises électriques dispo à Garnier et à Bastille (il y en a une seule dispos à gauche de l'escalier au premier étage).
    La blogueuse danse retrouve les autres blogueuses danse via twitter (d(où l'angoisse du manque de batterie! ).
    La liste est longue pour nous repérer!
    Félicitations on se reconnaît bien là ! ;-)

  6. Cams
    19 janvier 2012 at 21:35

    Rah bah voilà on est grillées maintenant!!
    En tout cas bravo je me suis trop reconnue là dedans!!
    Et oui on est souvent sur les bons coups questions distrib mais pas toujours et puis des fois c'est vrai... on a autre chose à faire!! Ce qui me fait rire c'est ceux qui nous prennent pour des voyantes en nous demandant des distrib 4 ou 5 mois à l'avance parce que bon... "on sait beaucoup de choses donc ça on doit bien le savoir!".
    On peut aussi rajouter que la blogueuse danse a longtemps été un animal solitaire mais depuis l'avènement de Twitter elle se déplace en bande le smartphone (toujours) à la main!

  7. vano
    19 janvier 2012 at 23:37

    Et moi qui vais quasiment toujours seule à Garnier la plupart du temps et qui me dis toujours que vous devez être dans la salle aussi et que ce serait sympa de partager nos impressions aux entractes ! 10 avril et 10 mai sont mes prochaines fois programmées. mais n'ai pas de compte twitter.

    Merci pour toutes ces infos sur ma passion !

  8. Genoveva
    20 janvier 2012 at 00:24

    Très drôle, mais j'aurais bien aimé savoir comment la blogueuse danse transforme les places sans visibilité en visibilité complète !

  9. Une passionnée
    20 janvier 2012 at 11:50

    Super définition de la blogueuse danse ! Je rajouterai que parfois elle peut aussi être pluridisciplinaire et toucher à la nutrition et à la santé tout en restant passionnée des arts, de la littérature et de l'écriture... Que quand elle a un stage en vue à l'étranger, elle s'arrange toujours pour qu'il y ait quelques compagnies de danse intéressantes. Parfois, son portable maudit l'empêche tout accès à Twitter (quelle affreuse blogueuse ! ^^) Et bien entendu, le fait de jongler entre plusieurs univers: la danse, le boulot/études, la vie perso et bien d'autres... elle a une vie bien remplie, mais elle se sent épanouie!

  10. Alice
    20 janvier 2012 at 11:51

    Aïe, suis-je une vraie bloggueuse danse? Je suis bel et bien accroc à internet mais justement comme je refuse d'être l'esclave d'un petit outil technologique je refuse catégoriquement d'avoir aure chose qu'un téléphone mobile à carte prépayée. Internet c'est sur mon ordi chez moi (où là où je peux amener mon ordi) et c'est tout.
    J'ai bien fait des études qu'on peut qualifier de littérairse d'après ton listing mais j'ai aussi fait de l'économie et je n'ai rien de Repetto sur moi. J'ai bien acheté des sandales il y a plus de 4 ans maintenant et elles n'ont pas fait la saison: ressemelages complet nécessaire au bout de 5 portages. On ne m'y reprendra plus!
    Mais pour le reste je me reconnais :D

  11. Pink Lady
    20 janvier 2012 at 12:19

    @ Une Passionnée et Alice : L'excuse du portable ne marche pas, pour info je n'ai internet sur le mien que depuis 3 mois et Twitter marche encore mieux depuis un ordinateur. Le jour où vous aurez 2 min pour vous créer un compte, venez dire bonjour, on vous y attend de pied ferme !

  12. Anne-Laure
    20 janvier 2012 at 16:04

    Très bien vu!! Bravo!! C’est drôle, je songeais à faire un billet dans le genre pour savoir comment débusquer une blogueuse danse…
    J’adore la réaction de Pink Lady !! Surtout sur la cure de désintox !!
    Je me reconnais dans pas mal de points mais je n'aurais pas forcément rentré la rue St guillaume dans une formation littéraire. J'en ai "bouffé" moi du droit et de l'économie !
    Je te suis sur la plupart des points, sauf sur Repetto. Je n’ai jamais compris comment les gens arrivaient à marcher avec ces ballerines. Trop plates. Idem pour les derbies zizi dont je n'aime pas l'apparence du cuir.
    Eh oui, on a nos chouchous. Oui, je continuerai à être fan de Karl Paquette même quand il se plante, même si Mathias Heymann saute 100 fois mieux ! Juste parce que c'est lui et Kader Belarbi qui m'ont fait aimer la danse... Et ça, ça compte...

  13. Alice
    20 janvier 2012 at 17:14

    @Pink lady: attends que je finisse de m'habituer à facebook. Twitter ce sera la prochaine étape, promis! Mais reste à savoir quand ;)

  14. danseaujourdhui
    22 janvier 2012 at 14:16

    mais est ce que c'est vrai aussi pour la danse contemporaine... ?
    f*
    danseaujourdhui.blogspot.com

  15. Amélie
    22 janvier 2012 at 21:01

    @ Joel : Et pourtant, dans le classement des 10 blogs les plus influents de France, il n'y a que des hommes ! Il y a pleins de spectateurs à un ballet, et je ne vois pas trop en quoi leurs chromosomes Y les empêchent de bloguer ;) 


    @ Fab : Quand je disais que c'était une guerre des clans :lol: 

    @ Pink Lady : J'aime beaucoup ta conclusion ! 

    @ Aziz : je guetterais le bruit ;)

    @ Le Petit Rat : Tiens, je ne la connaissais pas celle-là !

    @ Cams : Mais oui le déplacement en bande, bien vu ;)

    @ Vano : Ni le 10 avril, ni le 10 mai pour moi... Peut-être une prochaine ? 

    @ Genoveva : Il y a certaines places "sans visibilité" où l'on voit bien... si l'on reste debout. Et la blogueuse danse sait très bien se replacer en douce.

    @ Une Passionnée : Une vraie touche-à-tout !

    @ Alice : Personnellement, je trouve Twitter bien plus facile d'utilisation que Facebook. Plus simple, moins de fonction, et surtout une protection de la vie privée évidente, contrairement à Facebook qui peut être assez piège. C'est une mine d'info dont je ne peux plus me passer professionnellement, et vraiment un super outil pour suivre l'actu de la danse un peu partout dans le monde.

    @ Anne-Laure : La blogueuse danse laisse parler sa subjectivité, et assume ! 

    @ Danseaujourdhui : La blogueuse danse semble plus ancrée dans le classique... mais ça ne veut pas dire qu'elle ne s'intéresse pas à d'autres styles. Il y a régulièrement des chroniques sur des spectacles contemporains par ici. :)

  16. mimylasouris
    23 janvier 2012 at 12:08

    On en apprend tous les jours : je ne suis pas une blogueuse danse.
    Pas de smartphone, pas de Repetto (si jamais je veux rentrer dans des chaussures style danse, vu falloir que j'attende que Grishko s'y mette vu que c'est le seul fabricant à penser aux grands pieds larges avec son XXXX) et mon crush est un grand brun... non frisé (héhé, ni mon chouchou ni moi ne sommes des moutons).
    Sinon, j'aime bien la leçon 11 et j'adore la 14 (d'autant plus vrai depuis que Ken n'est plus là à truster la première place des Pass).
    Sinon bis, je m'insurge contre la discrimination des blogueurs danse : déjà qu'ils ne sont pas nombreux, si en plus on les minore... Après, je suis tout à fait d'accord, c'est plus dur de les inclure comme étendards de Repetto). Et même si Palpatine se laisse parfois aller à la facilité en bloguant sur les danseuses plutôt que sur la danse (mais Mathiiiiilde n'est pas pire que Jérémiiiiiiie ;p), il ne faut pas oublier que c'est un vrai amateur - pas croisé d'autres propriétaires de blog que lui à un spectacle de danse japonaise, par exemple (où il n'y avait que des hommes sur scène, soit dit en passant). Je suis certes partiale mais ça compensera...

  17. Lola
    23 mai 2012 at 15:04

    Je viens de lire cet article, sympa !
    je ne suis pas blogueuse mais je correspond quand même à certains points ;) Par contre je clame haut et fort que je suis une scientifique de formation ! : )
    Et même si l'idée de faire un blog m'a effleuré récemment l'esprit, je me suis dit qu'il y en avait déjà plusieurs de bien construits et fournis, donc inutile d'en rajouter un, qui serait moins fourni.
    En tous cas c'est "étrange" car à force de lire ce blog j'ai l'impression de connaître son auteur, et j'apprécierais de discuter avec vous (= les différentes blogueuses). Surtout depuis que j'ai lu le compte-rendu du 2e épisode de "La meilleure danse" sous forme de copié collé de twitter ; j'ai apprécié l'humour que j'y ai lu et ça m'a donné envie de "chambrer" avec vous ^^

  18. Borsberg Stéphane
    17 juillet 2013 at 12:50

    Article sympathique et ce même si qu'en tant que blogueur homme, je ne me reconnais pas dans tout (les ballerines Repetto par exemple).

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial