Tuesday, Oct. 23, 2018

Isabelle Ciaravola, les adieux d’une Étoile

Ecrit par :

1 mars 2014

|

Catégorie :

Une lettre qui se déchire. Un geste impérial intimant l'ordre de partir. Un homme qui s'enfuit. Une femme au regard éperdu qui tombe à genoux de désespoir. Une seconde de silence. Et 30 minutes d'ovation, debout, des étoiles dorées scintillant dans les cintres. Le 28 février, après un dernier Onéguine, Isabelle Ciaravola a fait ses adieux à la scène.

Isabelle Ciaravola sur scène lors de ses adieux

Isabelle Ciaravola sur scène lors de ses adieux

Et cette soirée lui a ressemblé. D'abord une superbe représentation, de celle qui fait monter les larmes aux yeux, en osmose avec son partenaire. Puis des saluts extrêmement chaleureux, simples quelque part, montrant si bien l'attachement qu'avait le public pour cette Étoile à part. Isabelle Ciaravola a longuement salué avec Hervé Moreau, a remercié la troupe, a ramassé les multitudes de bouquets qui tombaient sur scène, beaucoup composés de roses blanches, ses fleurs préférées. Elle a pris dans ses bras Karl Paquette et a fait venir sur scène Mathieu Ganio, ses deux autres grands partenaires. Elle a salué Brigitte Lefèvre, Pierre Lacotte ou Ghislaine Thesmar.

Les lumières se sont rallumées, mais le public a continué d'applaudir. C'était les pleins feux, dans la salle et sur scène. D'un côté, le public debout. De l'autre, une Étoile un bouquet de fleurs dans les bras, couverte de paillettes dorées, regardant intensément le public. 5, 10 30 minutes ? Une heure ? Cela aurait pu durer indéfiniment, chacun savourant l'instant, la danseuse comme les spectateurs et spectatrices. Chacun se remerciant mutuellement. L'envie d'applaudir, encore et encore, pour dire bravo à cette prestation et cette carrière. Et ne pas s'arrêter, parce qu'une fois le rideau tombé, ce sera terminé.

Isabelle Ciaravola sur scène lors de ses adieux

Isabelle Ciaravola

Isabelle Ciaravola a eu une carrière d'Étoile courte, mais elle avait une place toute particulière dans le coeur du public. Peut-être parce qu'elle dansait des rôles un peu différents des autres. Peut-être parce qu'elle a toujours gardé cette certaine proximité et accessibilité avec le public. Aujourd'hui, certaines Étoiles ne font pas forcément l'unanimité. Isabelle Ciaravola a été nommée tardivement, elle ne dansait pas tous les rôles classiques, elle n'avait pas une technique infaillible. Pourtant, personne, pas une seule fois, n'a contesté cette nomination qui arrivait comme une évidence. "Je suis toujours montée sur scène en étant Étoile dans ma tête", racontait Isabelle Ciaravola. C'est peut-être ça. Elle fait partie de ces artistes qui ont une aura particulière, qui ont ce rayonnement, ce soleil en scène. Et malgré ce parcours atypique, elle restait l'Étoile de Paris la plus brillante (et sûrement la plus reconnue) à l'étranger, avec Mathias Heymann ou Mathieu Ganio.

Tatiana, Manon, Marguerite, Juliette, Giselle...  Isabelle Ciaravola  brillait dans les rôles dramatiques. Pendant son court étoilât, elle a eu l'intelligence de choisir ses rôles, de dire non à certaines choses pour se concentrer sur les ballets qui lui allaient vraiment. Elle a cette justesse d'interprétation, ce sens de la tragédie, du partenariat, de savoir raconter une histoire. Son départ laisse un vide, d'abord parce qu'elle est une artiste à part, mais aussi parce qu'aujourd'hui, on ne voit pas très bien qui pourrait prendre sa relève. L'Histoire de Manon est repris la saison prochaine et le fossé semble déjà se dessiner entre ce qu'elle a donné dans ce ballet, et ce que va faire la jeune génération. Il n'y avait qu'elle pour danser ce genre de répertoire, qui compte beaucoup aujourd'hui à l'Opéra de Paris. Aux plus jeunes, maintenant, de se révéler.

Après la représentation, place aux discours. Dans le Grand Foyer, Isabelle Ciaravola s'est fait remettre la Légion d'honneur par Brigitte Lefèvre visiblement émue. L'Étoile était vêtue d'une magnifique robe de bal, dont le rouge de la décoration brillait particulièrement sur le bustier noir. Ce qui n'a pas empêché la danseuse de garder toute sa spontanéité. Dans un discours improvisé sur l'instant, Isabelle Ciaravola a remercié ses parents "de coeur" (Elisabeth Platel et Éric Vu-An) et ses "parents de sang", José Martinez pour Les Enfants du Paradis, beaucoup d'autres. Tout en plaisantant, entre deux remerciements, sur ses chaussures à talons auxquelles elle n'était pas habituée. Toute la compagnie était là, la saluant chaleureusement. Isabelle Ciaravola s'est ensuite pliée de bonne grâce aux photos et dédicace, jusqu'à plus de minuit. Le Palais Garnier, vide, résonnait encore des applaudissements.

Isabelle Ciaravola

Isabelle Ciaravola

 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(11) commentaires

  1. Joelle
    1 mars 2014 at 12 h 46 min

    Très belle soirée, très émouvante....

  2. Tiphaine
    1 mars 2014 at 13 h 56 min

    C'était boulversant!! Émotionnellement très intense.

  3. Anne-Laure
    1 mars 2014 at 15 h 25 min

    C'était une très belle soirée, magnifiquement interprétée!

  4. Pierre
    1 mars 2014 at 21 h 49 min

    Merci pour vos superbes photos. Cette soirée fut particulièrement émouvante, très dense émotionnellement. Merci de tout coeur à Isabelle Ciaravola. Son interprétation de Tatiana était de loin la meilleure, la plus bouleversante aussi. J’ en ai encore les larmes aux yeux…

  5. lou
    2 mars 2014 at 4 h 55 min

    Un abime émotionnel sans fond entre cette soirée d'adieux qui mettait en lumière tout ce qu'on peut attendre d'une artiste avec la prestation immense de Mademoiselle Ciaravola qui faisait se "adieux" et on va dire "l'entrée" de Mademoiselle Albisson dans le même rôle. Il y a du boulot pour que la relève puisse un jour supporter la comparaison ! Merci à Mademoiselle Ciaravola de tant de générosité émotionnelle, pour ce partage corps et âme de ses sentiments les plus intimes avec son public . Une danseuse hors pair mais aussi une femme de chair et de sang ,habitée par tout ce que l'expérience de la vie à pu lui offrir et qu'elle à su transformer avec subtilité, comme on transforme du plomb en or, au service de son art. La disparition de la scène d'une telle artiste fait presque peur, tant la place qu'elle laisse libre semble visiblement rester vide pour longtemps.

  6. nahid mahdavi
    2 mars 2014 at 19 h 08 min

    Quelle domage qu'elle n'a pas pu etre ailleurs. l"opera de paris est un peu trop fige dans le 17eme siecle. La plus grande danseuse francaise est partie jeune a eu la carriere qu'elle voulait. Je parle de Sylvie Guillem, qi a une carriere fulgurante et unique.

  7. K9
    3 mars 2014 at 3 h 22 min

    J'ai passé une soirée très émouvante. Alors je dirais tout simplement "Merci Mademoiselle Ciaravola". Merci pour tout.

  8. Sissi
    3 mars 2014 at 13 h 08 min

    Quelle belle soirée si émouvante ! Un superbe spectacle, une ovation si sincère et touchante et on repart si triste... J'espère qu'elle va être souvent invitée par l'opéra.

  9. a.
    4 mars 2014 at 13 h 37 min

    ah là là... pas pu y aller, mais rien que de voir la vidéo j'ai les larmes aux yeux...

  10. Pascale
    6 mars 2014 at 20 h 51 min

    une soirée inoubliable, une danseuse inoubliable! Merci Amélie de prolonger l'émotion de cette soirée brillante d'interprétation par votre article ! J'étais au cocktail qui a suivi le ballet, une ovation encore pour Isabelle CIARAVOLA, heureuse parmi ses proches et ses partenaires de danse favoris! Un très beau souvenir

  11. E.
    12 mai 2015 at 16 h 25 min

    Bonjour Amélie, Les discours dans la Grand foyer qui ont lieu après la représentation sont ils ouverts à tout le public présent pour le spectacle ou seulement à une liste de personnes invitées ? Merci d'avance.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial