Tuesday, Oct. 23, 2018

Onéguine : Isabelle Ciaravola et Hervé Moreau

Ecrit par :

5 mars 2014

|

Catégorie :

Les adieux d'Isabelle Ciaravola ont déjà été largement commentés, entre les longs applaudissements chaleureux et la présence si lumineuse de l'artiste. Mais qu'en a-t-il été de la représentation en elle-même ? Toute la troupe a été galvanisée par l'événement. Mais plus que cela, ce qui a rendu cette représentation si unique, c'est un couple en osmose racontant si justement cette histoire.

Hervé Moreau et Isabelle Ciaravola - Onéguine

Hervé Moreau et Isabelle Ciaravola - Onéguine

C'est une question de gestes, d'attitudes, mais aussi de regards. Des regards changeant à chaque scène, intenses, de côté, furtifs ou lourds de reproches. C'est une façon de se regarder qui évolue continuellement, construisant ainsi les relations et la trame.

Si les Tatiana de l'Opéra de Paris ont en général bien cerné leur personnage, les Onéguine peuvent laisser un peu plus hésitants. La plupart ont choisi d'interpréter un homme mélancolique évoluant dans un nuage de spleen. Hervé Moreau tranche d'emblée en jouant un personnage pour le moins antipathique. Dès ses premiers pas chez Madame Larina, il ne cache pas son mépris envers la campagne, les gens simples qui y habitent et les danses joyeuses des jeunes gens. Le coup de foudre de Tatiana n'en devient que plus coup de foudre : il n'y a aucune raison pour que la jeune fille tombe amoureuse de ce personnage odieux. Et pourtant cela arrive, de la plus violente des façons.

Ce caractère si antipathique d'Onéguine ne le rend que plus attachant finalement. Aux bras de Tatiana, il se laisse aller à quelques confidences, ou tout du moins à fêler la carapace. C'est grâce à sa présence qu'il s'apaise un peu. Le livre qu'elle tient dans la main lui rappelle des souvenirs. Mais au lieu de raviver sa mauvaise humeur, cela ne le rend que plus sincère. Hervé Moreau rend à merveille cette ambivalence. Chaque geste chez lui a un sens, ne mettant que mieux en relief la complexité de la chorégraphie et son rapport si profond à la musique. Sa silhouette lui permettrait de ne jouer qu'au jeune homme romantique, il va toujours bien plus loin que cela.

Isabelle Ciaravola - Onéguine

Isabelle Ciaravola - Onéguine

Alors que, chez les autres Onéguine l'ont cherchait la raison de leur comportement odieux au deuxième acte, chez Hervé Moreau, cela prend enfin tout son sens. Ce n'est pas son comportement horriblement méchant envers Tatiana qui surprend, ce sont bien ses confidences du premier acte, si inhabituelles chez lui.  En face, l'on ne peut que continuer la litanie de compliments envers Isabelle Ciaravola, cette grande danseuse qui s'en va au sommet de son art d'interprète. Mais quel talent pour incarner, avec tant de justesse, l'évolution d'une jeune fille en femme, sans jamais tomber dans la mièvrerie. Onéguine est aussi l'histoire d'une adolescente réservée, se cognant à la vie, apprenant à ses dépens la cruauté des choses et devenant adulte  de la plus difficile des façons.

Isabelle Ciaravola et Hervé Moreau sont un couple de scène de la plus belle des façons. Techniquement, les pas de deux s'envolent. Artistiquement, ils dansent ensemble, se répondent. Et cela fonctionne. C'est un peu banal d'écrire cela, une fois de plus. Mais c'est bien la conclusion de cette représentation. Leur dernier pas de deux était ainsi tout en délicatesse et presque surprenant. Dès qu'Onéguine entre dans la chambre, Tatiana est déjà résignée... et le public avec. Ce long combat est empreint d'une douce mélancolie, comme si l'on savait déjà comment cela allait se terminer. Ce sont aussi les souvenirs des personnages qui refont surface, ce temps si doux à la campagne. Et le coup d'émotion surgit comme par surprise. D'un coup, la musique s'envole. Tatiana-Isabelle Ciaravola se révolte, prend le dessus, déchire la lettre. Et s'écroule de douleur, le public chavirant avec elle.

En face de ce couple si fusionnel, Mathias Heymann en Lenski et Charline Giezendanner en Olga ont su apporter le contrepoids nécessaire à la construction de l'histoire. Mathias Heymann, surtout, prend une dimension dramatique de plus en plus forte. Nommé il y a cinq ans sur ce même rôle, ce n'est aujourd'hui plus le même danseur. Même comparé à la première, il a acquis en quelques semaines de la profondeur. Figure idéale du jeune poète idéaliste et romantique, il a cette fougue propre de la jeunesse et du rêveur, sachant mettre toute sa virtuosité technique au service du personnage. Son long solo du deuxième acte est profondément touchant de résignation, un jeune poète ne pourrait mourir que de cette façon. Le tout se mélangeait à une fureur presque enfantine, s'opposant à la personnalité d'Onéguine qui a déjà un lourd vécu.

Mathias Heymann - Onéguine

Mathias Heymann - Onéguine

Dramatiquement, Charline Giezendanner est un peu en deçà et ne peut effacer le souvenir si prégnant d'Eve Grinstzajn dans le même rôle. La danseuse reste trop dans la veine de la jeune fille en fleur, presque de la petite fille. Mais sa joie de danser, sa musicalité et son naturel aplomb en scène font d'Olga un joli personnage qui n'en est pas moins attachant.

C'est là que l'on voit toute la difficulté des distributions de ce ballet. Onéguine est un chef-d'oeuvre, sa construction chorégraphique, dramatique et musicale font que la soirée est assurée, même lorsque le quatuor est déséquilibré. Mais lorsque ce dernier est cohérent et construit, mené par quatre fortes personnalités, cela devient un grand moment. La question ainsi n'est pas tant de qui va remplacer Isabelle Ciaravola (Eve Grinstzajn ? Myriam Ould-Braham ?), mais de comment va se reformer le couple principal, comment va se reformer le quatuor. C'était peut-être le problème d'autres distributions : chacun creusant un personnage sans vraiment se soucier de qui il-elle avait en face de lui-elle.

 

Onéguine de John Cranko par le Ballet de l'Opéra de Paris, au Palais Garnier. Avec Isabelle Ciaravola (Tatiana), Hervé Moreau (Onéguine), Mathias Heymann (Lenski), Charline Giezendanner (Olga), Karl Paquette (le Prince Grémine), Christine Peltzer (Madame Larina) et Ghyslaine Reichert (la Nourrice). Vendredi 28 février 2014.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(2) commentaires

  1. alpha
    5 mars 2014 at 16 h 11 min

    Oui, c'était une magnifique représentation ! l'impression que ces deux là dansent à l'intuition pure... Un des miracles de l'année, avec le départ d'Agnès Letestu. Un des mystères de la danse aussi que ces deux soirées aussi différentes que marquantes. question subsidiaire sur la saison prochaine, tentante, très tentante, mais comment faire... J'ai beau compter et recompter, comment assurer l'effectif, non seulement des solistes mais aussi du corps de ballet... Mystère, mystère... Si Amélie a des idées... bravo aussi à M Lidvac et J Benhamou notament pour les photos , toujours :-)

  2. Pierre
    5 mars 2014 at 20 h 52 min

    Merci pour votre très bel article. Que dire de plus ? Rien qu' en le lisant, l' émotion me gagne à nouveau...Cette soirée fut magique. Il est si rare de vivre des moments d' une telle intensité. On ne remerciera jamais assez Mademoiselle Isabelle Ciaravola et Monsieur Hervé Moreau (sans oublier les autres membres du quatuor et le corps de ballet) de nous avoir offert une telle représentation. Mademoiselle Isabelle Ciaravola avec toute sa sensibilité, accompagnée de cette musique qui vous transporte, a réellement bouleversé le public. Et toutes ces marques de respect, d' attention, de tendresse même lors des applaudissements étaient particulièrement émouvantes.

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial