Wednesday, Sep. 18, 2019

Troisième Symphonie de Gustav Mahler, premier épisode

Ecrit par :

10 avril 2013

|

Catégorie :

Troisième Symphonie de Gustav Mahler de John Neumeier, par le Ballet de l'Opéra de Paris, à l'Opéra Bastille. Répétition générale. Avec Karl Paquette (l'Homme), Stéphane Bullion (l'Âme), Mathias Heymann (la Guerre), Eleonora Abbag,ato (la Femme) et Isabelle Ciaravola (l'Ange).

Troisieme-symphonie-de-gustuva-mahler_ensemble

C'est une question que l'on m'a posé après la représentation : faut-il lire le programme avant pour comprendre quelque chose à la Troisième Symphonie de Gustav Mahler, ballet symphonique de John Neumeier ? J'ai envie de répondre oui et non. Car au premier abord, le ballet peut sembler narratif, avec ses différents tableaux, ses personnages distincts, son évolution. Mais finalement, chacun y voit ce qu'il veut, y décerne ses propres émotions, et se laisse avant tout porter par la musique, outil principal à l'inspiration du chorégraphe. Alors oui, on peut lire le programme, juste pour y voir qu'il n'y a pas d'histoire à y chercher.

La Troisième Symphonie de Gustav Mahler est une ode à la Nature, quelque chose d'assez épique, sans tomber dans un pompeux assez rébarbatif. C'est cette Nature qui est dévoilée tout au long du ballet, avec l'Homme, ou plutôt l'être humain, qui essaye de s'y faire une place, de la découvrir, sans forcément l'apprivoiser.

Qui dit oeuvre symphonique dit une certaine importance du groupe, de l'énergie collective. Le premier tableau, très beau visuellement, en manque un peu, et à ainsi du mal à démarrer. Il y a du monde sur le plateau, mais pas forcément un-e chef-fe d'orchestre pour mettre tout le monde d'accord. L'alchimie nait cependant petit à petit entre les danseurs, surtout à l'arrivée de la Guerre, incarnée par Mathias Heymann. Le danseur a sa virtuosité habituel, son côté un peu "jeune tout fou", avec en plus une certaine intensité dramatique. qui donne à l'oeuvre - enfin -  une cohésion et une intensité.

Mathias Heymann - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Mathias Heymann - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

La chorégraphie devient forte, dense, aux formes multiples. les corps s'entremêlent, s'entre-appuient, forment des pyramides, L'on dit qu'elle ressemble aux pièces de Béjart ? Pas vraiment selon moi. La plupart des ensembles des ballets de Maurice Béjart (Le Boléro mis à part) toujours un petit goût de démodé, ce qui n'est absolument pas le cad du ballet de Neumeier, d'une grande modernité. Tout comme la musique, la danse évite ici le trop grandiloquent pour s'essayer à plus de nuances, de subtilités, de précision.

Le rôle de l'Homme a ceci de pratique qu'il se fond très bien dans la masse, si son interprète du jour n'a pas l'aura d'un Nicolas Le Riche. Karl Paquette ne dépareille pas ainsi, apparait comme un juste fil conducteur tout au long des scènes, comme un regard qui se pose sur son environnement, interrogateur. On est ici en plein chemin initiatique, qui démarre dans une certaine pénombre. Et puis surprise, après un long et sombre premier mouvement, le deuxième amène la chaleur de l'été. Alessio Carbone est le nouveau chef de file de cette douceur, romantique-mais-pas-trop. C'est un peu sage, mais c'est plaisant et musical. Et cela n'amène que mieux l'Automne, troisième mouvement romanesque. Une certaine mélancolie émane des beaux mouvements d'ensemble, menée par Mathilde Froustey plus soliste que jamais. C'est à la fois la tendresse de l'amour et la douleur d'un couple qui se dit au-revoir. L'Homme cesse de n'être que spectateur pour interagir, interroger, aimer... puis partir.

Alessio Carbone et Mélanie Hurel - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Alessio Carbone et Mélanie Hurel - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Le quatrième mouvement, dans le silence, arrive un peu comme un cheveux sur la soupe. Chorégraphié avant l'oeuvre principal, en hommage à la compagnie de John Cranko après le décès de ce dernier, ce passage a du mal à prendre sa place dans le ballet. Eleonora Abbagnato la joue dramatique sans que l'on devine vraiment pourquoi. Le trio qu'elle forme avec Karl Paquette et Stéphane Bullion est harmonieux, mais la symbolique, en tout cas celle qu'elle a dans le ballet, échappe. L'on reste dans une certaine esthéthique, belle au demeurant, mais pas vraiment passionnante.

L'oeuvre reprend avec la musique et le magnifique sixième mouvement, celui de l'Ange, incarné par Isabelle Ciaravola. L'Ange peut représenter l'innocence  avec sa gestuelle parfois enfantine. Mais la Danseuse Étoile, sublime en académique rouge, ne la joue pas premier degré. Son solo est à la fois d'un grand lyrisme et un vrai moment de fraîcheur. Seule en scène, elle illumine le plateau d'une rare intensité. Et son ultime traversée, qui conclue le septième et dernier mouvement mené par l'ensemble, a quelque chose de totalement bouleversant. L'Homme la regarde arriver, marcher, le dépasser et partir. L'innocence est une belle chose, mais il faut la laisser de côté pour avancer dans la vie. Le chemin initiatique de l'Homme peut continuer.

Isabelle Ciaravola - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Isabelle Ciaravola - Troisième Symphonie de Gustav Mahler

Au final, cette Troisième Symphonie de Gustav Mahler de John Neumeier - qui était une découverte pour moi - m'a vraiment séduite. On a affaire à un ballet complexe, riche, que l'on pourrait revoir encore et encore pour y déceler toutes ses richesses. Malgré l'importance du groupe, omniprésent, c'est aussi une oeuvre qui marche grâce à ses solistes, obligatoirement de fortes personnalité pour cheminer cet étrange parcours. De ce point de vue là, j'avoue que les autres distributions me laissent finalement plus réticente.

 Troisième Symphonie de Gustav Mahler de John Neumeier, à l'Opéra Bastille jusqu'au 12 mai

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(8) commentaires

  1. Fate-biscuit
    10 avril 2013 at 23:21

    Décidément il sera impossible de se faire une idée sans la voir,cette 3ème Symphonie! "Jeune tout fou" trois mots pour résumer Mathias Heymann, mission accomplie! J'approuve totalement.

  2. Anne-Laure
    10 avril 2013 at 23:40

    A part le 4° mouvement qui, je trouve, fait "tache" j'ai adoré ce ballet et l'alchimie musique danse... Et quel plaisir de revoir Mathias Heymann!!

  3. jean-Philippe
    14 avril 2013 at 21:29

    J'ai assisté à la représentation de samedi. J'ai apprécié, notamment le premier mouvement et les quatrième, cinquième et dernier mouvement.Les chorégraphies de groupe sont réussies avec une belle esthétique et c'est vrai j'ai pensé à Béjart. Un final magnifique. Mention spéciale à Mathieu Heymann et Isabelle Ciaravola.

  4. Anne
    19 avril 2013 at 09:25

    A mon tour de découvrir cette distribution avec la retransmission au cinéma hier soir. J'ai globalement bien aimé ce ballet même si je l'ai trouvé long à démarrer. Il a vraiment commencé à s'envoler avec le jeu brillant et habité de Mathias Heymann. J'ai adoré l'Automne et surtout le pas de 3 avec Karl Paquette, Stéphane Bullion et Eleonora Abbagnato, même s'il arrivait en effet comme un cheveu sur la soupe et qu'il a manifestement été créé hors du contexte de la pièce. D'ailleurs avant la représentation, John Neumeier en expliquait l'intérêt dramatique avec des images de répétitions (très intéressantes!). Mention spéciale aussi à Mathilde Froustey, touchante lorsqu'elle est toute en retenu alors que je ne supporte pas sa danse d'habitude trop maniérée.

    • Amélie
      24 avril 2013 at 20:37

      @ Fat-biscuit : Oui, c'est finalement très difficile de décrire cette oeuvre ! J'ai été ravie de revoir Mathias Heymann en pleine forme, j'espère que les pépins physiques seront oubliés pour longtemps pour lui.

      @ Anne-Laure : Je trouve que, sans même lire le programme, on sent bien que ce quatrième mouvement a été créé à part. Il se fond mal dans l'ensemble je trouve.

      @ Jean-Philippe : Isabelle Ciaravola était vraiment la reine de la soirée, quel lyrisme !

      @ Anne : Complètement d'accord pour Mathilde Froustey. Quant au spectacle, avec le recul, l'Automne reste l'un de mes passages préférés.

  5. Jean-Pierre
    26 juillet 2013 at 01:13

    Personnellement , je suis fan de Mahler , mais pas connaisseur en danse , même si j'y suis sensible ( la danse contemporaine notamment) . La démarche m'intéressait et j'étais curieux de voir ce ballet , après avoir lu des commentaires élogieux sur cette "transposition". Je n'ai pas accroché au début : Mahler a sous-titré sa symphonie "bâtir un Monde" ( et pas la création du Monde , comme l'a écrit un journal ) , et sa symphonie est hors norme . Or l'immense premier mouvement traduit un chaos mouvant avec l'énergie d'un big bang ...je n'ai pas senti cela dans la chorégraphie et je me demande s'il est vraiment possible de réaliser une chorégraphie sur Mahler . ( j'avais vu Béjart , dans le temps et avais été gêné par la mauvaise qualité acoustique mais aussi par le fait déjà que cette musique se suffit à elle-même .) Malgré tout j'ai déjà entendu la musique de Mahler accompagner des images , et c'était réussi mais c'était en 2D et il y avait un décalage entre l'image et la musique qui commentait plutôt qu'elle n'était le support sonore d'un spectacle . La musique de Mahler est apte à commenter le Monde .

    • Amélie
      26 juillet 2013 at 23:28

      @ Jean-Pierre : Merci pour ce très intéressant point de vue. :)

      • Jean-Pierre
        27 juillet 2013 at 01:15

        Merci ! C'est très sympa . Mon point de vue est vraiment celui d'un non connaisseur ! Mais j'ajouterai un point ( qui me revient après coup) : Mahler a été certes un compositeur symphonique et de Lieder , mais il a été un grand chef d'orchestre de scène , d'opéras en particulier mais pas de ballets . Et même si c'est beaucoup moins connu , il a en fait esquissé des opéras ( par exemple sur Rübezahl le gnome des Monts Géants des forêts de Bohême ) , et un nombre incroyable d'oeuvres délaissées au fur et à mesure de son évolution artistique ( il n'est qu'à voir la matûrité de sa 1ère Symphonie pour le soupçonner ) Alors l'idée d'associer Mahler à une scène est peut-être légitime . En quelque sorte , on pourrait chercher à retrouver cet imaginaire en fait devenu invisible . Sinon autre chose sur la 3ème symphonie : elle a été décriée en son temps pour certains traits "vulgaires" ( au sens de populaire ) alors qu'aujourd'hui l'interprétation faite des épisodes de cor , placé en dehors de la salle , est l'irruption du réel dans le monde idéel de la symphonie . En quoi le ballet peut-il rendre cette irruption ?

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial