Tuesday, Oct. 23, 2018

La sortie ciné bis : Anna Halprin, le souffle de la danse. Entretien avec le réalisateur Ruedi Gerber

Ecrit par :

13 décembre 2012

|

Catégorie :

Deux films sur la danse sortent le 12 décembre, deux documentaires très différents. D'un côté, Le Concours de danse. De l'autre, Anna Halprin, le souffle de la danse. Le film est un portrait de cette danseuse et chorégraphe, qui a ouvert beaucoup de portes dans la danse mais reste toujours très peu connue du grand public. Son histoire est entrecoupée de ses spectacles, mais aussi de workshops qu'elle donne toujours, à 92 ans, dans sa grande maison californienne perdue dans la forêt. Rencontre avec le réalisateur Ruedi Gerber, qui évoque non seulement le film, mais aussi la philosophie de la danse d'Anna Halprin, "le secret le mieux caché de la danse".

Anna-Halprin_le-souffle-de-la-danse_affiche.jpg
Quels étaient vos rapports avec la danse avant connaitre Anna Halprin, en 1982 ?

J'étais acteur en Allemagne et je voulais agrandir mon horizon. Alors que je suivais encore ma formation de comédien, je suis allé à un nouveau cours de "gentle dance", une danse douce. L'idée était d'utiliser le corps sans forcer. Le cours était donné par deux personnes qui avaient collaboré avec Anna Halprin : le chorégraphe John Graham et un autre chorégraphe devenu professeur de cybernétique. Ils m'ont tout de suite dit d'aller la voir. Je suis donc allé à un de ses workshops pendant les vacances... Et ça a été comme un virus, ça m'a ouvert beaucoup de choses. Je voulais ouvrir ma vision du théâtre et Anna Halprin est plutôt une femme de théâtre finalement.

Mon rêve était de devenir réalisateur, et j'ai toujours voulu faire des choses avec le mouvement, comme des sortes de flashmob. J'avais vraiment écrit des pièces pour 100 personnes, tout le monde qui se retrouvent au même endroit pour faire la même chose. C'était compliqué, alors j'ai laissé tomber. Plus tard, j'ai aussi fait un film, Rêve de nuit, sur une danse d'amour.

Comment s'est passée cette rencontre ?

Dès que je suis arrivé, Anna Halprin m'a pris dans ses bras. Je viens de l'Allemagne, je suis Suisse, je n'étais pas vraiment habitué (rires). C'était une ambiance très accueillante et c'est quelque chose qui m'a toujours beaucoup touché. On ne juge pas. Plus généralement, c'est aussi l'ambiance de la Californie. C'est la première fois que j'allais aux États-Unis et je pensais donc que tout le pays était comme ça ! Je suis allé étudier à New York après, et quand je prenais un homme dans ses bras, ça choquait un peu. C'est la côte Est, comme l'Europe, qui est plus froide. Après 6 mois à New York, je ne pouvais prendre personne dans mes bras, j'avais l'impression qu'on me les avait coupés (rires). Cette ambiance californienne inspire beaucoup Anna Halprin sur ce travail physique. On dit souvent que l'art californien est différent de l'art new-yorkais, qui est plus intellectuel.

Deux ans après cette première rencontre, je suis allé étudier là-bas pendant huit mois, et j'ai vraiment absorbé ce travail.

Sa maison en Californie est particulière, de nombreuses scènes du film y sont tournées. Pouvez-vous nous la décrire ?

C'est chez elle. C'est une magnifique maison sur la colline, au bord de la forêt sauvage. La maison est en haut, c'est tellement joli ! Puis on travers la forêt pour arriver à l'océan, on n'est pas loin de la baie de San Francisco. Dans la forêt, il y a une grande plateforme où l'on danse et les studios à côté. C'est vraiment une ambiance accueillante.

Anna-Halprin_le-souffle-de-la-danse_1.jpg
Comment se déroule un workshop d'Anna Halprin ?

C'est quelque chose de presque scientifique. On recherche dans le corps la structure, l'anatomie. Avec cette réalité physique, on développe des explorations, on découvre des mouvements libres, et que c'est possible de les faire. Une femme, qui venait pour la la première fois, m'a dit : "J'ai toujours pensé que la danse n'était faite que de mouvements imposés. Je découvre une danse libre, je peux bouger librement.. et ça s'appelle quand même de la danse". Elle en a pleuré tellement c'était une grande liberté pour elle.

C'est plus proche de la réalité physique, de ce que l'on est. On ne crée pas un personnage, on ne danse pas pour arriver à quelque chose. On développe aussi un système de feedback, on fait des auto-portraits subjectifs, ça aide pour avoir un autre point de vue sur soi-même. Après, ça peut aller dans toutes les directions. Anna Halprin a intégré tous les aspects de micro et macro. Pour elle, le centre du corps est un point rouge, au milieu d'une ligne qui va du nombril au coccyx. Elle travaille souvent sur ça, pour intégrer les polarités.

Ses workshops s'adressent à tout le monde, danseur-se professionnel-le- ou amateur-rice. C'est important pour elle ?

La danse populaire était dansée par tout le monde. Puis les aristocrates ont fixé les mouvements de ces danses et c'est devenu élitiste. Anna disait toujours que l'on ne doit pas s'entraîner 10 ans avant de danser, on peut danser tout de suite. Elle travaille avec des amateurs, des enfants, des séniors... Quand on s'intéresse à elle, on s'aperçoit que c'est un aspect très fort de la vie. Mais elle travaille aussi volontiers avec des professionnel-le-s. Elle mixe ces deux approches.

Comment vous-est venu l'idée de faire un film sur Anna Halprin ?

Au fil des années, je suis devenu réalisateur de longs-métrages, de documentaires... je me sentais assez loin de ce monde même si j'étais resté un peu en contact avec certaines personnes. Elle avait une image très new âge. Mais pour moi, elle restait toujours une artiste de théâtre. Elle a exploré le monde, comment le corps fonctionne avec l'art.

Quand Anna Halprin a eu 81 ans, elle a fait une pièce sur sa vie, en 2002, dans un grand théâtre de New York. Quelqu'un m'a appelé en Allemagne pour m'en parler et j'ai sauté dans un avion. Elle a fait un solo de 15 minutes... C'était tellement touchant ! Il y avait une intensité... Aujourd'hui, on parle beaucoup de style, de genre, de formatage. Et ça, c'était quelque chose de vraiment authentique. Je suis allé lui demander si cette pièce était filmée. Elle m'a répondu qu'il n'y avait personne. Alors j'ai capté la dernière représentation. Elle m'a pris dans ses bras à nouveau, elle était très heureuse. Elle m'a proposé de revenir chez elle. Je n'étais pas trop partant, je n'étais pas un danseur. Mais elle m'a convaincu. Là-bas, j'ai eu l'envie de faire ce film. Je me demandais pourquoi elle n'était pas plus célèbre. On dit toujours qu'elle est le secret le mieux caché de la danse !

Le spectacle a eu lieu en 2002, le film sort dix ans pus tard. Anna Halprin a été longue à convaincre ?

Je lui ai fait un cadeau, un petit montage de sa pièce. Elle a hésité. Quelques année après, je suis revenu. Elle m'a dit : "Oui, mais fait vite, j'ai 83 ans !". Mais elle ne voulait pas signer. Elle était trop difficile, elle a un petit côté diva aussi. J'avais fait un film sur Niki de Saint Phalle, j'ai appris avec elle comment traiter une femme diva ! On doit être un peu à genoux (rires).

Pourquoi a-t-elle finalement accepté ?

En 2005, elle a fait un projet avec des séniors, Seniors Rocking Performance & Filming. C'est la première fois qu'elle voulait travailler avec des gens du même âge qu'elle. Aujourd'hui, c'est un problème social, elle voulait montrer cette génération. Elle voulait aussi léguer quelque chose, qu'est-ce qu'on laisse quand on meurt. Elle voulait combiner le mouvement avec ça, laisser un testament. Une danseuse, quand elle meurt, il ne reste plus rien. Je voulais l'aider à faire ce testament, j'ai insisté. Puis elle vu un film sur une artiste qui travaille dans la nature. A la fin, elle m'a dit : "Le travail sur l'artiste est intéressant. Mais la scène la plus touchante est lorsqu'elle est dans sa cuisine.. Alors viens dans ma cuisine !". La glace a été rompue.

Comment filmez-vous la danse ?

J'avais déjà fait quelques films sur ses workshops, mais on manque toujours d'argent pour des projets comme ça, alors on le film avec les moyens du bord... et ça ne fonctionne jamais. J'ai pensé que pour ce film, face à cette chorégraphie Seniors Rocking Performance & Filming, il fallait les meilleures caméras, des outils pour pouvoir filmer de près, suivre le mouvement facilement. On doit regarder avec concentration ce qui se passe vraiment, pas seulement "Ahh, elle bouge". On doit réaliser un film d'une haute qualité technique. Cette idée m'a beaucoup aidé, ça commençait à prendre sens. Peu à peu, Anna Halprin a compris ça. Au final, on a utilisé ces moyens techniques pour les représentations, je filmais le reste avec un ami, à 2 ou 3 caméras.

Anna-Halprin_le-souffle-de-la-danse_4.jpg
Mais Anna Halprin, le souffle de la danse n'est pas un documentaire didactique. Votre propre regard était important ?

J'ai parlé avec d'autres cinéastes qui m'ont dit que je devais aimer ce que je voyais. Il faut filmer avec amour, il faut aimer le mouvement. Cela a été une grande découverte au moment du montage. On monte 20 minutes de film, on regarde... et à un moment ça nous touche. Je me disais que c'était un sentiment personnel, que ça n'allait pas intéresser le public, qu'il fallait plutôt raconter ce qui se passait. Mais j'ai finalement inversé cette idée. J'ai pris les moments qui me touchait au lieu de faire un documentaire éducatif. La clé de ce film, c'est l'émotion, c'est vraiment subjectif, c'est ma vision. Et ça fonctionne. Maintenant, je ne pense que comme ça. Souvent, on se demande comment le public va voir notre travail. Mais les artistes doivent penser à leur vision subjectif.

Je me suis battu avec les monteur-s-es là-dessus. je voulais expérimenter des choses, ils-elles me disaient que ça ne marchait pas, qu'ils avaient 30 ans de métier, qu'ils savaient comment faire. Mais je voulais juste expérimenter. A la fin, j'ai monté moi-même le film, avec juste une assistante technique. C'est comme ça qu'Anna Halprin danse : elle utilise l'expérience personnelle comme la source de tout. Quand elle prépare une performance, elle dessine ainsi beaucoup d'auto-portraits, comme une ancre. C'est fondamental, chacun a une ancre unique.

Vous aviez vu d'autres films sur la danse ?

Quelques-uns, dont un sur Maurice Béjart. Je les trouve souvent soit très intellectuels, soit très archiviques. mais ils ne me touchent jamais.

Pourquoi Anna Halprin est-elle si peu connue du grand public ?

Quand j'ai démarré ce projet, on me disait souvent : "Ahh oui, j'en ai entendu parler, mais c'est qui ?". Quand on a fini le film, on l'a présenté à de grandes chaînes de télévision. L'une d'elle nous a dit que c'était super, mais que ce n'était pas grand public. C'est tellement stupide... Le film fonctionnerait très bien sur le grand public.

Anna Halprin se retire pour travailler dans la nature, elle travaille de la base, c'est anti-élitiste. Anne ne veut pas se répéter. Quand un artiste a trouvé quelque chose qui marche, il veut souvent le refaire. Elle, elle ne fait pas de marketing. Elle est unique dans ce sens. Cette danse autobiographique de 2002, elle l'a peut-être dansée uniquement dix fois, mais c'est tout de même devenu un chef d’œuvre que tous les gens du théâtre connaissent. Elle a aussi le talent d'inspirer les autres. C'est comme ça.

Anna-Halprin_le-souffle-de-la-danse_2.jpg
Merce Cunningham a ainsi participé à ses workshop au début de sa carrière...

Chez Anna Halprin, tout est connecté avec tout. Merce Cunnignham a travaillé avec elle dans les années 1950, et il est parti avec John Cage dans la direction opposée : rien n'est connecté avec rien, tout est coïncidence. Ce sont deux extrêmes... mais ils arrivent tous les deux au bouddhisme !

Si l'on suit votre film, la carrière d'Anna Halprin se divise en trois parties. D'abord, il y a ses débuts dans les années 1950 avec son groupe Dancers Workshop. Pouvez-vous nous en parler ?

Elle était confrontée à la modern dance de Martha Graham. Même si c'était quelque chose de révolutionnaire, Anna trouvait que c'était comme le ballet : des formes fixes, un-e chorégraphe qui dicte ce qu'il faut faire, dix ans d'entraînement. Elle s'est rebellée face à ce système qui n'était pas créatif pour elle. Elle devait reprendre du départ. "Je dois réinventer pourquoi je danse, pour qui je danse", disait-elle. C'était comme un laboratoire. Elle a porté la danse vers le théâtre, elle a mis les émotions en relation avec le mouvement. Souvent, le danseur bouge et le visage reste comme un masque. Anna, elle veut toute la vie. C'est aussi ce que le théâtre cherchait à ce moment-là.

Puis dans les années 1960, elle fonde une compagnie multiethnique à Los Angeles, juste après les émeutes raciales...

Elle était vraiment détruite par la dislocation de son groupe Dancers Workshop. Elle a vraiment créé des pièces incroyables avec ces gens, ils étaient ses meilleurs amis. Elle a été invitée à un théâtre de Los Angeles, au moment des émeutes raciales. Elle voulait affronter cette situation politique. Elle a commencé par faire un théâtre dépolitique. "Si dans l'art, dans la danse, les Noirs et les Blancs peuvent collaborer, alors c'est possible dans la vie". Elle travaillait sur la communauté : où sont les différences entre les gens dans une communauté, comment respecter les différences ? Le tout fonctionnait bien, c'était très explosif. Tous les titres de ces pièces auraient pu être le titre du film : C'est nous.

Dans la troisième partie, Anna Halprin est atteinte d'un cancer. Comment s'est-elle aidée de la danse pour guérir ?

Avant le cancer, elle était comme tous les autres artistes : on prend la vie et on la met dans l'art. Elle a inversé le processus : dans l'art, on prend ce qu'il faut dans la vie. Pour survivre, on a besoin de l'art. Pour ça, le film a presque une structure du drame : la chute, puis la renaissance.

Elle a découvert la force de la danse pour soigner. C'est un rituel basé sur un besoin, et toujours la même idée : pas de forme élitiste. La forme suit le fond. Elle s'est soignée avec des expressions, des émotions. Elle a donné beaucoup d'impulsions aux thérapeutes, mais elle ne s'appelle pas comme ça, elle reste une artiste. Elle a montré la relation de soi avec l'expression de l'art. Elle est rentrée plus dans un monde new age. On disait qu'elle était une chamane.

Y a-t-il une pièce que vous aimez particulièrement dans l'oeuvre d'Anna Halprin ?

Il y en a plusieurs ! Globalement, je préfère ce qu'elle a fait avec sa troupe multiraciale à Los Angeles. C'était tellement explosif et fort. C'était révolutionnaire, c'était un cri incroyable.

Anna-Halprin_le-souffle-de-la-danse_3.jpg
Votre prochain film est toujours sur Anna Halprin. En quoi consiste-t-il ? 

En fait, j'ai réalisé une sorte de trilogie. Il y a le film sur sa vie pour le grand public, pour la découvrir, c'est Anna Halprin, le souffle de la danse. Puis j'ai fait un film d'1/2 heure seulement sur le travail avec les séniors, cette communauté, parce que c'est un aspect très fort de sa vie. Il est sorti en DVD.

La troisième pièce est à venir, c'est sur son travail avec des danseur-se-s professionnel-le-s. Quand j'ai fait le montage d'Anna Halprin, le souffle de la danse, j'ai laissé de côté un projet qu'elle avait commencé sur des sculptures de Rodin. Elle a fait une performance avec comme point de départ ces sculptures. Ce prochain film est pour montrer comment elle travaille. Je voulais vraiment voir comment ça fonctionnait, comme dans une usine, comment ça se construit. Je suis en train de le finir, il sera diffusé à la télévision, peut-être sur Arte en France.

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial