Wednesday, Apr. 8, 2020

[Prix de Lausanne 2020] Nos coups de cœur avant les sélections

Ecrit par :

7 février 2020

|

Catégorie :

Malgré sa délocalisation à Montreux pour son édition 2020, le Prix de Lausanne est immuable : ces cours de danse et séances de coaching tous passionnants, ces numéros sur le justaucorps et t-shirt des candidats, et ces jeunes talents que l'on prend tant de plaisir à découvrir année après année. Cette année, DALP n'a pu être présent. Mais la rédaction a tout de même pu suivre le Prix grâce aux nombreux live que propose l'institution tout au long de la semaine. Avant les sélections du 7 février, voici quelques-uns de nos coups de coeur.

Prix de Lausanne 2020

 

Chez les filles

Soulignons d'abord la prédominance de l'école française dans l'équipe artistique, avec Élisabeth Platel pour les cours de danse, Monique Loudières pour les coachings et Clairemarie Osta pour les cours de danse d'échauffement, en début de journée.

Le groupe des plus jeunes fait toujours son petit effet, avec plusieurs candidates de tout juste 15 ans et montrant déjà beaucoup de personnalité et d'aisance. Notre coup de coeur de cette classe reste la chinoise Zeyu Wang (108), avec une jolie technique et qui danse vraiment, ou l'américaine Ava Arbuckle (102), l'une des plus jeunes du concours. Elle charme d'emblée par sa grâce, sa musicalité et son charisme naturel, associés à une très jolie danse. Sa compatriote Clara Thiele (104) s'envole dans les grands sauts et attire l'attention également, tout comme la jolie présence de la brésilienne Rachel Quitão (105).

Les Sud-Coréennes impressionnent toujours par le technique, toujours très en place. Ma préférée reste Chaeyeon Kang (112), qui rayonne vraiment. À suivre également, l'australienne Sophie Beaty (118) avec de très belles lignes et visage expressif, la lituanienne Milda Luckute (113), la japonaise Misaki Moriwaki (121) ou l'américaine Keara Nichols (124). La française Chloé Petermann s'en sort avec les honneurs, il lui manque encore un soupçon d'assurance, qu'elle peut avoir une fois en scène lors des sélections.

Prix de Lausanne 2020 - Kotomi Yamada

Les plus grandes paraissent au début des cours un peu fébriles, mais se reprennent vite. Pour les coups de coeur, c'est encore une fois une élève de l'Académie Princesse Grace qui est en tête : la japonaise Kotomi Yamada (317) est très expressive, rayonnante et portée par une magnifique technique, ciselé avec intelligence comme sait si bien le faire cette école. Parmi les favorites, citons aussi la sud-coréenne Yunjoo Kim (311) qui propose une forte personnalité et une façon toute naturelle de s'imposer en scène qui promet de très belles choses, avec un travail du haut du corps tout particulièrement soigné. Sa compatriote Yu Jin Nam (309) a aussi ses chances avec une danse soignée et mature, tout comme la japonaise de l'académie de Zurich Tamaki Kawakami (320), la chinoise Yue Zhou (306) ou la néo-zélandaise Jemima Scott (322). J'ai aussi aimé la japonaise Nonoka Miyamoto (304) à la dans très féminine et assurée, ainsi que la sud-africaine Paige Mcelligott (301) qui a de belles qualités de sauts.

Les cours d'Élisabeth Platel sont toujours un bonheur à regarder. Elle porte un regard d'une grande bienveillance aux élèves tout en distillant son cours de référence, de souvenirs, de conseils pour leur future vie professionnelle. Et glisse quelques exercices typiques de l'école française, pas si compliqués que cela mais qui déstabilisent au début quelques-unes. Et quand Élisabeth Platel demande la révérence finale, c'est forcément "with a lot of Royauté !". En tout cas un vrai bonheur à regarder.

Prix de Lausanne 2020

 

Chez les garçons

Le petit groupe des plus jeunes n'a pas eu de chance avec la programmation des live, il est souvent passé à l'as. Nous n'avons donc pas assez pu les voir pour se faire une véritable opinion. Les plus grands ont proposé une belle classe dans l'ensemble, avec beaucoup d'envie et d'allant. Notre coup de coeur revient au biélorusse de l'académie Vaganova Vladislav Hodasevich (411), qui propose une danse très assurée et un tempérament de soliste indéniable. Il danse comme un professionnel. L'italien Marco Masciari (406) de l'Académie princesse Grace montre beaucoup de personnalité, de l'envie et une danse désarmante de naturel et de qualité. Voilà deux des favoris pour la finale.

L'on a aussi aimé la belle maturité du chinois Wensheng Xu (409), la technique aboutie du Roumain Matei Holeleu (421) de la Ballettschule Theater Basel, l'engagement du hongrois Vince Topolánszky (414) ou du brésilien Rui César Cruz, (404), le charisme du japonais Rio Hagimoto (420). Beaucoup semblent déjà prêts pour une carrière professionnelle, et montrent en scène de la personnalité, au-delà d'une technique très en place.

Prix de Lausanne 2020 - Les garçons B en cours de danse contemporaine

Patrick Armand est un habitué du Prix de Lausanne. Mais l'on savoure toujours autant ses cours passionnants de pédagogie, émaillée de quelques expressions bien-de-chez-nous "En voiture Simone" et autres "Scoubidoubidou". Nicolas Le Riche fait par contre partie des nouveaux de l'équipe. Il s'est occupé du coaching des variations classiques, une tâche pas évidente : il faut aller à l'essentiel en peu de temps, donner ce qu'il faut à l'élève pour progresser sans le perdre en cours de route. Dans cet exercice, Nicolas Le Riche a montré un passionnant sens pédagogique, doublé d'une réelle bienveillance envers les candidats. Il savait marquer juste, appuyer sur le détail important tout en donnant beaucoup de sens à chaque variation et aux pas. Au-delà de la technique, il y a un style, une histoire, un personnage. Une leçon de transmission précieuse.

Prix de Lausanne 2020 - Coaching des variations classiques par Nicolas Le Riche

 

Les sélections sont à suivre le vendredi 7 février dès 9h30 pour les filles et garçons A, dès 14h30 pour les filles et garçons B.

La finale est à suivre le samedi 8 février dès 14h
 




 

Share This Article

Related News

About Author

Amélie Bertrand

(1) commentaire

  1. Christelle
    7 février 2020 at 21:10

    Impressionnée par la maturité artistique d'Ava Arbuckle ... Tellement magnifique quand en plus la technique est là !

Réagissez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial